Navigation – Plan du site

Cécile Touitou (dir.), Évaluer la bibliothèque par des mesures d’impacts

Thomas Vroylandt
Évaluer la bibliothèque par les mesures d'impacts
Cécile Touitou (dir.), Évaluer la bibliothèque par les mesures d'impacts, Villeurbanne, Presses de l'Enssib, coll. « La Boîte à outils », 2016, 184 p., ISBN : 979-10-91281-76-8.
Haut de page

Texte intégral

1Les bibliothèques, qu’elles soient municipales ou universitaires, espaces de lecture ou centres d’apprentissage ultramodernes à l’exemple de la nouvelle bibliothèque de l’université Lille I1, sont des lieux familiers à beaucoup d’entre nous. Les bibliothèques sont des institutions financées par différents acteurs, à l’exemple des communes pour les bibliothèques municipales ou des universités pour les bibliothèques universitaires, dont les missions sont fonction de la place qui leur est assignée. Elles sont soumises à des évaluations en ce qui concerne l’accomplissement de leurs objectifs, au regard des moyens qui leurs sont alloués. Cet ouvrage se propose de détailler de façon très précise ces processus d’évaluation, que chaque directeur de bibliothèque est maintenant appelé à mettre en place. Véritable boîte à outils (le livre est d’ailleurs édité dans une collection de ce nom) à destination des professionnels, il décrit les nombreuses étapes permettant de mener à bien l’évaluation d’une bibliothèque, en tant qu’acteur de la diffusion du savoir et en fonction de ses missions.

2Ce livre se divise en trois grandes parties. La première retrace d’abord l’émergence des préoccupations d’évaluation et des phénomènes de mesure au sein des bibliothèques, notamment au travers des normes internationales successives en la matière, à l’exemple des normes NF/ISO 2789 (« Statistiques internationales de bibliothèques »), NF/ISO 11620 (« Indicateurs de performance des bibliothèques) » et ISO 16439 (« Methods and procedures for assessing the impact of libraries ») qui ont pour objectifs de fixer des définitions précises et de proposer différents indicateurs pour permettre l’évaluation de l’impact des bibliothèques. Ainsi la norme 11620 dresse une liste d’indicateurs dans quatre domaines : les ressources, accès et infrastructures, l’utilisation des ressources et services, leur efficience et enfin l’implication de la bibliothèque dans les services et ressources émergents.

3La deuxième partie se centre davantage sur les méthodes et les outils d’évaluation. Elle propose des contributions plus méthodologiques, en offrant tout d’abord une réflexion sur les mesures déjà présentes au sein des bibliothèques. En effet, Marc Maisonneuve fait remarquer que nombre de données sont déjà disponibles, notamment celles transmises au ministère de la Culture dans le cadre du suivi de l’activité des bibliothèques territoriales. La production de ces données s’inscrit dans une logique de pilotage mais elles peuvent aussi s’avérer précieuses dans le cadre de l’évaluation de la bibliothèque. Il est ainsi indispensable de les analyser en préalable à toute évaluation. Elles peuvent être rapportées à d’autres données, ouvertes par exemple sur l’environnement dans lequel s’inscrit la bibliothèque. Construire une évaluation passe par la production d’un tableau de bord décrivant l’impact de la bibliothèque sur la population à laquelle elle s’adresse et rendant compte de la bonne exécution de ses missions. Rendre ces informations disponibles permet alors d’améliorer l’expérience de l’utilisateur et de contribuer à la vie démocratique locale. Bien davantage que de savants calculs, l’évaluation demande alors une meilleure présentation des chiffres disponibles. Le moyen peut en être un tableau de bord des principaux indicateurs, rendu public afin que chacun puisse se l’approprier. L’article suivant, écrit par Emmanuelle Asselin, détaille l’impact géographique que peut avoir la bibliothèque, à l’aide de la notion de zone de chalandise, empruntée au marketing, qui correspond à sa « zone géographique d’influence, d’où provient la majorité de sa clientèle » (p. 53). Dans le cas des bibliothèques territoriales, l’utilisation des données de l’Insee, relatives à la composition de la population environnante et aux habitudes de déplacement des habitants, peut apporter de bons éléments pour construire la zone de chalandise d’une bibliothèque. En fonction de celle-ci et de la population qu’elle englobe, les missions des bibliothèques peuvent alors varier, pour s’adapter au mieux aux besoins. L’apport sociétal des bibliothèques est l’objet de la contribution qui suit, fournie par Frank Huysmans et Marjolein Oomes. La valeur d’une bibliothèque s’évalue dans cinq dimensions : culturelle, sociale, éducative, économique et affective, cette dernière résultant des quatre précédentes. L’article développe un projet de recherche aux Pays-Bas qui vise à analyser de façon plus précise la valeur sociale (ou sociétale) des bibliothèques, avec comme objectif d’aider les bibliothèques locales à s’améliorer. Il s’agit de faire apparaître une représentation de ce que les bibliothèques font pour l’ensemble de la société, par des allers-retours entre le niveau local et le niveau national autour des actions qu’elles mènent. L’enquête repose sur des questionnaires construits et normalisés par les deux niveaux. Ce dispositif vise à montrer que les bibliothèques ne sont pas que des lieux de diffusion du savoir mais sont aussi des acteurs contribuant à la vie sociale locale. Enfin, la contribution de Nathalie Clot éclaire la dimension temporelle de l’évaluation Choisir la bonne unité de temps permet en effet de rendre l’évaluation plus efficace. Ainsi, mener une évaluation sur une période trop courte empêchera de saisir l’ensemble des phénomènes à l’œuvre au sein de sa bibliothèque et contribuera à biaiser le résultat. À l’inverse, la mener sur une période trop longue, sans la terminer vraiment, est inutile. Selon l’auteure, l’évaluation doit servir de prélude à l’action et à la décision ; c’est avec la volonté d’améliorer les services et ressources qu’elle doit être menée.

