Navigation – Plan du site

Axel Augé, Les armes et la plume. Sociologie du parcours professionnel des officiers de l’armée de Terre à l’université

Corinne Delmas
Les armes et la plume
Axel Augé, Les armes et la plume. Sociologie du parcours professionnel des officiers de l'armée de Terre à l'université, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Essais », 2017, 216 p., préface de Frédéric Blachon, ISBN : 978-2-7535-5210-4.
Haut de page

Texte intégral

1Pourquoi certains officiers de l’armée de Terre choisissent-t-ils de suivre une formation universitaire ? Cet ouvrage répond à cette question en croisant l’analyse des trajectoires de ces officiers diplômés avec celle des restructurations de l’armée de Terre et des réformes de la formation militaire initiale qui se sont succédées au cours de la période, 2011 à 2013, où l’enquête a été réalisée. Après une présentation de l’histoire de la formation des officiers depuis 1870, l’auteur restitue dans une deuxième partie l’échantillon étudié des officiers titulaires d’un master ou du doctorat obtenus dans un établissement académique civil ainsi que quelques données contextuelles et chiffrées. Une troisième et dernière partie propose des modèles pour définir les parcours professionnels de ces impétrants.

2La première partie restitue toute l’ambiguïté de diplômes académiques perçus au sein de l’armée de Terre française, comme de simples titres scolaires de rattrapage. L’École supérieure de guerre, créée en 1880, s’inscrit dans l’histoire, révolutionnaire et impériale, de l’organisation du métier des armes autour de l’activité combattante et dans un renouveau de la formation des officiers après 1870. Cette institution au service de la reproduction de l’élitisme militaire reste aujourd’hui encore la « voie royale » de promotion dans l’armée de Terre, alors même que, depuis, la création de tout un réseau d’organismes de formation militaire, la densification de la formation continue et la conscription ont transformé le corps des officiers ; « la figure du “vieux soldat” issu du corps des troupes, promu à l’ancienneté, cède la place à l’officier diplômé, maître et possesseur d’un savoir scientifique auquel il a accédé au nom du principe d’égalité » (p. 45).

3L’internationalisation des missions et l’européanisation des états-majors changent pour leur part l’ingénierie des formations militaires, avec notamment pour conséquence une mobilité internationale renforcée à Saint-Cyr. Le diplôme universitaire (master ou doctorat) n’en est pas pour autant promu au sein d’une armée, où l’on retrouve l’opposition française entre les grandes écoles et l’université. Si le label académique est valorisé dans l’armée américaine, il est largement perçu comme un simple pis-aller du parcours professionnel de l’officier en France, comparativement à l’accélérateur de carrière que constitue le brevet délivré par l’École de guerre.

4La deuxième partie de l’ouvrage propose un portrait des « officiers à la recherche de diplômes » qui seraient « motivés par des facteurs à la fois individuels et institutionnels », l’armée de Terre encourageant ses cadres à se diplômer dans les meilleurs établissements universitaires afin de satisfaire ses besoins en compétences techniques et opérationnelles. L’enquête réunit trois échantillons d’officiers en activité : celui des titulaires du grade de master ou de doctorat délivré par l’université au cours de leur parcours professionnel (395) ; celui, spécifique et restreint, des docteurs (54) ; celui, enfin, des diplômés rencontrés au cours de l’enquête (76). Ces échantillons se caractérisent, souligne l’auteur, par un profil très masculin d’officiers supérieurs largement issus de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, ayant très majoritairement soutenu un master et opté, en termes de spécialisation, pour l’histoire militaire.

5Sur la base de ces éléments contextuels, la troisième partie cible les stratégies individuelles poursuivies par ces officiers diplômés de l’université. Axel Augé y distingue trois modèles sociologiques. Tout d’abord, celui du reclassement professionnel définit deux parcours possibles. Le premier, de repositionnement professionnel, concerne majoritairement des officiers issus de milieux aisés confrontés à un événement tel que l’échec au concours de l’École de guerre ; le diplôme académique constitue ici une ressource compensatoire au brevet de l’École de guerre. Le second parcours, de mobilité professionnelle en contexte de restructuration institutionnelle, rassemble des officiers majoritairement issus du rang, ressentant un désir de changement et un sentiment de monotonie ; le diplôme académique devient ici une ressource essentielle pour leur réinsertion professionnelle dans le monde civil, en particulier dans des métiers de ressources humaines, de coaching, de conseil en entreprise ou de sécurité.

