Navigation – Plan du site

Gérard Deshays, Un illettrisme républicain

Cédric Frétigné
Un illettrisme républicain
Gérard Deshays, Un illettrisme républicain, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2006, 173 p., EAN : 9782296016941.
Haut de page

Texte intégral

1Comment expliquer que l'invention, par ATD-Quart Monde, du problème de l'illettrisme, se soit transmuée, aux yeux du plus grand nombre, en une brutale révélation, l'existence au sein d'une France puissamment alphabétisée du vaste continent des personnes ne maîtrisant pas les « compétences de base » généralement répertoriées sous le triptyque « lire, écrire, compter » ? Pourquoi le discours sur l'illettrisme a-t-il subitement débordé des cercles relativement confidentiels des « alliés » du quart-monde pour gagner à sa cause (tout en le subvertissant), au début des années 1980, une association laïque (Association Française pour la Lecture) et, de proche en proche, un État républicain qui répugnait encore, quelques années plus tôt, à reconnaître les ratés de l'alphabétisation de masse au nom de l'achèvement présumé de ladite alphabétisation ? Pour quelle(s) raison(s) les zélateurs de l'illettrisme eux-mêmes contreviennent-ils, lorsqu'ils analysent le phénomène et suggèrent des méthodes de remédiation, à la définition qu'au demeurant ils martèlent à chaque intervention ? Pourquoi minorent-ils systématiquement - quand ils ne les passent pas sous silence - les deuxième et troisième termes du triptyque ? D'autant que l'ensemble des évaluations disponibles s'accorde à reconnaître que si problème il y a, il concerne prioritairement le compter et, dans une moindre mesure, l'écrire. Or, l'essentiel des arguments et des mesures pratiques s'organisent autour de la maîtrise de la lecture...

2Ce qui relève apparemment du paradoxe répond en fait à une logique implacable dont la cohérence interne est détaillée par Gérard Deshays. Si, comme l'énonce l'auteur, l'illettrisme est bien d'abord et avant tout une affaire de lettrés, on assiste alors à une énième actualisation des stratégies de distinction étudiées naguère, avec acuité, par Veblen, Goblot ou Bourdieu. Puisque les filières scientifiques ont aujourd'hui supplanté les cursus littéraires dans la hiérarchie scolaire (les mathématiques ayant, d'un point de vue disciplinaire, succédé au latin), il n'est pas surprenant que les élites républicaines, soucieuses de conserver leurs positions établies, s'attachent à exclure de la compétition des représentants de groupes sociaux susceptibles de contester leur domination. Quand on connaît la valeur accordée en France à la possession du titre, on comprend que la problématique de l'illettrisme soit directement liée aux questions de distribution des places sociales, de hiérarchies professionnelles et, en deçà même, d'« accès à l'emploi » (p.166). Cantonner les personnes réunies sous les couleurs du manque au lire assure le renforcement de la barrière. Les encourager au bien lire (en quantité et en qualité) permet de fixer un niveau légitime attendu qui développe également cet intérêt qu'en les incitant à pratiquer certains types de lecture, toute velléité de contestation peut être bridée. In fine, « au contrôle pointilleux du savoir compter en haut, est venu s'adjoindre comme en un miroir inversé, l'examen tatillon du savoir lire, en bas » (p.140).

