Navigation – Plan du site

Charles Mercier, René Rémond et Nanterre, les enfantements de 68. Contribution à l’histoire d’un universitaire et d’une université iconiques (1968-1976)

Sébastien Zerilli
René Rémond et Nanterre
Charles Mercier, René Rémond et Nanterre. Les enfantements de 68. Contribution à l'histoire d'un universitaire et d'une université iconiques (1967-1976), Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Documents », 2016, 464 p., ISBN : 9782356874610.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Jacques Becker, « René Rémond, Président de Nanterre », in Marie-Odile Germain (dir.), René Ré (...)

1À l’occasion d’un hommage rendu à René Rémond (1918-2007), Jean-Jacques Becker s’est brièvement penché sur la présidence par son collègue de l’université de Nanterre, concédant qu’il ne lui était pas possible « de dire ce que furent ces années dans leurs détails1 ». C’est à explorer cette séquence historique (1971-1976) ainsi que la période qui la précède, ouverte par les événements de Mai et à partir de laquelle l’historien acquière progressivement des responsabilités dans la gestion de l’établissement, que s’attelle Charles Mercier. La conjonction de coordination qui unit dans le titre de l’ouvrage le nom de l’universitaire à celui de l’université indique dès l’entame de la lecture le projet de l’auteur : réaliser « deux monographies croisées » (p. 15). Cet entremêlement permet tout à la fois de saisir ce que les responsabilités nanterroises successives révèlent chez l’historien et ce que ses différents mandats universitaires expliquent dans les mutations et le fonctionnement de ce lieu de savoir.

  • 2 Deux slogans de « l’histoire murale » de la révolte. Julien Besançon (éd), Les murs ont la parole, (...)

2Le Printemps étudiant est le moment déclencheur de cette histoire en miroir : Les baby-boomers proclament alors « À bas la société spectaculaire-marchande » ; ils décrètent également la « Fin de l’Université2 », considérant que les établissements d’enseignement supérieurs sont des lieux de pouvoir où s’exerce une autorité mandarinale archaïque et où se reproduit « l’ordre bourgeois ». À Nanterre, foyer de la contestation où il a récemment été nommé professeur, René Rémond se montre successivement perplexe puis distant s’agissant des revendications qui prennent corps lors du « Mouvement du 22 mars ». À partir de la mi-mai 1968 cependant, Charles Mercier note une inflexion dans la position de l’historien, désormais décidé à coopérer. Il est convaincu que le maintien de la liberté d’enseignement et de la paix dans les amphithéâtres impliquent la prise en compte de certaines revendications, au premier rang desquelles la réorganisation plus « participative » de l’Université.

3Depuis la gestion officieuse du département d’histoire au printemps 1968 jusqu’à la direction de « Paris-X » à partir du mois de février 1971, René Rémond gravit tous les échelons de la gouvernance universitaire à Nanterre. À défaut de pouvoir ici se pencher sur chacune des étapes de cette riche trajectoire, on peut brièvement discerner trois éléments qui la caractérisent.

4On est d’abord frappé par la singularité du contexte dans lequel s’inscrit le parcours de l’universitaire, et que le travail remarquablement documenté de Charles Mercier permet de cerner : en croisant des matériaux de natures variées (des comptes rendus d’entretiens avec les acteurs de l’époque, les archives de René Rémond, mais aussi des coupures de presse ou encore les procès-verbaux des réunions des instances universitaires), l’historien ressuscite une période enfiévrée. En qualité d’assesseur du doyen Paul Ricœur en d’avril 1969 puis à la tête de la faculté des Lettres en mars 1970 suite à la démission du philosophe, René Rémond affronte plusieurs situations de crise. À « Nanterre-la-rouge », les actions coup-de-poing des groupuscules gauchistes sont aussi fréquentes que spectaculaires ; la sécurité des enseignants, du personnel administratif et des étudiants est souvent menacée ; la police patrouille dans l’université…

5Ce tumulte révèle un tempérament qui s’affirmera tout au long de l’expérience gestionnaire de l’historien. Charles Mercier y trouve la source dans l’éducation et les convictions de celui qui fut le président du Centre catholique des intellectuels français, mêlant souci du dialogue et respect de l’autorité : Lors des nombreux débats qui caractérisent l’effervescence « soixante-huitarde », il écoute les revendications des maîtres-assistants majoritairement ralliés aux revendications étudiantes, sans transiger sur les principes du libéralisme philosophique qui sont pour lui les garants d’une vie universitaire commune. Quelques années plus tard, il orchestre les séances du Conseil de l’université en étant sensible aux revendications des directeurs des différentes Unités d’enseignements et de recherches (UER), mais en faisant primer le devenir de l’établissement sur celui de ses différentes composantes.

  • 3 René Rémond, « Réponse de René Rémond », in Marie-Odile Germain (dir.), René Rémond…, op. cit., p.  (...)
  • 4 Antoine Prost, « 1968: mort et naissance de l’université française », Vingtième Siècle, n° 23, juil (...)

