Navigation – Plan du site

Christophe Brochier, La naissance de la sociologie au Brésil

Igor Martinache
La naissance de la sociologie au Brésil
Christophe Brochier, La naissance de la sociologie au Brésil, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Des Amériques », 2016, 140 p., ISBN : 978-2-7535-5145-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Qui se prononce « ouspi » en portugais.

1Pays-continent où les inégalités socio-économiques n’ont d’égal que la diversité de ses milieux naturels, le Brésil n’en finit pas de fasciner les sociologues et anthropologues, français notamment, de Claude Lévi-Strauss à Dominique Vidal en passant par beaucoup d’autres, dont Christophe Brochier, auteur du présent ouvrage mais aussi de nombreux travaux sur les classes populaires. En retour, les auteurs hexagonaux sont largement traduits et étudiés dans le pays auriverde. En revanche, la sociologie brésilienne est bien moins connue de ce côté-ci de l’Atlantique. Les rares échos qui en proviennent font débuter son histoire au milieu des années 1950, conformément au récit autocentré développé à la prestigieuse université de São Paulo (USP)1. Or, cette narration occulte les racines bien plus profondes et ramifiées de la sociologie brésilienne. C’est ce que s’emploie ici à montrer Christophe Brochier, maître de conférences en sociologie à Paris-8 et chercheur au CREDA et à l’Institut des hautes études sur l’Amérique latine (IHEAL), à partir d’un matériau principalement constitué d’archives, mais aussi de quelques entretiens auprès de témoins des périodes étudiées.

2On aurait bien tort de croire qu’il s’agit d’une entreprise érudite, sans d’autres fins que de remettre au jour quelques vestiges d’un passé qui n’aurait plus guère d’intérêt par rapport aux enjeux de la période actuelle. Car en déplaçant la focale pour élargir les bornes chronologiques et spatiales de l’institutionnalisation de la sociologie au pays de Gilberto Freyre, l’auteur propose une utile interrogation sur la nature même de la sociologie, ses objectifs et ses méthodes. Il invite enfin à se départir d’une historiographie dominante, qui prétend expliquer l’institutionnalisation de la sociologie dans ce pays en étudiant l’œuvre de de quelques auteurs canoniques. A rebours de cette approche, Christophe Brochier révèle le rôle décisif des précurseurs rarement étudiés, ainsi que des lieux périphériques où d’autres approches de la discipline ont pu se développer.

  • 2 Rappelons qu’Auguste Comte est l’inventeur du terme de sociologie qu’il a avancé pour désigner sa s (...)
  • 3 Qui se lit jusque sur le drapeau national où figure le slogan comtien « Ordre et progrès », imposé (...)

3Relativement court (125 pages hors bibliographie), mais dense quoiqu’écrit de manière alerte et accessible à un public non spécialiste, l’ouvrage se compose de quatre chapitres, consacré chacun à un moment et à un (ou plusieurs) lieux importants de l’institutionnalisation de la sociologie brésilienne. Le premier chapitre constitue en quelque sorte une préhistoire de ce processus, dans la mesure où il traite des premiers enseignements de sciences sociales qui se mettent en place dans l’enseignement supérieur, principalement dans les facultés de droit brésiliennes. Après avoir rappelé l’influence du comtisme2 dans la seconde moitié du 19e siècle3, Christophe Brochier décrit le profil et la trajectoire des plus emblématiques de ces juristes-philosophes qui, tels Tobias Barreto (1839-1889), Sílvio Romero (1851-1914) ou Alberto Torres (1865-1917), commencent à développer les premiers enseignements et écrire des essais de nature sociologique. Tout à la fois avocats, politiciens, journalistes, poètes et enseignants, ces figures entendent mettre leur érudition au service de la résolution des « problèmes brésiliens », l’ensemble des phénomènes socioculturels constituant le supposé « sous-développement » du pays. Laissant une large place aux spéculations et aux opinions personnelles, et peu préoccupés de vérifier la robustesse de leurs conclusions par des enquêtes empiriques, ces auteurs paraissent a posteriori manquer de la rigueur scientifique la plus élémentaire. Christophe Brochier souligne néanmoins que les œuvres de cette première génération de juristes-philosophes ne sont pas toutes de la même facture : c’est ainsi à la même époque qu’émergent les premières enquêtes ethnographiques, comme le « livre exceptionnel » d’Euclides da Cunha, Os Sertŏes. Parti dans le but d’effectuer un reportage sur la répression des villages refusant l’autorité de l’État central, ce républicain convaincu y raconte sans fard la manière dont son propre regard a été profondément ébranlé au contact de ce Brésil de l’intérieur. Plus généralement, si l’opinion selon laquelle le supposé « retard » social du Brésil doit se régler avant tout par la réflexion théorique et spéculative est alors dominante, c’est aussi au tournant du siècle que des anthropologues comme Curt Unckel, qui privilégie l’immersion longue et la restitution directe des observations, sans filtre théorique, apparaissent au Brésil.

  • 4 Voir notamment pour plus de détails sur cette figure « oubliée » de la sociologie au Brésil : Broch (...)

