Navigation – Plan du site

Aurélie Adler, Maryline Heck (dir.), Écrire le travail au XXIe siècle. Quelles implications politiques ?

Marc Loriol
Écrire le travail au XXIe siècle
Aurélie Adler, Maryline Heck (dir.), Écrire le travail au XXIe siècle. Quelles implications politiques ?, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, coll. « fiction/non fiction 21 », 2016, 164 p., ISBN : 9782878546910.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Notamment dans Jacques Rancière, Politique de la littérature, Paris, Galilée, 2007 et Jacques Ranci (...)

1Ce projet d’ouvrage collectif est né du constat d’un retour, à partir des années 1980, du travail dans la création littéraire. Ce retour a suscité nombre de publications dans le champ des études littéraires, mais peu ont traité de la dimension politique. Cet oubli est d’autant plus étonnant que la façon dont les écrivains prennent part au débat social sur le travail et l’emploi aurait connu une métamorphose depuis la fin des années 1980, comme l’ont suggéré les travaux de Jacques Rancière1. À la posture de l’intellectuel qui utilise son art et sa stature pour dénoncer les méfaits de l’exploitation, à travers une description naturaliste du sort des travailleurs, se substitue peu à peu une nouvelle forme d’écriture du travail qui, par le souci esthétique d’un rendu original et vivant du détail et des micro-expériences, chercherait moins à convaincre qu’à donner à voir différemment le monde. Le langage devient un moyen en lui-même de dévoiler des réalités méconnues et de combattre une vision du monde dominante qui coloniserait la langue elle-même. Politique et poétique ne seraient alors plus opposées, mais au contraire unies pour changer les représentations communes des mondes sociaux et professionnels.

  • 2 Marqué par la publication de deux livres : Raoul Vaneigem, Traité de savoir vivre à l'usage des jeu (...)

2Pour Olivier Pennot-Lacassagne, le mouvement situationniste2, puis les écrits d’André Gorz, auraient joué un rôle précurseur. La critique de l’aliénation ne se limite plus au monde du travail et l’espoir de changement vient d’une prise de conscience de la marchandisation du travail et des loisirs ainsi que de la rationalisation de la vie au profit du capitalisme. La littérature serait alors un moyen d’émanciper les lecteurs du récit ou de la fiction de la marchandise économique comme seule source de richesse et d’échange.

  • 3 Elisabeth Filhol, La Centrale, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2011.

3Dans le chapitre suivant, Pascal Mongin prend comme illustration le roman d’Elisabeth Filhol, La Centrale3, qui retrace, à travers le monologue intérieur d’un jeune intérimaire, les conditions de vie et de travail des ouvriers d’entretien des entreprises sous-traitantes (à qui EDF réserve les tâches les plus dangereuses et les plus soumises aux radiations). La portée politique de ce texte serait contrariée par les pensées ambivalentes du narrateur quant aux dangers du nucléaire et au sort des intérimaires qui y sont surexposés au nom de la rentabilité (bâcler les interventions pour arrêter le moins possible les réacteurs) : consentement à sa condition, voire valorisation du risque. Le narrateur ne s’associe pas aux luttes des anti-nucléaires et n’approuve pas les réglementations protectrices car elles peuvent le priver de son gagne-pain (une fois la dose maximale de radiations reçues, il doit arrêter de travailler). Anne Roche compare ensuite l’ouvrage d’Elisabeth Filhol avec d’autres romans qui abordent la souffrance au travail. L’engagement de l’auteure auprès des travailleurs du nucléaire est qualifié de « paradoxal ». Les messages sur les dangers du nucléaire (radiation accidentelle du narrateur, évocation de Tchernobyl, etc.) semblent mis à distance dans une posture jugée « ambigüe » ou « contradictoire ».

  • 4 Lydie Salvayre, Portrait de l’écrivain en animal domestique, Paris, Seuil, 2007.
  • 5 François Bon, Daewoo, Paris, Fayard, 2006.

4Sylvie Servoise aborde une autre facette des métamorphoses de l’engagement politique de l’écrivain à travers l’étude de la façon dont les romanciers parlent de leur propre travail. Deux exemples sont mobilisés pour illustrer des formes différentes de caractérisation de la condition d’écrivain dans le capitalisme postindustriel contemporain. Lydie Salvayre dans Portrait de l’écrivain en animal domestique4 retrace les états d’âme d’une romancière « engagée » qui accepte, pour des raisons financières, de mettre son art au service du « roi du hamburger », archétype du capitaliste dominateur et sans scrupule. La narratrice passe ainsi de la révolte à l’acceptation, voire la fascination, malgré la honte d’une aliénation consentie. Si Lydie Salvayre fait de cette histoire le symbole la soumission de l’art à la rationalité économique, elle préfigure aussi, sans le savoir selon Sylvie Servoise, la situation de nombre de salariés sommés d’être créatifs, novateurs, autonomes, tout en étant disciplinés et soumis aux impératifs de rentabilité. À l’inverse, le projet de François Bon dans Daewoo5 de rendre compte de l’expérience d’un monde ouvrier en voie de disparition place l’écrivain dans une autre posture, celle d’une sorte d’ouvrier ou d’artisan lui-même, qui doit retravailler la matière brute (entretiens, observations, articles de presse, photos, etc.) afin d’en faire un objet littéraire capable de porter la parole ouvrière. Alors que sa légitimité vient de sa position de porte-parole, sa position d’écrivain (à l’inverse de celle d’un sociologue ou d’un journaliste) l’oblige à changer cette parole ! Lydie Salvayre serait alors sans le vouloir plus fidèle à l’expérience des salariés contemporains. Ce paradoxe illustre encore une fois la complexité de l’engagement politique de l’écrivain aujourd’hui.

