Navigation – Plan du site

Sylvain Ferez, La corporation critique. Gestion physique et mobilisation sportive des marges

Nicolas Penin
La corporation critique
Sylvain Ferez, La corporation critique. Gestion physique et mobilisation sportive des marges, Paris, L'Harmattan, coll. « Mouvement des savoirs », 2016, 242 p., ISBN : 978-2-343-07911-0.
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre, ouvert par une préface de Jacques Birouste, est très largement inspiré du mémoire d’habilitation à diriger des recherches de Sylvain Ferez. L’auteur y présente la synthèse articulée « d’une décennie de recherche » initiée en DEA, poursuivie en doctorat puis dans l’exercice du métier d’enseignant-chercheur. Les travaux exposés ont en commun d’étudier des « crises de corporéité » (définies par l’auteur comme des ruptures ou des décalages par rapport à certaines normes corporelles « dominantes ») et leurs incidences sur la biographie des personnes qui les traversent. Il est par exemple question des effets de maladies (tuberculose, VIH, obésité) et de situations de handicap. Les enquêtes dont l’auteur rend compte supportent aussi des éléments de réflexion épistémologiques, théoriques et méthodologiques. C’est surtout sur cette seconde dimension de l’ouvrage que repose la cohérence d’ensemble. Car les objets étudiés peuvent parfois sembler quelque peu disparates.

2La première partie concerne les parcours de deux « figures » de l’éducation physique et de la critique du sport : Michel Bernard et Claude Pujade-Renaud. La seconde étudie deux « maladies chroniques », le VIH et l’obésité, en se concentrant notamment sur la nature et les effets des « dispositifs de gouvernementalité » attachés à ces pathologies. La troisième montre comment les pratiques sportives peuvent être mobilisées pour contrarier les « crises de corporéité » et leurs effets. La dernière partie s’attache enfin à revenir sur les notions, concepts et outils (réflexivité, crise de la corporation, politiques du corps, analyse bio-corpo-graphique) mobilisés ou produits dans ces enquêtes.

  • 1 L’analyse « bio-corpo-graphique » est assez proche d’une analyse biographique portant un intérêt ap (...)
  • 2 Claude-Pujade Renaud s’inscrit notamment en opposition avec les pédagogies sportives au bénéfice de (...)
  • 3 Bien que quelques précautions soient prises, on peut s’interroger sur la pertinence de l’associatio (...)

3Dans la première partie, Sylvain Ferez montre comment, pour Michel Bernard et Claude Pujade-Renaud, les ruptures biographies (ou « bio-corpo-graphiques »1 dirait l’auteur) sont à l’origine de leurs postures critiques et réflexives sur l’éducation physique et le sport2. Alors qu’à l’adolescence Michel Bernard présente des dispositions pour le sport de compétition, la tuberculose qu’il contracte contrarie ses ambitions et projets. Les perspectives qu’il envisageait ne lui sont plus accessibles, ce qui lui impose de redéfinir ses projets pour l’avenir. La crise de corporéité de Michel Bernard est donc aussi une « crise de la projection ». Cette rupture le conduit à s’inscrire dans une démarche proprement réflexive et largement critique sur le parcours envisagé pour se reconstruire un avenir. Cela mène ainsi Michel Bernard à repenser son rapport aux activités physiques et façonne la teneur de ses futures postures sur le sujet (orientées notamment vers l’expressivité plutôt que la performance sportive). Pour Sylvain Ferez, il en va sensiblement de même pour Claude Pujade-Renaud, dont les avortements ont jalonné et structuré l’évolution de sa pensée et de sa production critique3. Plutôt que de prendre pour acquise l’idée selon laquelle nos sociétés « post-modernes », telles que les qualifient par exemple Beck (1986) ou Giddens (1991), seraient marquées par l’accroissement des dispositions ou compétences réflexives, l’auteur tente de saisir les processus par lesquels se construiraient effectivement l’acquisition de ces dispositions. L’étude des récits de vie de Michel Bernard et Claude Pujade-Renaud révèle donc des « crises de la corporation (et des dispositions) » à même de donner sens à l’émergence des positions critiques et réflexives.

