Navigation – Plan du site

Pierre Allorant, Jean Garrigues, Corinne Legoy, Gaël Rideau, Arnaud Suspène (dir.), Paroles d’en haut

Maximilien Cogels
Paroles d'en haut
Pierre Allorant, Jean Garrigues, Corinne Legoy, Gaël Rideau, Arnaud Suspène (dir.), Paroles d'en haut, Paris, Classiques Garnier, coll. « POLEN Pouvoirs, lettres, norme », 2016, 303 p., ISBN : 9782812448119.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage de 303 pages se situe à la frontière de plusieurs disciplines, croisant l’histoire, la linguistique, la littérature, la politique et le journalisme. Il fait suite au colloque « Paroles d’en haut » organisé les 6 et 7 décembre 2012 à l’Université d’Orléans et au Sénat. Ce livre rassemble des contributions de chercheurs s’intéressant à la question de la parole et des discours de pouvoir (issus « d’en haut »), ce qui renvoie bien sûr à la politique. Cependant, bien que les discours de personnalités politiques sont intensivement traités, il en va également d’autres types de paroles émanant de sources religieuses, administratives – émanant par exemple de la ville de Paris – ainsi que juridiques.

2Dès les premières lignes, les directeurs de l’ouvrage mettent l’accent sur le fait que la parole ne doit pas être approchée uniquement comme un acte allant du haut vers le bas (contrairement à ce que le titre pourrait faire penser), mais qu’elle doit être étudiée comme un processus bien plus complexe. La parole ne doit plus être vue uniquement comme relevant du discours oral. En effet, la parole peut également être comprise au sens d’un discours écrit. Les directeurs de l’ouvrage invitent à aborder la parole selon un programme de recherche divisé en quatre phases, qui forment autant de parties du livre. Premièrement, il s’agit de regarder les conditions de production de la parole, ses acteurs, ainsi que ses modalités techniques. Ensuite, il faut étudier les vecteurs et les formes du discours, leurs supports et leurs relais, et analyser le rapport entre l’oral et l’écrit, ainsi que « la traduction du discours politique en norme juridique [et] les inférences entre littérature et politique » (p. 11). La troisième phase consiste à interroger la mise en scène du discours. Comme mentionné par les auteurs en introduction, « [o]n sait depuis la Grèce que la politique et le théâtre ne sont jamais étrangers » (p. 10). Il est donc important de prendre en compte tant l’espace que le temps et le contexte dans lesquels sont émis les discours. Finalement, l’étude du discours doit également analyser la réception (tantôt positive, tantôt négative) de ce dernier. Se pose alors également la question du dialogue. La parole appelle-t-elle une réponse ? Et, le cas échéant, quelle sera-t-elle ?

3La première partie vise à démontrer que la parole peut se décliner sous différentes formes, tantôt écrites, tantôt orales, qu’il importe de considérer. Elle commence par un chapitre de Marie-Joséphine Werlings consacré à l’apparition de la loi écrite comme forme d’une parole d’autorité dans la Grèce antique. En effet, la loi n’a pas toujours été véhiculée de manière écrite. On constate un passage de la forme orale à la forme écrite dans la Grèce du VIIIe et VIIe siècle avant notre ère. Le passage vers cette loi écrite est d’une importance primordiale dans le discours de la cité, car celle-ci porte désormais sur tous les membres de la communauté – qui savent s’y référer. Dès lors, la loi transmet une certaine forme d’autorité et s’applique à tout le monde, indépendamment de la richesse ou de la classe d’appartenance. Pour illustrer l’autorité, la loi était inscrite sur une grande pierre, symbole de monumentalité. Le texte de Denis Pernot traite du journalisme de guerre en retraçant la parole d’un homme, Maurice Barrès, journaliste à multiple casquettes. Ici l’importance de la « parole d’en bas » est soulignée. Il affirme en effet être le porte-parole de certaines personnes. On constate que là aussi la parole prend une forme bien spécifique, approchée par le biais du journalisme. Cette première partie se ferme sur une contribution de Jean Garrigues au sujet de la parole et de l’éloquence lors des séances publiques pendant la troisième République – de 1870 à 1914. Selon l’auteur, on se trouve alors dans un âge d’or de l’éloquence parlementaire. L’accent est ici mis sur le fait que l’éloquence et les caractéristiques individuelles ont un rôle primordial dans la politique et la parole, même s’il y a autant de styles d’éloquence que d’orateurs.

4La deuxième partie du livre, également composée de trois chapitres, traite de la fabrication de la parole d’en haut et montre un certain nombre de similitudes avec la première partie. Force est en effet de constater que les formes de discours sont fortement liées à la fabrication de la parole, et vice versa. Émilia Ndiaye décrit le passage d’une rhétorique importante et puissante (considérant non pas uniquement le contenu, mais aussi la performance oratoire) vers une confiscation du discours au détriment de la parole du Prince dans la Rome républicaine. L’auteure s’interroge également au travers de Cicéron sur les codes de fabrication de la parole, ainsi que sur les moyens nécessaires pour qu’un individu acquiert une légitimité oratoire. Cependant, la parole peut également passer par l’écrit, comme l’explique Laurent Bourquin dans un chapitre consacré au fait d’« écrire pour gouverner à distance », à travers un récit d’Henri IV et sa relation avec la ville de Châlons. Finalement, Christophe Bellon clôture cette partie de l’ouvrage par un texte traitant du discours d’Aristide Briand et de la séparation entre l’Église et l’État. Ce discours a joué un rôle dans l’élaboration, la discussion, le vote et l’application de la loi concernant cette séparation des pouvoirs entre 1903 et 1911. En effet, l’influence de l’éloquence ne doit pas être sous-estimée dans la poursuite d’un objectif bien précis – ici le vote et l’application d’une loi.

