Navigation – Plan du site

Philippe Hanus et Rémi Korman (dir.), Prendre le maquis. Traces, histoires, mémoires

Alain Rahier
Prendre le maquis
Philippe Hanus, Rémi Korman (dir.), Prendre le maquis. Traces, histoires, mémoires, Lyon, Editions Libel, 2016, 256 p., ISBN : 978-2-917659-52-6.
Haut de page

Texte intégral

1Dès avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Résistance a fait l’objet d’une abondante littérature, souvent élogieuse et parfois critique lorsqu’elle n’était pas scientifique. Elle reste l’un des sujets incontournables de ce conflit, exploré par de nombreux historiens depuis plus de septante ans. Les maquis, « regroupement[s] d’hommes rassemblés illégalement dans un massif forestier ou un village isolé » (p. 17), constituent l’un des piliers de ce thème. Si la mémoire collective n’en a conservé que l’image de groupes d’irréductibles combattants tapis dans les forêts et prêts à reconquérir le territoire national, l’ouvrage contribue à déconstruire et interroger cette image.

  • 1 Ces deux entités ont fusionné le 1er janvier 2016, suite à une réforme territoriale.
  • 2 Revel Jacques, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1996, p (...)

2En 2014, plusieurs acteurs régionaux – collectivités et associations culturelles locales – concernés par l’histoire et la mémoire des maquis du Vercors et de l’Ardèche ont cherché à saisir les nuances de l’histoire des maquis des collectivités territoriales d’Auvergne et de Rhône-Alpes1, au cours de deux journées d’études dont cet ouvrage collectif constitue les actes. Cette démarche vise à assurer une vulgarisation efficace de l’histoire des maquis et de leurs représentations collectives et à influer sur ces dernières pour passer d’une « mémoire vitrine et bloquée à une mémoire interactive et renouvelée » (p. 5). Le choix de la micro-histoire s’est imposé aux auteurs de l’ouvrage – liés au réseau Mémorha, acteur scientifique du projet – pour aider à la compréhension des maquis, suivant la recommandation de Jacques Revel : « prendre au sérieux une poussière d’information et […] voir comment elle éclaire des logiques sociales et individuelles »2. De plus, l’interdisciplinarité est un point fort de l’ouvrage, qui associe des contributions d’historiens – dont un allemand – et de chercheurs d’autres sciences sociales (anthropologues, ethnologue et géographe).

3Philippe Hanus commence par une indispensable mise au point sur la notion de « maquis » et sur sa perception collective. Si l’expression « prendre le maquis » est ancienne et d’origine corse, elle ne prend sa dimension symbolique actuelle qu’avec la Seconde Guerre mondiale. Dès lors, les maquisards, issus de toutes les classes sociales, entrent dans le roman national et bénéficient d’un traitement identique aux soldats réguliers de l’armée française. Si, dans l’immédiat après-guerre, la notion de « maquis » était encore invoquée pour désigner toute entrée dans l’illégalité, l’ouvrage s’en tient à explorer la situation des maquis pendant la guerre, distinguant les « maquis-refuges » qui accueillaient les réfractaires et les « maquis d’action » qui réunissaient les combattants. Jean-Marie Guillon dégage trois périodes dans l’historiographie maquisarde : la première, axée sur l’événementiel ; la seconde, caractérisée par une prise de distance critique : et la dernière, orientée vers les problématiques de la recherche universitaire.

4La seconde partie examine la localisation géographique et la composition sociale des maquis. Sylvette Béraud-Williams bat en brèche l’idée que les maquis sont originellement destinés à la lutte armée et qu’ils investissent des territoires vierges. Au contraire, leur priorité est de cacher les réfractaires au Service du travail obligatoire. L’imagination des premiers leaders élabore lentement les maquis-refuges, puis des agents dépêchés par Londres les organisent en maquis d’action. Julien Guillon montre que les dirigeants originels des maquis s’inscrivent dans un cercle de notabilités locales ; il prend notamment l’exemple de médecins impliqués dans la vie sportive de leur région. Leurs connexions ont permis à ces hommes de constituer un réseau qui leur survivra après l’exil ou la mort. Raphaëlle Balu accorde une attention particulière aux maquis frontaliers. Les zones frontières ont une longue tradition de résistance au pouvoir central. Les maquis frontaliers ont recours à des pratiques de contrebande pour échanger des informations avec les Alliés et servent de refuge aux résistants démasqués. La présence d’étrangers est plus marquée au sein de ces maquis, qu’ils soient de passage ou qu’ils combattent sur le secteur. Certains attendent l’occasion de quitter la France, d’autres espèrent exporter le combat libérateur dans leur pays. Philippe Bourdeau étudie la pratique de l’alpinisme – symbole du maquis et activité valorisée par Vichy – et constate qu’elle s’est modifiée durant la guerre. À côté de la pratique individuelle, des camps d’alpinisme pour amateurs apparaissent. Ces sportifs cohabitent avec les maquisards et leurs ennemis sans pour autant occasionner de tensions durables avec les combattants. La montagne était donc autant un lieu de détente sportive qu’un enjeu militaire pendant la guerre.

