Navigation – Plan du site

Gabriel Rockhill, Contre-histoire du temps présent. Interrogations intempestives sur la mondialisation, la technologie, la démocratie

Suzanne Dumouchel
Contre-histoire du temps présent
Gabriel Rockhill, Contre-histoire du temps présent. Interrogations intempestives sur la mondialisation, la technologie, la démocratie, Paris, CNRS Éditions, CNRS, 2017, 206 p., ISBN : 978-2-271-09178-9.
Haut de page

Texte intégral

1Le livre de Gabriel Rockhill apporte une contribution très éclairante, et stimulante, à la réflexion sur le temps et l’histoire à partir d’une démarche originale. La notion de contre-histoire remet en question l’idée d’un seul et unique présent, qui se définirait par un concept unique ou des caractéristiques communes. D’emblée, l’auteur insiste sur le fait que sa « contre-histoire » ne vise pas à la singularité. Outre la réflexion qu’il propose autour de l’histoire et de l’actualité, l’ouvrage invite à reconsidérer la méthodologie historique de façon à en faire un « phénomène multidimensionnel », c’est-à-dire bien loin d’une conception de l’histoire temporelle.

2L’auteur développe une méthode d’appréhension du temps et de l’histoire qui n’est pas seulement chronologique mais également spatiale et sociale. Il promeut le concept de « phase » en critiquant celui d’« époque », trop marqué lexicalement. La phase n’est en effet pas uniquement associée au temps. Elle peut être d’ordre culturel voire géographique. L’histoire, selon Rockhill, s’élabore à partir de phases issues tant de la « chronologie historique » que de la « géographie du présent » et de la « stratigraphie des pratiques sociales ».

3Pour mettre en avant la complexité de l’histoire et l’impossibilité de sa réduction au seul concept de temps, Rockhill s’appuie sur trois notions clés, qui caractérisent notre époque contemporaine et rendent compte de pratiques sociales et culturelles : la mondialisation, la technologie et la démocratie, qu’il choisit parmi d’autres possibles. Selon lui, pour « faire l’histoire » – ou du moins en rendre compte –, il faut s’éloigner de l’historiographie traditionnelle, linéaire, et partir de phases caractéristiques du moment historique que l’on souhaite restituer. Ces phases doivent ensuite être décrites globalement, c’est-à-dire historiquement, socialement et spatialement. Telle est la méthode qu’il explicite et qu’il met en œuvre pour rendre compte du temps présent.

4Rockhill s’appuie sur la notion d’imaginaire politique, définie comme ce qui crée des conceptions orientées du monde. Forgé par la société et fondé sur un ensemble de valeurs, d’affects, et de notions, l’imaginaire politique est distinct de l’idéologie qui, elle, serait à mettre du côté du faux et de l’illusion. L’imaginaire politique dépasse cette opposition entre factice et réel dans une dialectique qui participe du monde social et forge ainsi une « image-monde ». C’est l’imaginaire politique qui tend à simplifier les concepts pour réduire les possibles à une voie unique. L’auteur donne plusieurs exemples comme la mondialisation ou le libéralisme en montrant le consensus conceptuel de ces notions, quand bien même elles entrainent des jugements de valeur et d’appréciation contrastés. À partir de là, Rockhill met en avant la partialité de l’imaginaire, construit à partir de conceptions fragmentées de l’histoire – trop linéaire – et dénonce un certain enfermement qui ne permet plus d’interroger les concepts mais seulement de les évaluer. Le traitement de chacun des exemples utilisés pour la démonstration (mondialisation, technologie, démocratie) débute par une histoire linéaire du concept. Dans un second temps, l’auteur montre que la simplification du concept a dissimulé d’autres conceptions possibles, d’autres modèles, qui pourraient enrichir la réflexion et les pratiques. Dans le cas de la mondialisation, Rockhill montre que le concept =s’est établi sous l’influence d’un imaginaire politique récent, associé à une certaine image-monde : l’idée selon laquelle l’essor du libre marché irait de pair avec la liberté individuelle et sociale. Son analyse souligne également la proximité entre le capitalisme et le marxisme, qui s’appuient tous deux sur une conception de l’histoire réductionniste, téléologique et a priori inévitable, donc sans alternative. Le premier chapitre, consacré à la mondialisation, se conclut sur la critique d’une illusion à l’œuvre dans la société : le fait qu’un concept suffirait à représenter un âge ou une époque. L’auteur souhaite rompre avec ces pratiques, avec cette « pensée épocale », pour au contraire « cartographier une topographie complexe » (p. 77). Une fois encore, la simplification abusive est écartée au profit d’une prise en compte de la profondeur du réel.