5Il faut souligner que toutes les parties de cet ouvrage s’emboîtent et sont intimement liées. C’est dans cette optique que les auteurs décident de mettre en avant la mise en scène de la parole d’en haut dans la troisième partie. Comme mentionné plus haut, théâtre et politique ne sont jamais très éloignés. C’est avec la Rome républicaine qu’Arnaud Suspène raconte comment la parole est bel et bien l’objet d’une mise en scène puissante – une communication orchestrée. Ensuite, Yann Lignereux apporte sa pierre à l’édifice en se référant à la royauté en France aux XVIe et XVIIe siècles pour mettre en avant le fait que la parole peut se traduire sous beaucoup de formes (cf. première partie) et évoluer à travers le temps. Qui dit parole dit également théâtre et censure. Corinne Legoy étudie ainsi la censure théâtrale pendant la Restauration. Le théâtre a été interdit pour protéger le souverain, mais également la nation, face à un passé révolutionnaire jugé responsable d’un déchirement national. L’enjeu est donc la « consolidation de l’unanimité nationale [ainsi que] celui de la légitimé du pouvoir » en tant que tel (p. 172). Finalement, cette partie s’achève sur une étude menée par Pierre Allorant sur la parole du corps préfectoral et du pouvoir local, où l’auteur met l’accent sur les élites locales du XIXe siècle. Les mises en scène de la parole d’en haut sont ici essentielles, car elles s’avèrent tantôt fonctionnelles, tantôt stratégiques.

6Dans sa dernière partie, l’ouvrage traite de la réception de la parole d’en haut, qui ne satisfait pas toujours ses émetteurs. En effet, qu’elle soit positive ou négative, la réception a toujours un effet sur la parole et l’autorité de son auteur. Les chapitres de cette partie traitent d’abord de la réception des discours royaux dans les journaux privés – bonne indication de la mesure de politisation dans la France du XVIIIe siècle (par Gaël Rideau), puis des brefs pontificaux émis par les évêques-députés à l’Assemblée nationale (par Caroline Chopelin-Blanc), dont la réception passe graduellement de la méfiance vers l’acceptation et la collaboration. Finalement, cette partie plus théorique de l’ouvrage se conclut par la contribution de François Ploux, qui étudie les rumeurs politiques et les façons dont certains se les appropriaient dans la France du XIXe siècle. Selon l’auteur, ces rumeurs provenaient en partie d’une incapacité de Louis XVIII à diffuser des nouvelles susceptibles de contenter le peuple. Paradoxalement, l’article soutient l’idée que la rumeur peut constituer « une modalité d’un processus de politisation » (p. 253).

7En guise de conclusion, les auteurs relatent quelques pratiques contemporaines à travers des entretiens que Jean Garrigues a réalisés avec plusieurs « grands témoins » tels que Chantal Jouanno, Jean-Pierre Sueur, Christine Albanel et Roland Cayrol.

8Somme toute, il faut bien reconnaître l’intérêt de ce dossier que lira avantageusement tout chercheur travaillant de près ou de loin sur l’analyse des discours, d’autant plus que les auteurs réussissent le pari de l’interdisciplinarité. Cependant, cet objectif transversal d’interdisciplinarité reste par endroits peu développé et limite la précision de certains propos. Malgré cela, toutes les contributions présentent un intérêt réel et peuvent aussi être lues séparément du reste de l’ouvrage. Très axée sur la France (avec des allers-retours dans l’histoire en Grèce et à Rome), l’approche du sujet mériterait d’être approfondie dans d’autres contextes historiques et géographiques. En effet, de manière générale, l’ouvrage manque d’articles plus contemporains – et ce malgré les entretiens placés en fin de livre qui semblent essayer de rectifier le tir. Finalement, à juste titre, les auteurs soulignent les dangers de l’investigation chronologique à laquelle se prête ce livre, car elle engendre « mécaniquement des anachronismes, des approximations et des oublis » (p. 22).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maximilien Cogels, « Pierre Allorant, Jean Garrigues, Corinne Legoy, Gaël Rideau, Arnaud Suspène (dir.), Paroles d’en haut », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 05 septembre 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21303

Haut de page

Rédacteur

Maximilien Cogels

Doctorant en science politique à l’Université catholique de Louvain (UCL). Membre de l’Institut de sciences politiques Louvain-Europe (ISPOLE) et du Centre de science politique et de politique comparée (CESPOL). Membre du comité de rédaction d’Émulations.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page