Navigation – Plan du site

Sarah Mazouz, La République et ses autres. Politiques de l’altérité dans la France des années 2000

Grégory Giraudo-Baujeu
La République et ses autres
Sarah Mazouz, La République et ses autres. Politiques de l'altérité dans la France des années 2000, Lyon, ENS Éditions, coll. « Gouvernement en question(s) », 2017, 300 p., ISBN : 9782847888690.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sarah Mazouz explique dès l’introduction qu’elle préfère « parler d’assignation racialisante plutôt (...)

1L’émergence de la question des discriminations raciales en France à la fin des années 1990 a entrainé une remise en cause du principe d’égalité, démontrant l’existence de traitements différentiels entre citoyens, au-delà de la nationalité. Ces discriminations raciales sont le résultat de processus d’assignation racialisante1 qui traversent la société française, et soulignent l’existence de « frontières intérieures » (p. 19). C’est ici que se situe le point de départ de l’ouvrage de Sarah Mazouz, qui propose de s’interroger sur les politiques françaises de l’altérité. À partir d’un double travail ethnographique articulé autour d’entretiens et d’observations, l’auteure s’interroge sur les logiques d’inclusion et d’exclusion, à l’intérieur du groupe national, d’une part, et à l’extérieur, entre le national et l’étranger d’autre part. La première étude porte sur les dispositifs étatiques de lutte contre les discriminations raciales : la seconde analyse les pratiques dans les bureaux de naturalisation d’une ville de la région parisienne. Cette double investigation amène Sarah Mazouz à « saisir les pratiques de délimitation du groupe ainsi que les modes de production de l’ordre national » (p. 18).

  • 2 À ce propos, voir notamment Doytcheva Milena, Politiques de la diversité. Sociologie des discrimina (...)

2Si l’auteure évoque une reconnaissance inachevée ou en « trompe l’œil » (p. 65) des discriminations raciales, elle propose une analyse de la politique française de lutte contre ces discriminations en trois grands moments2. Le premier, de 1998 à 2000, est marqué par la mise en action du Groupe d’étude des discriminations (GED) et des Commissions départementales d’accès à la citoyenneté (CODAC) ainsi que par la signature des premiers accords et chartes entre l’État et les partenaires sociaux. Le second, de 2001 à 2003, voit se mettre en place une « politique de réparation », via la transposition dans le droit français des directives européennes relatives au principe d’égalité de traitement. Le troisième, de 2004 à 2011, élargit la politique antidiscriminatoire à d’autres critères que la race, à travers les notions d’égalité des chances et de diversité. En examinant comment la question des discriminations raciales a été saisie par le politique, Sarah Mazouz montre que sa reconnaissance apparaît comme partielle, confrontée au modèle d’intégration républicain, et surtout que « les formes de traitements inégaux continuent d’être pensées à l’aune de la différence entre étranger et citoyen » (p. 66).

3Après avoir clairement et subtilement montré comment la reconnaissance des discriminations raciales a émergé en « demi-teinte », l’auteure s’attache à démontrer les limites et ambivalences de l’État quant aux politiques de lutte contre ces discriminations, dans le contexte du remplacement des CODAC par les Commissions pour l’égalité des chances et la citoyenneté (COPEC). S’appuyant sur ses observations de réunions et de groupes de réflexions ainsi que ses entretiens avec les fonctionnaires de préfecture chargés de la mise en place des COPEC, Sarah Mazouz analyse la réception du nouveau dispositif et trace ses effets contre-productifs quant à l’anti-discrimination. L’auteure s’efforce de donner à voir un phénomène de dépolitisation et de déjudiciarisation, puisque « les responsables de la COPEC préfèrent alors rappeler que la loi garantit l’égalité des droits sans faire référence aux dispositions qui permettent aux victimes de discrimination de faire valoir ces droits » (p. 94) ; elle souligne également par quels mécanismes la lecture « universalisante » des discriminations, censée n’épargner aucune victime potentielle, tend à enfouir la question raciale. Selon l’auteure, si l’action menée par les COPEC révèle l’échec de la politique de lutte contre les discriminations raciales en France, elle tend à accentuer « la prégnance sur le plan des représentations de la distinction entre le national et l’étranger dans le geste d’infériorisation et de disqualification de certains groupes » (p. 105).

4C’est ce constat qui pousse l’auteure à s’intéresser aux pratiques des agents des bureaux de naturalisation d’une ville de la région parisienne, notamment à travers l’observation d’entretiens d’assimilation linguistique. Force est de constater des zones d’ombre et de flou dans les préceptes moraux et les pratiques professionnelles des agents, lorsque certains considèrent que l’évaluation se cantonne à un constat des connaissances des candidats, alors que d’autres, guidés par certaines valeurs et normes, font de cet entretien un moyen d’appréciation de « qui est naturalisable » (p. 112). Afin d’asseoir sa démonstration, Sarah Mazouz propose une typologie des postures bureaucratiques, autour des « gardiennes de l’ordre national », des « missionnaires » et des « bienveillantes » (p. 137). Elle souligne que les pratiques professionnelles de ces agents répondent non seulement à des injonctions bureaucratiques mais aussi à d’autres variables comme leur trajectoire personnelle ou leur ancienneté. On observe ainsi que si la majorité trace une distinction entre « eux » et « nous », la mobilisation différenciée de croyances et de jugements quant au processus de naturalisation donne à voir des pratiques et des attitudes multiples dans les interactions avec les candidats. L’auteure complète cette analyse en proposant une typologie des postures qu’adoptent ces derniers pour « interagir avec les agents du service des naturalisations » (p. 159). Dans cette analyse des interactions entre agents et candidats, Sarah Mazouz pointe les zones de flou et d’implicite qui demeurent, tant pour les premiers qui mobilisent des « notions et des valeurs qui leur échappent » (p. 166) que pour les seconds qui tentent de « se positionner par rapport à ces notions floues » (p. 166) en adoptant différentes postures et stratégies.