5Les actions des et contre les maquis revêtent diverses formes, mais impliquent toujours la population du lieu comme soutien, adversaire, recrue ou victime. Pour Stéphane Weiss, le recrutement des maquisards est étroitement lié au rayon d’action de leur unité : si celle-ci quitte son secteur d’origine pour le front, elle incorpore des individus issus d’autres régions. Emmanuel Chevet rapporte que la plupart des gendarmes toléraient les maquis tant que ces derniers n’entravaient pas leur mission de protection de la population. Malgré des confrontations occasionnelles, les maquis n’auraient pas pu se constituer sans leur aide. De plus, Bernard Delpal rappelle que des résistants étrangers ont également contribué à la constitution des maquis en mettant à profit les relations de solidarité entre voisins. Il prend l’exemple d’un couple de communistes allemands qui, en rendant différents services rendus, est parvenu à unir des communautés religieuses dans une haine commune des occupants. Devenus incontournables dans leur communauté d’accueil, ils ont réceptionné des parachutages et recruté des jeunes pour le maquis. D’après Peter Lieb, les complicités villageoises entretenues par les maquisards ainsi que leur grande mobilité et leur fine connaissance du terrain rendent difficiles leur arrestation par la répression allemande. Dès lors, les Allemands – Sipo/SD comme Wehrmacht – préfèrent tuer et déporter des civils afin de désolidariser la population des maquisards. Une fois un territoire libéré du par un maquis, Gilles Vergnon montre qu’après le débarquement en Normandie, les maquisards qui ont libéré des territoires du joug allemand remettent la République à l’honneur.

6La dernière partie explore les différentes manières dont les lieux et les territoires des maquis continuent de porter une valeur mémorielle. Fabrice Grenard analyse la perception de la figure de Georges Guingouin, chef communiste prétendument incontesté du maquis limousin, qui a exploité sa fonction de maire de Limoges pour asseoir sa légende. Renforcée par les critiques et son implication dans la transmission de la mémoire de son maquis, cette légende gomme les aspérités de son parcours pour offrir une histoire mythifiée. Par ailleurs, la mémoire peut aussi s’appuyer sur l’image, rappelle Sylvie Lindeperg. Mêlant images d’époque, reconstitutions et cérémonies du souvenir, le film Au cœur de l’orage de Jean-Paul Le Chanois, tourné pendant et après les évènements du Vercors, montre les combats et les commémorations en leur conférant un caractère héroïque. Sur le terrain, Marina Guichard-Croset observe la participation des combattants au travail de mémoire, dont le but est de « fixer l’évènement du maquis et d’en donner le sens » (p. 225). Cette implication renforce leur sentiment d’appartenance à une histoire identique. La disparition progressive de témoins incite les institutions à investir dans les traces et monuments, indice d’une patrimonialisation de la mémoire des maquisards. Toutefois, la mémoire d’un évènement ne peut dépasser le cadre régional si d’autres lui font concurrence, affirme Martin de La Soudière. Les habitants ont besoin de « hauts lieux ordinaires » parce que la population valorise la beauté du paysage ou son histoire, qu’elle soit réelle ou fantasmée. La valorisation de ces lieux et de leurs récits à l’échelle nationale demande la participation d’écrivains et requiert un point central aisément reconnaissable, ce dont peu de maquis peuvent se prévaloir. Sans ces appuis, les maquis restent confinés à la mémoire locale.

7Cécile Vast conclut que les maquis se révèlent beaucoup plus complexes que l’image courante que l’on peut en avoir. Cette image résulte de la suprématie de certains récits mémoriels qui ont créé une « épopée narrative » et fait « du » maquis un des piliers de l’identité de la Résistance, tout en effaçant ses débuts difficiles. Il faut néanmoins souligner que cet édifice est tributaire du fait que la majorité de la population n’a pas d’expérience directe des maquis=, ce qui laisse le champ libre au « prisme du légendaire » (p. 243), tant à l’époque qu’aujourd’hui. Pour déconstruire cette image, les auteurs ont choisi l’échelle régionale et l’interdisciplinarité qui permettent de saisir « les réalités et limites des solidarités ; les acteurs et échelles de la répression ; les modes de construction des représentations » (p. 239).

8L’objectif des auteurs est de débattre de la thématique des maquis par la mise en lumière des pratiques sociales concrètes des populations des deux régions citées. L’ouvrage réussit pleinement à mettre ces singularités locales en relief sans pour autant perdre le lecteur, qui dispose d’un glossaire des acronymes et concepts utilisés. L’autre force du livre tient au large corpus d’œuvres et de photographies inédites ou peu exploitées, réparties en douze portfolios, qui ont permis de conserver « les moments culminants de la vie sociale où le groupe réaffirme son identité » (p. 5). Première pierre d’un travail appelé à être poursuivi, la large approche du phénomène « maquis » développée dans cet ouvrage intéressera tous les passionnés de la résistance française.

Haut de page

Notes

1 Ces deux entités ont fusionné le 1er janvier 2016, suite à une réforme territoriale.

2 Revel Jacques, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1996, p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Rahier, « Philippe Hanus et Rémi Korman (dir.), Prendre le maquis. Traces, histoires, mémoires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 05 décembre 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/21858

Haut de page

Rédacteur

Alain Rahier

Étudiant en deuxième année de master en histoire à l’Université catholique de Louvain.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page