  • 4 Parmi les exemples de dispositifs d’accompagnement, l’auteur fait référence à ce que proposent des (...)

4Les crises corporelles sont aussi centrales dans la seconde partie de l’ouvrage. Elles sont déclinées en deux catégories : les « crises visibles », telles que l’obésité (le handicap est aussi étudié), et les « crises « intérieures » et invisibles, associées à un trait discréditable » (p. 75), l’infection au VIH notamment. Sylvain Ferez s’intéresse aux « carrières » (au sens qu’en propose Becker) de ceux qui sont concernés par ces « maladies chroniques ». Il étudie également les dispositifs d’accompagnement4 de ces « crises », dont il propose une sociogenèse fouillée. Il montre combien l’accompagnement peut paradoxalement contribuer à produire ou à renforcer des sentiments de honte et de culpabilité chez les « malades ». Les dispositifs se construisent largement par rapport à une norme corporelle idéalisée (partiellement inaccessible) et s’appuient sur une responsabilisation des sujets dans une perspective de normalisation des corps. Ils participent ainsi à produire des corporations (au sens de formes corporelles) marginales et honteuses. Cela semble particulièrement peser sur la prise en charge de l’obésité, plus largement sur le contrôle social des formes corporelles et, par extension, sur le contrôle de soi.

  • 5 Oscar Pistorius est un athlète amputé des deux jambes et équipé de prothèses. Bien que ce sportif p (...)

5Les pratiques sportives ne sont pas étrangères à ces dispositifs d’accompagnement. Elles sont au contraire, fréquemment convoquées comme instruments de régulation des corporéités. C’est ce que détaille l’auteur dans sa troisième partie. On y comprend comment les pratiques sportives sont mobilisées tantôt dans une perspective sanitaire, tantôt comme supports visant à convertir le stigmate associé aux corporéités marginales en objet de fierté (comme ce peut être le cas pour les Jeux paralympiques). Mais Sylvain Ferez montre aussi toute l’ambivalence de ces processus. Car les rapports que les groupes qui présentent des corporéités « marginales » entretiennent avec le modèle sportif oscillent, selon les groupes et les époques, entre dénonciation voire subversion d’un modèle promoteur d’une norme corporelle « idéale » excluante, et volonté d’inclusion dans ce cadre normé. Les relations entre groupes de mobilisation collective et mouvement olympique sont révélatrices de cette ambiguïté. Cela se traduit par l’apparition d’évènements qui gravitent autour des Jeux Olympiques en se calquant sur ce modèle (c’est le cas des Jeux Paralympiques), ou en se posant en événements alternatifs (comme ce peut être le cas pour les Gay Games). L’ambivalence se manifeste aussi dans la façon dont les athlètes peu conformes à la norme olympique idéale de corporéité sont intégrés à cette organisation : une exclusion dans l’inclusion. Si les Jeux paralympiques reproduisent rigoureusement le modèle des Jeux olympiques (ils se déroulent au même endroit, la même année, sur les mêmes lieux de pratique), les deux événements ne se confondent pas. Et même lorsque des athlètes handicapés réalisent des performances suffisantes pour être qualifiés aux Jeux olympiques, leur participation n’est pas acquise. C’est ce que rappelle la situation rencontrée par Oscar Pistorius5.

6La dernière partie revient sur le questionnement général de l’ouvrage en proposant d’en articuler les parties précédentes. Est ainsi reposée la question de l’influence des « crises de la corporation » sur la production d’une posture et d’un savoir réflexif, sur la mise en œuvre de « politiques des corps » par les activités physiques et sur les contestations militantes de l’ordre sportif. C’est d’abord sur la notion de « corporation critique » envisagée à la fois comme « corporéité en crise » et comme « groupe social qui porte la critique » que se fonde l’articulation. L’auteur insiste ensuite sur l’influence des affects dans la production des parcours biographiques et dans le développement de la critique. Enfin, il associe les « crises de la projection » et l’émergence conséquente de « projets critiques ». Cette dernière partie combine largement éléments de connaissance et considérations de méthode. Elle revient notamment sur les modes de production et d’analyse des données, présentant l’approche « corpo-graphique » adoptée par l’auteur, pensée comme la combinaison des techniques de l’entretien biographique et de l’entretien clinique. L’outil traduit ainsi une posture du chercheur, se présentant comme « sociologue clinique » et se situant dès le prologue, dans le domaine de la sociologie, mais puisant également du côté de la psychologie clinique et de la psychanalyse. Cette approche est tout à fait stimulante.