5Dans le chapitre suivant, Corine Grenouillet propose une évaluation critique du projet « Écrire la vie », initié par Pierre Rosanvallon. Lancée comme une initiative politique visant à redonner la parole aux sans-voix, à constituer un « parlement des invisibles », la collection dédiée aux témoignages de citoyens ordinaires ne semble pas avoir tenu ses promesses. Le fait de présenter des histoires atomisées et décontextualisées renforce au final l’idée de destins individuels et masque les déterminants économiques et sociaux. Les récits d’ouvriers ou d’employés sont très sous-représentés et la plupart des auteurs ont déjà une certaine pratique (professionnelle ou amateur) de l’écriture. Les expériences de syndicalistes, qui pourraient participer à la construction de récits plus collectifs, sont absentes du projet.

  • 6 Martine Sonnet, Atelier 62, Bazas, Le Temps qu'il fait, coll. « Corps neuf », 2009 ; compte rendu d (...)

6Laurent Demanze analyse la démarche de l’historienne et romancière Martine Sonnet qui, dans Atelier 626, alterne souvenirs personnels et documents historiques pour reconstruire la mémoire du travail dans les forges de Renault-Billancourt où son père a été ouvrier, mais dont il parlait peu. Traces laissées sur le corps usé et traces historiographiques éparses sont les seuls moyens de faire ressortir une parole tue, mais aussi d’en faire un lieu de mémoire.

7Si l’usine et le travail ouvrier constituent des figures traditionnelles et renouvelées de la création littéraire, le monde agricole serait, d’après Fabien Gris, le grand oublié de la littérature contemporaine. Associé à un monde rural perdu voire conservateur (cf le « retour à la terre » promu par Pétain), le paysan ne serait pas une figure porteuse pour un discours politique contestataire, malgré les enjeux liés aux productions agricoles. Il est par contre plus facile de dénoncer les usages de la « crise » économique par le patronat ou les gouvernants pour justifier un partage de plus en plus inégal de la valeur et des politiques d’austérité (comme le montre Aurore Labadie), ou encore de tourner en dérision les utopies néolibérales (Jean-Paul Engélibert sur les œuvres de Mathieu Larnaudie). Ces exemples illustrent l’importance du travail critique sur la langue, voire la novlangue, qui enferme dans une vision appauvrie de l’homme et de la société. L’ouvrage se termine par des entretiens réalisés avec six des écrivains étudiés au cours des divers chapitres.

8À travers les interrogations sur les liens entre le fond et la forme dans la dénonciation politique du travail contemporain, les textes présentés dans cet ouvrage illustrent tout l’intérêt de l’analyse littéraire pour l’étude des mondes du travail. Les auteurs citent largement les recherches en sciences humaines et sociales pour contextualiser les productions littéraires et ouvrent ainsi la voie à une éventuelle collaboration. Toutefois, aucun chercheur de ces disciplines (sociologie, psychologie, économie, anthropologie, etc.) n’a été associé à l’ouvrage. La préoccupation esthétique et littéraire reste, et c’est normal, centrale dans l’analyse. Cela peut toutefois soulever quelques questions. Tout d’abord, le choix du corpus de textes étudiés induit une partition (plus ou moins explicite suivant les chapitres) entre les écrits qui relèveraient de la vraie littérature et ceux qui, appartenant à des genres mineurs (littérature « régionaliste », romans commerciaux, polars, etc.), en sont exclus. Cela ne risque-il pas de faire perdre tout un pan des écrits sur le travail, avec ce qu’ils portent d’expériences et de réflexions ? Ensuite, la résonnance entre certaines analyses en sciences sociales et les descriptions littéraires est-elle suffisante pour émettre un jugement sur les évolutions du travail ? Les écrivains étudiés ont-ils réalisés, par des voies différentes, un même diagnostic que les auteurs de sciences sociales ou bien ont-ils utilisé les travaux académiques comme source d’inspiration pour la mise en forme du réel ? Quelle est la nature des connaissances produites respectivement par la littérature et les sciences sociales ? Quelle est la performativité de ces connaissances ? Un regard pluridisciplinaire (où chacun apporte et partage sa propre expertise sans abandonner ce qui fonde la spécificité méthodologique et épistémologique de son travail) permettrait d’aller plus loin. Par exemple, les remarques faites sur le roman d’Elisabeth Filhol (La Centrale) pourraient être nuancées en faisant l’hypothèse que les attitudes ambivalentes observées chez les intérimaires du nucléaire correspondent finalement aux stratégies collectives de défense étudiées par Christophe Dejours. Ces remarques ne visent pas la critique mais plutôt l’appel au dialogue.

Haut de page

Notes

1 Notamment dans Jacques Rancière, Politique de la littérature, Paris, Galilée, 2007 et Jacques Rancière, Le spectateur émancipé, Le Kremlin Bicêtre, La Fabrique, 2008.

2 Marqué par la publication de deux livres : Raoul Vaneigem, Traité de savoir vivre à l'usage des jeunes générations, Paris, Gallimard, coll. « Blanche », 1967 et Guy Debord, La société du spectacle, Paris, Buchet-Chastel, 1967.

3 Elisabeth Filhol, La Centrale, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2011.

4 Lydie Salvayre, Portrait de l’écrivain en animal domestique, Paris, Seuil, 2007.

5 François Bon, Daewoo, Paris, Fayard, 2006.

6 Martine Sonnet, Atelier 62, Bazas, Le Temps qu'il fait, coll. « Corps neuf », 2009 ; compte rendu de Didier Bastide pour Lectures : https://lectures.revues.org/907.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Loriol, « Aurélie Adler, Maryline Heck (dir.), Écrire le travail au XXIe siècle. Quelles implications politiques ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 30 janvier 2017, consulté le 24 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/22196

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page