Navigation – Plan du site

Bertrand Binoche, Arnaud Sorosina (dir.), Les historicités de Nietzsche

Jacques Guilhaumou
Les historicités de Nietzsche
Bertrand Binoche, Arnaud Sorosina (dir.), Les historicités de Nietzsche, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « La philosophie à l'oeuvre », 2016, 228 p., ISBN : 978-2-85944-953-7.
Haut de page

Texte intégral

1Dans son introduction, Bertrand Binoche rappelle aux chercheurs de ma génération que le Nietzsche que nous avons connu est celui de « l’événement » et qu’il l’est resté longtemps. Le présent ouvrage marque un tournant dans la mesure où il nous introduit, sur la base d’un renouvellement des éditions de Nietzsche – en particulier à l’aide du travail d’édition de Paolo d’Iorio et son équipe au sein de l’Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM) –, à une approche des historicités philosophiques de Nietzsche. Soucieux de distinguer de telles historicités de l’historicisme, donc d’en rendre compte au pluriel, Bertrand Binoche les situent du côté des « modes d’argumentation qui connectent présent, passé et futur en vue de démontrer quelque chose » (p. 8). Il dégage alors trois sortes d’historicités. La première historicité est tournée vers le passé qui prend nom tardivement chez Nietzsche de généalogie ; elle est la plus citée par les chercheurs en sciences humaines et sociales dans la mesure où elle renvoie à la plurivocité du processus, de la série et du duel. La seconde historicité est celle de l’éternel retour, essentiellement de nature morale, qui se situe à rebours de toute vision d’arrières-mondes dans le temps, de toute volonté transcendante, au profit d’une connaissance du présent. La troisième historicité nous oriente vers l’espace « intempestif » de « l’homme actuel » qui procède à une violente critique de la politique, et ouvre à des nouvelles espérances sous la figure du prophète. Une quatrième historicité porte sur les ressources réflexives du discours nietzschéen lui-même. C’est cette quatrième historicité, de nature discursive, que nous avons surtout retenue dans un ensemble de contributions d’une grande richesse.

2La première partie de l’ouvrage concerne la question de l’objectivité du sens de l’histoire par la médiation de l’écriture de l’histoire. « Écrire l’histoire historiquement » (Anthony K. Jensen) relève alors d’une tentative, chez Nietzsche, de « rendre immobile » le devenir à l’encontre des modèles empiriques usuels de la description historique à son époque. C’est là ou Nietzsche insiste sur le rôle des valeurs épistémiques, sur un modèle kantien de la connaissance. Si l’histoire est possible, c’est à l’aide d’un perspectivisme permettant de situer ce qui est subjectif au sein d’un monde organique où « tout ce qui arrive est un assujettissement » (Nietzsche). Qu’en est-il alors de la réévaluation des valeurs dans l’histoire ? Christophe Churinga montre que le geste nietzschéen de retracer les valeurs supplée au manque de sens historique chez les philosophes et permet ainsi de produire « une véritable histoire de la morale » (Généalogie de la morale). Ainsi, la description de la révolte des esclaves sous l’Antiquité pose la question du renversement des valeurs dans l’histoire, et constitue l’un des « travaux préliminaires d’une psychologie pour une réévaluation des valeurs » (Généalogie de la morale). Qu’en est-il de la capacité de « Nous, hommes du “sens historique” » (Par delà le bien et le mal) à penser l’avenir par la médiation de l’émergence de « l’homme d’une noblesse nouvelle » ? Ces expressions ont un sens métaphysique au titre de leur capacité à entrer dans la profondeur des choses. Les pulsions y sont présentes, y compris au plan scientifique, et permettent d’y identifier des valeurs vitales. C’est là qu’il s’agit, comme le propose Arnaud Soronisa, de rappeler ce qu’il en est de l’ascèse historique de Nietzsche, dans le passage de la philologie historique à la poétique de l’histoire (le repérage des génies), puis à la philosophie de l’histoire (l’accent sur la participation du spectateur). À ce titre, Nietzsche déchristianise la pitié pour en faire un affect empathique authentiquement créateur. Alors se précise la généalogie du philosophe de l’histoire dans le type du prêtre confronté à l’invention des dieux, et son échec.

3Globalement, à l’encontre de toute théologie positive du gouvernement de l’existence, de toute théorie scientifique postulant un état final du monde et de tout dualisme, il convient de rire rien qu’à voir « l’homme et le monde », donc ce « et » séparateur (Gai Savoir). À considérer ainsi que tout ce qui se passe dans le monde et tout ce qui se passe dans l’homme sont d’un même ordre de grandeur, il devient possible de revisiter, dans la deuxième partie de cet ouvrage, le problème de la répétition historique, en particulier sous l’angle du thème de l’éternel retour, appréhendé comme le propose Scarlett Marton sur la base de ses diverses formulations, d’un ouvrage de Nietzsche à l’autre. Quant à Paolo d’Ioro, il retrace d’abord ce qu’il en est de la publication des textes de Nietzsche sur l’éternel retour, avant d’en venir à la proximité entre cette pensée de l’éternel retour et la pensée de l’univers dans la théorie physique de Ludwig Boltzmann. C’est dans le fragment posthume du cahier M III 1 que l’on trouve le texte le plus important à ce sujet. Il en ressort que la pensée de Nietzsche sur l’éternel retour est quasi stable et surtout qu’elle doit beaucoup à sa lecture d’ouvrages sur la téléologie et le processus du monde, pris dans le débat cosmologique de ses contemporains. Sans entrer dans le détail d’un débat sur les spéculations physiques relatives à l’éternité de l’univers, constatons que Nietzsche y participe par une prise de parti mécaniste au sens d’une réduction des questions morales à des questions physiologiques. Sans aller très loin dans ce débat, il prend cependant le temps de dialoguer avec deux savants, Henri Poincaré et Ludwig Boltzmann, en vue de donner un fondement scientifique à sa conception de l’éternel retour. Ainsi dans l’univers de l’éternel retour, tel qu’il le conçoit, « chaque instant acquiert un poids déterminant, car il est inextricablement lié à tous les autres et contient donc en soi non seulement l’avenir, mais également le passé de l’univers », précise Paolo d’Iorio (p. 146).