  • 6 Cela pourrait permettre alors de mieux saisir ce qui distingue fondamentalement cette technique de (...)

7Elle est stimulante d’abord d’un point de vue heuristique, par les apports théoriques complémentaires qu’elle mobilise. Elle est stimulante aussi pour ce qui relève de l’accès aux ressorts de la socialisation. Bien que cette notion soit peu présente explicitement, elle est centrale dans l’ouvrage. La « sociologie clinique » et ses outils paraissent tout à fait originaux et intéressants pour revenir sur la socialisation en train de se faire (ou plutôt telle qu’elle s’est faite). Ils pourraient permettre de saisir ce qui ne relève pas du registre du signifiant ou même du conscient et qui échappe donc à une médiation classique par le récit. Mais justement, parce que l’orientation est excitante, elle aurait certainement pu être développée davantage. Séduit par la proposition, on aimerait en savoir plus sur les conditions effectives d’utilisation de la technique pour lesquelles l’auteur renseigne peu le lecteur6. Exception faite de la première partie de l’ouvrage, peu de choses sont dites sur les interviewés. Qui sont-ils ? Selon quels principes ont-ils été « choisis » ? Dans quelles conditions se sont déroulés les entretiens ? Comment s’est faite l’analyse ? Et parce que la posture est proprement intensive et que le travail de Sylvain Ferez s’inscrit dans une perspective casuistique, peut-être l’auteur aurait-il pu être plus disert sur la valeur des cas, sur leur complémentarité et sur ce qu’ils permettent de dire au-delà d’eux-mêmes. Tant de questions de « cuisine du sociologue » (« sociologue clinique » en l’occurrence) qui ne figurent que trop rarement dans les comptes rendus d’enquêtes et qui trouvent tout leur sens dans cet ouvrage, où la réflexivité apparaît à la fois comme un objet et une posture dans les travaux de l’auteur.

Haut de page

Notes

1 L’analyse « bio-corpo-graphique » est assez proche d’une analyse biographique portant un intérêt appuyé à la place et aux évolutions du corps dans les biographies.

2 Claude-Pujade Renaud s’inscrit notamment en opposition avec les pédagogies sportives au bénéfice de « l’expression corporelle » (voir par exemple Pujade-Renaud Claude, Expression corporelle, langage du silence, Paris, ESF, 1974). C’est aussi ce que l’on retrouve d’une certaine manière chez Michel Bernard par l’approche philosophique et anthropologique du corps qu’il développe (Bernard Michel (dir.), Quelles pratiques corporelles maintenant ?, Paris, Delarge, 1978).

3 Bien que quelques précautions soient prises, on peut s’interroger sur la pertinence de l’association (dans ce qui est appelé ici « crise de la corporation ») de la tuberculose et de l’avortement.

4 Parmi les exemples de dispositifs d’accompagnement, l’auteur fait référence à ce que proposent des groupes de mobilisation collective comme le groupe « Act-up » ou à des dispositifs institutionnels tels que les parcours de soin élaborés par l’assurance maladie.

5 Oscar Pistorius est un athlète amputé des deux jambes et équipé de prothèses. Bien que ce sportif produise des performances proches de celles des meilleurs concurrents « valides » de sa discipline, la Fédération internationale d’athlétisme ne l’autorise pas à participer aux compétitions qu’elle organise.

6 Cela pourrait permettre alors de mieux saisir ce qui distingue fondamentalement cette technique de celle, plus classique, de l’entretien biographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Penin, « Sylvain Ferez, La corporation critique. Gestion physique et mobilisation sportive des marges », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 05 septembre 2016, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21304

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Penin

Maître de conférences en sociologie, Université d’Artois, faculté des sports et de l’éducation physique, Atelier SHERPAS (équipe 3 de l’URePSSS, EA 7369).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page