3Cette lecture dont les édiles de la papauté se sont tant défiés sous l'Ancien Régime, que les différents régimes n'ont eu de cesse de contrôler depuis, est aujourd'hui mise sur un piédestal dès lors qu'elle correspond à de bonnes pratiques. L'écriture, quant à elle, a longtemps été une affaire de clercs. Sa maîtrise, par les laïcs, a toujours été porteuse du soupçon de subversion. Au regard de l'impossible contrôle des écrits - soit qu'ils n'aient aucune existence publique, soit qu'ils échappent à la censure des imprimeries royales -, la pratique du « lire seulement » a longtemps été la norme. Il semble qu'il en soit toujours ainsi. Certes, pour contrecarrer l'illettrisme, certaines formes d'écriture sont aujourd'hui promues. Mais Gérard Deshays montre clairement qu'elles répondent à une logique utilitaire, valorisant l'adaptation à une société marchande (remplir un chèque par exemple) plus qu'elles ne favorisent l'inscription au cœur de l'espace politique. Enfin, par-delà le slogan qui le place à parité au côté du lire et de l'écrire, le compter est le grand absent de la nébuleuse de l'illettrisme. Comme il est depuis un demi-siècle environ le principal ordonnateur de la distribution des places, on peut effectivement affirmer qu'« illettrisme et élitisme républicains marchent d'un même pas » (p.130). Soustraire le compter des politiques de lutte contre l'illettrisme traduit bien cette « vengeance de lettrés » (p.9) dont nous parle Gérard Deshays dès les premières lignes de son texte.

4Les vingt dernières pages de l'ouvrage posent les jalons de la déstabilisation possible de cet ordre pluriséculaire. Puisque le lire et l'écrire se mêlent désormais intimement, dans les usages familiaux et professionnels de la micro-informatique notamment, l'édifice ne connaît-il pas sa première lézarde d'importance ? Lorsque des formes d'écriture s'émancipent de toute considération académique, adoptent des supports originaux et subvertissent les « règles de l'art », l'assurance des lettrés vacille. Face aux tags qui en constituent une expression particulièrement aboutie, les gardiens du temple se retrouvent dépourvus, subitement transformés en « illettrés » d'un genre nouveau si l'on veut bien accorder quelque crédit à cette désignation. Nargués publiquement, la panoplie des réponses déployée n'est autre que le blâme, le stigmate et la répression policière... Ces formes de riposte, anciennes sinon éculées, réussiront-elles à contenir des « désordres de l'écriture » (p.155) qui gagnent chaque jour un peu plus en force et en diversité ?

5Et si, comme le suggère Gérard Deshays, cette thématique de l'illettrisme annonçait « l'avènement, encore brumeux dans l'incertain de son surgissement, d'un troisième âge de l'alphabétisation (p.40) ? La première alphabétisation, d'inspiration religieuse, peut être datée de la Réforme au XVIe siècle. Elle entendait souder une communauté autour de l'accès immédiat aux textes saints. On reconnaît dans la seconde, aux débuts de la IIIe République, la marque de l'État centralisateur. L'unité nationale était alors en jeu. Dans un cas comme dans l'autre, les lettrés ont la main-mise sur la politique d'alphabétisation. Si effectivement un troisième âge de l'alphabétisation point, quelles configurations se dessinent à l'horizon ? Un renforcement du pouvoir des lettrés ou sa dissolution ? Une capacité accrue des actuels lettrés à dicter les usages légitimes de la lettre... et du chiffre ou un éclatement de la politique de la lettre... et du chiffre ? Il reste qu'une reconnaissance - par extension - de l'ensemble des usages actuellement infériorisés de la lettre aboutirait à la révocation du « portait de l'illettré, faible lecteur, en raison d'un déficit scolaire, démuni face aux autorités administratives, pour qui l'écriture reste inaccessible, tant dans son essence orthographique que dans son usage monétaire face aux nécessités marchandes contemporaines » (p.106). Plus au fond, cela démontrerait combien « l'illettrisme [est constitué] sur un registre étroit, si l'on songe à toutes les modalités possibles de communication, telle que chacun peut les rencontrer, mais un registre assurément très signifiant quant à la circonscription de l'illettrisme aujourd'hui » (p.107). Et cela conduirait peut-être à bousculer les « usages réglés de la lettre », actuellement sous double tutelle du marché et de l'État.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Frétigné, « Gérard Deshays, Un illettrisme républicain », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 11 janvier 2007, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/364

Haut de page

Rédacteur

Cédric Frétigné

Cédric Frétigné est maître de conférences en sciences de l'éducation à l'Université Paris-XII Val-de-Marne, et membre du laboratoire Genre, Travail et Mobilités (Université Paris-X Nanterre).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page