6L’image de « l’engrenage » (titre de la deuxième partie de l’ouvrage) permet quant à elle de saisir la caractéristique la plus singulière de la trajectoire de René Rémond : celle d’un parcours marqué au sceau du hasard. En considérant la somme des moments de bascule, aussi décisifs qu’imprévus, qui balisent rétrospectivement ce chemin remarquable, on mesure à quel point celui qui considérait que « la disponibilité est un devoir3 » n’avait rien prémédité. Soucieux de demeurer un historien et de rester un enseignant, inquiet de ne pouvoir assumer ces responsabilités et de décevoir ceux qui le sollicitent, René Rémond pèse avant chaque nomination et élection le pour et le contre ; il hésite souvent jusqu’au dernier moment. L’élan dans lequel le professeur fut entraîné sans l’avoir souhaité, et dont l’auteur détermine méticuleusement le souffle, fait directement écho aux analyses d’Antoine Prost. Le spécialiste de l’histoire de l’éducation note qu’en 1968 « l’on vit alors émerger, s’affirmer ou se confirmer les personnalités que la reconstruction de l’université devait plus tard accaparer, voire épuiser4 ». Cette constante de la carrière du responsable universitaire sera d’ailleurs « métabolisée par le chercheur » (p. 389) qui accordera toujours de l’importance à la place de la contingence en histoire. De ce point de vue, l’homme de droite modéré qu’il était, rejoignait d’ailleurs ceux des révoltés de Mai qui, pour dénoncer l’hégémonie des thèses de l’auteur de Tristes Tropiques, scandaient que « les structurent ne descendent pas dans la rue ».

7Une large part de l’étude Charles Mercier est consacrée à l’élection de René Rémond au poste de président de l’université de Paris X-Nanterre en 1971. Elle est la conséquence de l’application de la loi Faure. Votée en 1968, elle fut élaborée en valorisant les principes d’autonomie, de participation et de pluridisciplinarité et réorganise complètement l’enseignement supérieur : Le système des cinq facultés (Lettres, Sciences, Droit, médecine et Pharmacie) dont la réunion constituait l’unique université d’une académie est démantelé. Apparaissent les « Unités d’enseignement et de recherche (UER) qui, une fois constituées, doivent se regrouper de leur propre initiative, en fonction de convergence de projets, en de nouveaux établissements pluridisciplinaires appelés à devenir les universités » (p. 100) dirigées par un président élu.

8Pour scruter la période présidentielle de René Rémond à Nanterre, l’auteur mobilise opportunément les outils de la science politique et compare le fonctionnement de son équipe de travail à celle d’un cabinet ministériel. Appartenant à la première génération de ces nouveaux responsables universitaires qu’il représentera entre 1974 et 1976 au poste de 1er Vice-président de la Conférence des présidents d’universités, l’historien imprime à son mandat une marque « présidentialiste ». La lettre de la réforme lui permettait d’opérer ce choix mais ce parti pris bouleverse les relations de pouvoir entre les différents acteurs du microcosme universitaire parisien. Les directeurs d’UER supportent mal que l’avenir des structures qu’ils représentent soit subordonné au devenir de l’université ; les personnels administratifs du secrétariat général de Nanterre contestent certaines des prérogatives que s’octroie l’équipe présidentielle ; le recteur de l’académie de Paris prend ombrage du volontarisme affiché par René Rémond.

9Commentateur attitré des soirées électorales, nommé en 1968 au conseil d’administration de l’Office de radiodiffusion télévision française (ORTF), l’historien entreprend effectivement un intense travail de « marketing universitaire » (p. 405) pour redorer l’image d’un établissement « constituant pour le gouvernement et l’opinion un baromètre de l’état de santé de l’extrême gauche » (Idem). Le solide réseau de relations dont l’activisme du président Rémond révèle à cette période les ramifications permet à ses adversaires de dresser du contemporanéiste le portrait d’un « intellectuel de gouvernement » (titre du chapitre XX) soumis aux pouvoirs. Parmi les nombreuses mesures mises en place par l’historien se distinguent les dispositions concernant l’enseignement continu dans une université bordée à cette époque par des bidonvilles.

  • 5 Si Les droites en France (Paris, Aubier-Montaigne, 1954, plusieurs fois réédité et mis à jour jusqu (...)

10Dans les dernières pages de son étude, Charles Mercier ébauche une histoire de la mémoire de la période étudiée, en pointant un singulier parallélisme : alors que la séquence nanterroise de René Rémond est généralement éclipsée, le moment-Rémond de Paris-X semble également effacé. L’attachement historique de l’intellectuel à l’Institut d’études politiques et l’image de marque que Nanterre-la-rebelle cherche aujourd’hui à entretenir sur le marché concurrentiel de la formation expliquent en partie ces amnésies. Quand on sait que le spécialiste des droites françaises fut aussi à sa manière un historien des représentations et des sensibilités5, on ne peut qu’être convaincu de la pertinence de cette piste de travail.

Haut de page

Notes

1 Jean-Jacques Becker, « René Rémond, Président de Nanterre », in Marie-Odile Germain (dir.), René Rémond, un historien dans le siècle. Hommages, Paris, Fayard / BnF, 2009, p. 78.

2 Deux slogans de « l’histoire murale » de la révolte. Julien Besançon (éd), Les murs ont la parole, Paris, Tchou éditeur, 2007 [1968], p 141.

3 René Rémond, « Réponse de René Rémond », in Marie-Odile Germain (dir.), René Rémond…, op. cit., p. 72.

4 Antoine Prost, « 1968: mort et naissance de l’université française », Vingtième Siècle, n° 23, juillet-septembre 1989, p. 65.

5 Si Les droites en France (Paris, Aubier-Montaigne, 1954, plusieurs fois réédité et mis à jour jusqu’en 1994) est aujourd’hui un ouvrage canonique, la thèse de l’historien portait effectivement sur Les États-Unis devant l’opinion française (1815-1852) (Paris, Armand Colin, 1962). Pierre Nora insiste sur cet aspect de l’œuvre de l’académicien dans sa contribution du volume déjà cité : Pierre Nora, « Le moment-Rémond », in Marie-Odile Germain, op. cit., pp. 23-34, particulièrement les pages 30 et 31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Charles Mercier, René Rémond et Nanterre, les enfantements de 68. Contribution à l’histoire d’un universitaire et d’une université iconiques (1968-1976) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 05 septembre 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21307

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page