  • 2 http://www.bpi.fr/home.html.
  • 3 Reference Effort Assesment Data.
  • 4 Il s’agit d’une méthode utilisée pour améliorer l’architecture ou l’ergonomie d’un site web. Un gro (...)
  • 5 http://ezpaarse.couperin.org/.
  • 6 Il s’agit du « niveau de facilité, d’efficience, d’efficacité et de satisfaction auquel un utilisat (...)

4La dernière partie a pour objet le pilotage des processus d’évaluation. Cette partie, très riche, est aussi plus diversifiée. Elle propose une collection de retours d’expériences menées dans des bibliothèques de types différents : locales, universitaires ou dotées de missions particulières comme la Bibliothèque publique d’information (BPI)2. L’article d’Hélène Coste résume l’évaluation des formations à la maîtrise de l’information à l’université au travers de trois étapes. Une évaluation quantitative permet d’abord de caractériser les formations par quelques grands indicateurs. Elle se double ensuite d’une évaluation qualitative, au moyen de questionnaires par exemple. Enfin, on mesure l’impact réel de ces formations sur la réussite étudiante, qui est l’objectif de ces formations. Cette étape se déroule sur le long terme et combine différentes méthodes pour mesure la progression des étudiants en ce qui concerne les compétences visées. Les contributions de Muriel Amar et Guilaine Thuillart ainsi que de Frédéric Brodkom présentent deux outils utiles pour l’évaluation des bibliothèques. Le premier, la méthode READ3, propose au moyen d’un questionnaire de codifier les sollicitations dont les documentalistes sont l’objet tout au long d’une période de référence. L’évaluation est alors à la fois qualitative et détaillée pour chaque entrée et quantitativement riche au vu du nombre de sollicitations. L’objectif est de mesure l’efficacité du personnel et son utilité. L’outil LibQUAL, enquête internationale en ligne, menée par les bibliothèques qui le souhaitent, est centrée sur les attentes, souhaits et perceptions des utilisateurs. L’intérêt de cet outil est multiple : il permet de travailler avec d’autres bibliothèques et de comparer ses résultats à ceux des autres institutions de même type. En outre, les statistiques sont fines et permettent de bien analyser les changements. Le fait que l’utilisation en soit répandue permet aussi d’utiliser les résultats comme support de la communication quant à l’efficacité de la bibliothèque. Le sujet du texte de Cécile Touitou est l’évaluation de l’usage des espaces au sein de la bibliothèque et de la consultation sur place. L’enjeu est de d’aller plus loin que la mesure de l’importance des collections. Pour cela, une série d’observations a été menée au sein de la bibliothèque de Sciences Po pour analyser quels usages le public fait des différents espaces. En sus, une enquête par questionnaire a été réalisée pour distinguer les motivations sous-jacentes à ces usages. Les trois derniers articles ont tous pour objet l’usage des outils numériques au sein des bibliothèques, et notamment de leurs sites web. La méthode du tri par cartes4, la solution ezPAARSE5 pour l’évaluation des ressources numériques et la notion d’’utilisabilité6 d’un site web y sont développées. L’objectif est d’améliorer l’utilisation des ressources numériques des bibliothèques en en réalisant une évaluation efficace.

5Un mémento utile, voire indispensable, vient clore cet ouvrage. Il récapitule les principales étapes de l’évaluation telle qu’elle peut être menée en bibliothèque et permet de rendre cohérentes les différentes contributions. Ce livre est à conseiller aux professionnels ou aux personnes intéressées possédant un certain bagage en ce qui concerne le milieu de la documentation et des bibliothèques. Plus qu’un véritable guide, il offre un vaste panorama des possibilités pour mener une évaluation efficace des actions d’une bibliothèque.

Haut de page

Notes

1 http://www.lemonde.fr/campus/article/2016/11/08/lille-i-s-offre-la-bibliotheque-universitaire-du-futur_5027237_4401467.html.

2 http://www.bpi.fr/home.html.

3 Reference Effort Assesment Data.

4 Il s’agit d’une méthode utilisée pour améliorer l’architecture ou l’ergonomie d’un site web. Un groupe d’utilisateurs est accompagné dans la classification des différentes pages du site, visualisées sur des cartes. Ils doivent construire une architecture plus efficace à partir des cartes.

5 http://ezpaarse.couperin.org/.

6 Il s’agit du « niveau de facilité, d’efficience, d’efficacité et de satisfaction auquel un utilisateur emploie un produit pour réaliser une activité précise » (p. 150).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Vroylandt, « Cécile Touitou (dir.), Évaluer la bibliothèque par des mesures d’impacts », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 14 décembre 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21923

Haut de page

Sujet

Culture

Statistiques

Réseaux - sociabilité

Médias - information - communication

Méthodes

Haut de page

Rédacteur

Thomas Vroylandt

Chargé d’études et d’enquêtes statistiques à la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page