4Christophe Brochier passe ensuite en revue le programme des premiers enseignements de sociologie dans les facultés de droit et rappelle également l’existence d’un courant d’inspiration catholique, qui a prospéré avec l’arrivée au pouvoir de Getúlio Vargas en 1930. Ce premier panorama pose ainsi avec acuité la question même des frontières de la sociologie, tant les auteurs présentés et leurs démarches paraissent divers et peu conciliables. Reste que selon l’auteur, il serait fallacieux de se détourner de ces « précurseurs » au motif qu’ils ne pratiqueraient pas la même discipline que ceux qui revendiqueront la même appellation après eux. Christophe Brochier montre d’ailleurs l’ampleur et la durabilité de l’influence de ces « proto-sociologues » en s’intéressant à quelques institutions qui ont joué un rôle moteur dans l’institutionnalisation de la sociologie brésilienne. Il s’arrête d’abord sur l’École libre de sociologie et de politique (ELSP) de São Paulo. Créé en 1933 par une frange moderniste du patronat, originellement destiné à la formation des administrateurs, cet établissement devient rapidement un lieu d’impulsion de la recherche, sous l’égide notamment de l’Étasunien Donald Pierson (1900-1995). Ce dernier impose à ses élèves une approche centrée sur l’étude des relations raciales directement importée de l’école de Chicago (où il a effectué sa thèse), ainsi qu’une méthodologie qui valorise les descriptions ethnographiques méticuleuses et laisse peu de place à l’élaboration théorique4. S’il forme lui-même une génération de jeunes sociologues appelés à de brillantes carrières, son absence d’ambition personnelle et sa position marginale par rapport aux réseaux académiques et politiques paulistes contraignent ses étudiants les ambitieux à compléter leur formation à l’USP ou à l’étranger.

5C’est justement à l’USP, créée quelques années après l’ELSP avec des ambitions encore plus larges, qu’est consacré le troisième chapitre. L’auteur y revient sur la place importante des professeurs étrangers, comme Claude Lévi-Strauss et surtout Roger Bastide, véritable « fondateur de la sociologie uspienne », avant de s’arrêter sur les deux figures marquantes, mais en bien des points opposées, de la génération postérieure : Antonio Candido et Florestan Fernandes. Le premier, « héritier » au sens plein du terme, est l’un des meneurs du mouvement culturel « moderniste » ; le second, d’extraction très modeste, s’efforce de compenser son déficit de capital culturel par un travail acharné et une ambition théorique démesurée. Reste que les approches de Candido et Ferandes, qui sont aujourd’hui regardés comme les véritables instigateurs d’une sociologie « scientifique » au Brésil, se caractérisent par un faible ancrage empirique et un souci de dénoncer les inégalités raciales qui les amènent à déformer sensiblement les quelques données recueillies pour les faire entrer dans leur cadre.

6Ainsi, contrairement à ce que suggère l’historiographie dominante, écrite à depuis São Paulo, l’institutionnalisation de la sociologie ne découle pas exclusivement des activités de chercheurs mobilisés dans cet espace-temps circonscrit que constitue la capitale économique du pays durant les années entourant la Seconde Guerre mondiale. D’autres lieux jouent également un rôle éminent en la matière, comme l’auteur s’emploie à le montrer dans le quatrième et dernier chapitre. C’est le cas de Rio de Janeiro, où l’Universidade do Distrito Federal (UDF) regroupe plusieurs jeunes enseignants-chercheurs déjà renommés (comme Arthur Ramos, Gilberto Freyre ou Heloisa Alberto Torres), mais aussi de Recife, principal centre de formation des juristes jusqu’à la fin du 19e siècle. De manière générale, pour faire la préhistoire et l’histoire de l’institutionnalisation de la sociologie, il convient, plaide l’auteur, d’étudier la situation dans pratiquement chacune des capitales des états fédérés. Seule cette démarche décentrée permet de saisir ce qu’il en est de l’enseignement et la recherche en sciences sociales dans le tout pays durant la première moitié du 20e siècle. Une tâche fastidieuse que Christophe Brochier s’épargne ici, tout en proposant cependant un modèle général de la structuration locale de la sociologie autour de quatre pôles principaux : la faculté de droit et les cours préparatoires adossés (ou à défaut un grand lycée ou une faculté de médecine) ; la faculté de lettres et de philosophie ; les institutions d’enseignement supérieur catholiques qui restent encore mal connues ; enfin, des organismes de recherche indépendants de l’université, à la durée de vie plus ou moins éphémère (p. 114-116).

7Il s’agit ainsi de prendre en compte, pour écrire l’histoire de l’institutionnalisation de la sociologie, non seulement les vainqueurs, mais aussi tous les acteurs qui se sont mobilisés pour tenter d’imposer leur définition de la discipline. Quoi qu’il en soit, en rompant avec « l’habitude commune en histoire intellectuelle de confondre un échantillon prestigieux avec l’intégralité de l’univers social prétendument étudié » (p. 124), l’auteur pose ici les jalons d’une histoire sociale de la sociologie dont la démarche peut être transposée à d’autres lieux et d’autres disciplines, et qui, bien au-delà de son objet, permet d’interroger ce qu’est la sociologie et qui sont les sociologues.

Haut de page

Notes

1 Qui se prononce « ouspi » en portugais.

2 Rappelons qu’Auguste Comte est l’inventeur du terme de sociologie qu’il a avancé pour désigner sa science du social visant à moderniser l’Etat contre l’influence des traditions et de la religion catholique.

3 Qui se lit jusque sur le drapeau national où figure le slogan comtien « Ordre et progrès », imposé par Teixeira Mendes.

4 Voir notamment pour plus de détails sur cette figure « oubliée » de la sociologie au Brésil : Brochier Christophe, « De Chicago à São Paulo : Donald Pierson et la sociologie des relations raciales au Brésil », Revue d'Histoire des Sciences Humaines, vol. 2 n° 25, 2011, p. 293-324.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Christophe Brochier, La naissance de la sociologie au Brésil », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 04 avril 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22601

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Prag en SES à l’Université de Lille 1.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page