6Dans le deuxième modèle sociologique, d’affirmation, « les aspirations individuelles plus que les dynamiques de l’organisation militaire influencent la construction des parcours professionnels » (p. 109). Ainsi d’officiers qui, majoritairement d’origine saint-cyrienne, sont en attente de « distinction » sociale. Un deuxième type de parcours, qualifié « d’accomplissement » rassemble essentiellement des officiers diplômés de master en quête d’épanouissement personnel et de culture générale.

7Un troisième modèle, « institutionnel », réunit des lieutenants colonels non titulaires du brevet de l’École de guerre qui ont suivi une formation universitaire pour répondre aux besoins d’« expertise » de leur employeur, l’armée. Ces parcours d’institution s’effectuent dans le cadre de l’enseignement militaire supérieur et technique, l’armée encourageant ses officiers à suivre une formation académique en milieu universitaire pour assurer des tâches nécessitant des compétences techniques.

8Les récits des officiers mettent en évidence l’importance de l’ancienneté et, plus largement, de la dimension temporelle dans cette bifurcation vers le monde universitaire : attentes en termes de reconnaissance par les pairs et de nouvelles voies de réalisation, poids du « temps interstitiel » et des arrangements personnels et familiaux, pour les officiers qui n’ont droit à aucun aménagement de leur temps de travail. On aurait notamment aimé connaître plus précisément l’exceptionnalité de ces officiers, comparativement aux autres professionnels placés dans une situation analogue de reprise d’études. L’auteur insiste par ailleurs sur le fait que l’articulation entre l’identité militaire et le diplôme académique ne va pas forcément de soi. En effet, les identités professionnelles sont multiples dans l’armée et plus ou moins valorisées en fonction de leur proximité à l’opérationnel. Le rôle du diplôme académique est, dès lors, contrasté. Dans les parcours d’affirmation, c’est un facteur d’amélioration du professionnalisme militaire qui contribue à renforcer la position dominante dans l’organisation et la hiérarchie d’officiers « brevetés et porteurs des sacrements institutionnels valorisés dans le corps : ils ont des origines familiales militaires, ils ont réalisé leur cursus dans les lycées militaires et ont fait les classes préparatoires aux grandes écoles les plus prestigieuses – La Flèche, Saint-Cyr, l’école de Versailles –, leur spécialisation professionnelle passe par une arme de mêlée » (p. 133). À l’inverse, les diplômés académiques, y compris les docteurs, feraient l’objet de relégation professionnelle dès lors qu’ils ne possèdent aucun diplôme de l’enseignement militaire supérieur, le doctorat ne remplaçant pas, par exemple, le prestigieux brevet de l’École de guerre. Les attentes individuelles investies dans le diplôme académique en termes de reconnaissance dans l’armée mais aussi dans le milieu civil dépendent, entre autres, de la relation de l’officier à l’institution militaire.

9Espace social hétérogène, l’armée de Terre a bien compris l’intérêt de posséder des cadres de grades académiques prestigieux tels que le doctorat, en particulier pour renforcer son image dans la société civile, mais elle n’incite guère ses officiers à acquérir des titres universitaires au-delà de ses besoins. Le rayonnement de l’armée dans le monde civil passerait ainsi, paradoxalement, par des officiers diplômés de l’université se sentant exclus dans l’institution militaire. L’auteur s’intéresse à cet égard au groupe des officiers diplômés en tant que prescripteur de la norme ; par leurs valeurs et savoirs, ces « officiers diplômés de l’université redéfinissent le champ professionnel ainsi que leur légitimité en tant que contributeurs actifs à l’élaboration de cet espace socio-professionnel » (p. 159). Leurs parcours professionnels accomplis à la marge de la norme seraient porteurs d’idées et de pratiques nouvelles pour le métier des armes.

10Il faut souligner l’apport de cet ouvrage sur un sujet peu traité jusqu’alors. Même si le format relativement resserré du livre peut susciter quelques regrets, et si l’éclectisme des références peut parfois désarçonner le lecteur, cette enquête propose des analyses éclairantes sur l’armée de Terre, ses évolutions et les officiers diplômés de l’université occupant une position marginale mais loin d’être anodine. Il soulève moult questions et fait souhaiter des approfondissements ainsi qu’une poursuite de l’investigation, notamment vers les autres corps du ministère de la Défense.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Axel Augé, Les armes et la plume. Sociologie du parcours professionnel des officiers de l’armée de Terre à l’université », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 14 avril 2017, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22673

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page