4Chaque instant, chaque événement a ainsi son poids spécifique, leçon nietzschéenne que Michel Foucault va retenir dans son approche de la transformation historique. C’est l’axe principal de réflexion de la troisième partie de l’ouvrage autour de thème de l’évolution. Il convient ici de passer par le prisme d’une des catégories principales de la pensée historique de Nietzsche, l’élevage, comme le propose Emmanuel Salanskis, pour comprendre la portée de cet aspect de la pensée nietzschéenne avant d’en venir au célèbre article de Michel Foucault sur « Nietzsche, la généalogie et l’histoire » (1971), comme le fait Barbara Stiegler. Ici, toute transformation historique déjà accomplie peut se réinterpréter comme un élevage. L’objectif de Nietzsche est de nous faire comprendre que l’humanité doit prendre en main son élevage de manière globale et délibérée, de manière à sortir de la confusion entre l’histoire et le hasard. A la différence de Foucault, Nietzsche ne se limite pas à l’histoire de la culture occidentale, il prend en compte la préhistoire au titre d’une interrogation sur les vertus (« Quelles vertus le combat des animaux a-t-il élevées ? », fragment posthume de 1884). Certes Foucault a bien compris cet aspect de la philosophie historique de Nietzsche, mais il se centre sur la question de l’événement historique, ce qui limiterait son abord de la généalogie des ancêtres, donc de l’histoire de l’humanité antérieurement aux temps connus. Le débat porte ici sur le fait de savoir si Foucault considère ou non qu’en deçà de l’histoire née de l’avènement de l’écriture, ses considérations sur le corps vivant peuvent le porter bien au-delà. Au premier abord, on peut affirmer avec nos deux chercheurs que Foucault ne conçoit pas de forces vitales des corps hors de l’histoire et de ses discours, et que sa vision de l’histoire biologique, à la lecture de la Logique du vivant de François Jacob, se dissocie de son thème central de la discontinuité du temps historique. Il conviendrait alors, au-delà de Foucault et avec Nietzsche, de rebiologiser la généalogie dans le but d’historiciser le vivant. Reste que le débat est ouvert sur la conception d’un corps vivant, chez Foucault, comme simple surface passive sur laquelle s’inscrit l’histoire. Du moins, les travaux des historiens actuels du corps proches de Foucault, en particulier Anne Carol et Jean-Jacques Courtine, tendent de manière inverse à considérer le corps vivant comme une surface active où s’invente l’histoire.

5Les deux contributions restantes interrogent d’abord, avec Andrea Orsucci, les liens de Nietzsche à la biologie de son temps, et leurs répercussions sur sa vision de la généalogie. En précisant son intérêt pour les théories biologiques, partagé avec d’autres penseurs allemands, il est possible de mieux comprendre son vocabulaire méthodologique en matière d’histoire, de généalogie. Quant à Christian Bonnet, il s’intéresse au rôle joué par Friedrich Albert Lange, auteur d’un ouvrage intitulé Histoire du matérialisme (1866), dans la formation de la pensée de Nietzsche. Cet auteur pratique un « retour à Kant » de nature empirique et physiologique – les sens prolongent le cerveau –, qui suscite l’intérêt de Nietzsche et lui permet de s’initier au darwinisme dont il opère la critique.

  • 1 Alain Badiou, Nietzsche. L’antiphilosophie I, Paris, Fayard, 2015, p. 69.

6Ajoutons, pour terminer, que le nom de Nietzsche se performe historiquement dans l’énoncé suivant : « Je prépare un événement qui, selon toute vraisemblance, va briser l’histoire en deux dont 1888 sera l’an I » (à Georg Brandes), ce qui revient à se situer dans une « dimension de rivalité mimétique avec la révolution, singulièrement la Révolution française »1.

Haut de page

Notes

1 Alain Badiou, Nietzsche. L’antiphilosophie I, Paris, Fayard, 2015, p. 69.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Guilhaumou, « Bertrand Binoche, Arnaud Sorosina (dir.), Les historicités de Nietzsche  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 16 janvier 2017, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/22133

Haut de page

Rédacteur

Jacques Guilhaumou

Directeur de recherche émérite au CNRS en sciences du langage, historien des concepts et du discours. Dernière publication : « Le fonctionnalisme discursif de Michel Foucault. Le temps de la dynastique du savoir », Policromias – Estudos do Discurso, Imagem e Som, vol. 2, n° 1, 2017, p. 9-36.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page