5Des développements similaires se retrouvent dans le chapitre consacré à la technologie. Comme le précédent, le terme de technologie désigne une diversité de pratiques et d’usages qui sont parfois très éloignés les uns des autres. L’expression « la technologie » est elle-même problématique et tend à simplifier à l’excès une réalité bien plus contrastée. La technologie ne peut pas être pensée de façon autonome ; elle est liée à des pratiques sociales qui la forgent et qui en découlent. En ce sens, elle n’est ni autonome ni hétéronome, ni positive ni négative puisqu’elle n’existe pas en soi. Mais un imaginaire politique s’est forgé autour de la technologie à partir de représentations culturelles (livres, films, etc.) et de réalisations concrètes qui ont amené un discours évaluatif binaire à son sujet : les pour et les contre. C’est en réaction à ce type de réduction que Rockhill élabore sa théorie. Pour cela, il propose plutôt de parler d’« écologie technologique », expression qui rend davantage compte de cette variété de représentations et de l’inscription des technologies dans une géographie, une chronologie et une stratigraphie sociale.

6Enfin, le dernier chapitre concerne la notion de démocratie. Il s’agit ici de questionner le culte de la démocratie, dont le seul nom semble valider toutes sortes de pratiques, parfois pourtant très discutables. Rockhill trace à grands traits une histoire de la démocratie et des jugements qui lui ont été associés. Il met en évidence le fait que le concept de démocratie, historiquement creux, a en fait remplacé celui de République, entrainant une certaine confusion entre les deux termes. L’auteur interroge les cadres théoriques, historiographiques et axiologiques de la démocratie pour proposer une contre-histoire qui ouvre la possibilité d’une pensée critique de la démocratie dans son ensemble, et non pas seulement de certaines de ses manifestations, comme le capitalisme ou le libéralisme. La démocratie est devenue un produit marketing, comme le montre Rockhill à propos de l’exemple américain, développé longuement, qui illustre l’écart entre l’idée de démocratie et certaines de ses applications.

7La remise en cause de la notion de démocratie implique de s’interroger sur le type de société politique et économique qu’il convient de construire et qui doit être favorisé. Rockhill reproche la formation de ces « concepts-valeurs » (p. 184) qui tendent à éviter d’autres types de questions, comme la nécessité de trouver un modèle de société politique plus adapté. Il avance ainsi le concept d’« isonomie », défini comme le fait d’être soumis à la même loi, ce qui signifie l’égalité des droits civiques et le partage effectif du pouvoir entre tous les citoyens. Contrairement aux autres régimes politiques (démocratie, monarchie, oligarchie), l’isonomie ne s’appuie pas sur le commandement et sur le pouvoir.

8Au final, la contre-histoire du temps présent ne vise pas à caractériser une époque mais à mettre en relief la non-singularité du présent et son absolue diversité. En tenant compte des trois dimensions de l’histoire (temps, espace, société), elle met en avant la pluralité des présents et notre enfermement dans une linéarité qui nous dessert, puisqu’elle constitue notre imaginaire politique. Cette conception de l’histoire doit être rapprochée de celle de l’actualité, dont il est plusieurs fois fait mention dans l’ouvrage. Le présent serait en fait formé de diverses actualités (considérées comme l’entrelacement d’un temps, d’un espace et d’un groupe social).

9Les phénomènes analysés ont dressé une certaine image-monde selon laquelle « le monde serait de plus en plus unifié par un réseau technico-économique inédit et par un consensus démocratique sans précédent » (p. 201). Ce portrait est probablement partiellement juste mais il répond à un imaginaire politique fort et totalement limitant. De fait, même les opposants (à la technologie, à la mondialisation, à la démocratie, etc.) contribuent à faire vivre les concepts en jouant seulement sur la dimension axiologique. Cela fait de l’être humain le captif de l’histoire, ou de l’imaginaire, puisque cela nuit à une autre façon de penser, de proposer, de concevoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Suzanne Dumouchel, « Gabriel Rockhill, Contre-histoire du temps présent. Interrogations intempestives sur la mondialisation, la technologie, la démocratie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 14 septembre 2017, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23425

Haut de page

Rédacteur

Suzanne Dumouchel

Docteur en lettres modernes, spécialiste des journaux français d’Ancien Régime et des humanités numériques, Suzanne Dumouchel est chargée de recherche au CNRS (Huma-Num/ISCC) et travaille sur les environnements virtuels, les échanges communicationnels et l’actualité.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page