  • 3 « Elle permet, toutefois, en cours de procédure, d’évaluer le lien qui unit les candidats à la Fran (...)

5Selon l’auteure si l’implicite et le flou caractérisent les interactions entre agents et candidats, l’étude des cérémonies de naturalisation tend à les dissiper. En effet, l’observation du déroulement, de la mise en place et des discours qui structurent ces cérémonies souligne le sens donné par l’État à la catégorie de naturalisé, plus particulièrement dans le contexte de la politique de lutte contre les discriminations. Sarah Mazouz note une distinction selon le lieu de la cérémonie : la préfecture ou la mairie. Lorsque la cérémonie s’organise à la préfecture, on assiste à une certaine mise en scène de l’histoire nationale : le diaporama projeté ou les discours prononcés occultent la période coloniale et insistent sur les valeurs héritées de 1789. L’ambivalence des discours se structure autour de la notion de mérite, qui semble traduire la faveur qu’a accordée la République aux naturalisés, reflétant en miroir les personnes qu’elle estime ne pas en être dignes. Mais, comme l’explique bien l’auteure, cette notion de mérite est à analyser au regard de la procédure même de naturalisation, rappelant ainsi la persistance des frontières symboliques entre citoyens3. En revanche, quand la cérémonie s’inscrit dans les murs de la mairie, le rite s’appuie sur un accueil chaleureux et une réception finale qui encadrent un discours dont la nature et le contenu tranchent avec celui prononcé dans le cadre préfectoral. Non seulement le maire n’élude pas l’histoire coloniale française (avec plus ou moins de maladresses temporelles) mais il rappelle la persistance des discriminations raciales qui traversent la société, et dont les « nouveaux naturalisés » peuvent ou pourront être les victimes. Les discours tendent à s’inscrire davantage dans le conscient, en prise avec les réalités sociétales, mais déconstruisent ainsi la « mystique républicaine » (p. 205). C’est pourquoi Sarah Mazouz pointe ici la polysémie du rituel, comparant les cérémonies : si à la préfecture le rite se construit dans la solennité mais insiste sur le « déficit symbolique des naturalisés » (p. 206), à la mairie, le rite s’organise davantage dans la proximité et la convivialité, tout en pointant la réalité des discriminations raciales. La conclusion de l’ouvrage permet de saisir ainsi la relation ambivalente et ambiguë qu’entretient la République avec ses autres. Ambivalente et ambiguë dans le sens où l’articulation des deux politiques publiques – la lutte contre les discriminations raciales et l’acquisition de la nationalité française – n’a pas redonné, comme on pouvait le prétendre et l’imaginer, des lettres de noblesse à l’égalité, mais davantage d’espace à l’identité, comme l’illustrent bien les discours délivrés aux nouveaux naturalisés lors des cérémonies. Mais ce que révèle pertinemment l’auteure, c’est comment la reconnaissance des discriminations raciales a paradoxalement provoqué un enfouissement de la question de la race en France ; comment l’usage de la colorblindness a invisibilisé « la manière dont la société assigne racialement certains de ses membres et les soumet, par les discriminations qu’elle leur fait subir, à une position de minoritaire » (p. 216).

6À travers cette double analyse des politiques françaises de lutte contre les discriminations raciales et des pratiques de naturalisation, Sarah Mazouz démontre subtilement l’existence mais surtout la persistance de frontières intérieures et de mécanismes de distanciation, réels et symboliques, entre citoyens naturalisés et nés français, entre « eux » et « nous ». Cette analyse n’est rendue possible que par ce double travail ethnographique, qui prend réellement corps dans la fin de l’ouvrage et permet de mesurer la pertinence des conclusions et le caractère novateur de l’objet traité. On pourrait être surpris du fait que l’auteure inclut dans ses observations la procédure de naturalisation qu’elle a elle-même entreprise, mais cette participation est entourée par une réflexion épistémologique en introduction. De plus, on aurait sans doute apprécié que l’analyse des interactions entre agents des services de naturalisation et candidats soit davantage précisée, notamment au regard des essais typologiques proposés par l’auteure. Néanmoins, avec cet ouvrage, Sarah Mazouz pose subtilement la question sociologique et intellectuelle sensible de la relation de la République française avec ses autres.

Haut de page

Notes

1 Sarah Mazouz explique dès l’introduction qu’elle préfère « parler d’assignation racialisante plutôt que d’assignation raciale pour montrer qu’il s’agit là d’un processus » (p. 14). À propos de la notion de racialisation, elle précise plus loin : « À la différence de la notion de racisme, elle permet de montrer comment l’assignation raciale est une production complexe et dynamique où entrent en jeu pour la souligner ou l’atténuer d’autres types de rapports de pouvoir » (p. 15).

2 À ce propos, voir notamment Doytcheva Milena, Politiques de la diversité. Sociologie des discriminations et des politiques antidiscriminatoires au travail, Bruxelles, PIE Peter Lang, coll. « Travail et Société », 2015 et Sénac Réjane, L’invention de la diversité, Paris, PUF, coll. « Le Lien social », 2012.

3 « Elle permet, toutefois, en cours de procédure, d’évaluer le lien qui unit les candidats à la France alors qu’elle sert, durant les cérémonies, à marquer la distance qui sépare les naturalisés de ceux qui sont nés français et qui n’ont pas eu à mériter leur nationalité » (p. 189).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégory Giraudo-Baujeu, « Sarah Mazouz, La République et ses autres. Politiques de l’altérité dans la France des années 2000 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/23052

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page