Navigation – Plan du site

Laurent Davezies, La République et ses territoires. La circulation invisible des richesses

Benoit Ladouceur
La République et ses territoires
Laurent Davezies, La République et ses territoires. La circulation invisible des richesses, Seuil, coll. « La république des idées », 2008, 109 p., EAN : 9782020925587.
Haut de page

Texte intégral

1La mondialisation creuse t-elle les inégalités économiques et sociales entre les régions françaises ? Les régions performantes au niveau économique le sont-elles également dans les questions de redistribution et de qualité des biens publics fournis ? Les villes ont-elles éclipsées définitivement les zones rurales et périphériques de l'espace économique national ? Voici un panorama des questions abordées dans cet ouvrage et dont les réponses rompent avec des positions obsolètes qui sont pourtant largement diffusées. Ce résultat est obtenu grâce à une analyse mobilisant à la fois des conceptions géographiques, sociales et économiques. L'auteur compare ainsi les résultats des territoires en utilisant les notions de croissance et de développement. Ces conclusions sont étonnantes puisqu'il ressort que le niveau de développement et la croissance des régions françaises ne sont pas corrélés. Dit autrement : « Les lieux de la croissance ne sont plus nécessairement ceux du bien être : ils ne sont plus les plus attractifs du point de vue des choix de résidence, ni ceux qui luttent le plus efficacement contre la pauvreté, ni ceux ou le revenu par habitant progresse le plus vite ».

2Dans un premier chapitre Laurent Davezies trace à grands traits les grandes évolutions du territoire national et propose une analyse capable d'expliquer la déconnexion récente entre croissance et développement spatial. La seule prise en compte du PIB ne permet pas une bonne appréciation des caractéristiques économiques réelles d'un territoire. L'exemple de l'Irlande est frappant. Alors que son PIB par habitant a dépassé celui de la France le revenu des Irlandais reste inférieur à celui des Français. L'explication est simple. Le PIB irlandais repose en grande partie sur la production de firmes multinationales étrangères qui rapatrient une partie de leur revenu vers le pays d'origine de la firme. Le cas irlandais illustre un phénomène qui touche beaucoup plus largement tous les territoires, de l'échelle nationale à l'échelle d'une ville. Cependant Laurent Davezies montre un fait surprenant. Ces disparités dans l'appropriation des revenus du capital ne sont pas couplées avec un accroissement des divergences en terme de revenu entre les habitants, d'emploi et de peuplement. Au contraire il constate une remarquable résistance des territoires faiblement concernés par les flux d'investissement mondiaux. Les années 1980 ont connu un retournement majeur au niveau des dynamiques territoriales dans la plupart des pays industriels. Alors que jusque là les inégalités en terme de PIB étaient contenues, elles se sont accrues à partir de cette époque. Pourtant l'autre aspect de cette évolution est passé inaperçue. La réduction des inégalités interrégionales de revenu s'est poursuivie. Pour la première fois en trente ans les revenus des territoires ne semble plus dépendre de l'évolution de la richesse qu'ils créent. Ainsi l'Île-de-France produisait en 1976 27 % du PIB national et ses ménages disposaient de 25 % du revenu des Français. Aujourd'hui elle produit 29 % du PIB et ne touche plus que 22 % du revenu des ménages. L'auteur s'appuie sur ce constat pour montrer l'effet de l'échelle sur les conclusions d'un travail scientifique. Les conclusions peuvent s'inverser en passant d'une petite à une grande échelle. Les inégalités de revenu se sont accentuées à l'échelle locale entre les quartiers d'une ville mais elles ont diminué entre les régions et les villes. La redistribution opérée par la puissance publique joue un rôle essentiel dans ce résultat ce qui fait dire à l'auteur que ce n'est pas la mondialisation qui pèse le plus lourd mais bien la mutualisation publique. Les budgets publics constituent également un puissant effet stabilisateur des chocs asymétriques que peuvent connaître les territoires. Ce mécanisme permet à l'économie de mieux saisir les opportunités de développement des régions sinistrées ou en retard par l'action des transferts de fonds entre les régions riches et celles plus pauvres.

3Un autre levier important sur la dissociation entre production et revenu des territoires, dont l'action est appelée à s'accentuer dans le futur, est celui joué par les revenus des retraites. Il ne pèse guère dans les départements jeunes et productifs (17 % en Seine-et-Marne) mais occupe une place centrale dans une quinzaine de départements (35 % dans la Creuse par exemple). Cet effet est d'autant plus important que les régions les moins productives sont en général celles qui ont la part de retraités la plus grande.

4Le tourisme représente également une part équivalente dans la balance commerciale aux l'industries automobiles et aéronautiques, soit en 2005 environ 15 milliards d'euros. Excepté Paris les revenus du tourisme sont présents dans les zones peu productives.

5La deuxième partie de l'ouvrage est plus théorique mobilisant les travaux de la nouvelle géographie économique et ses applications. Enfin dans la troisième partie l'auteur adopte un point de vue plus engagé en proposant des réponses aux nouvelles questions posées par l'aménagement du territoire, en particulier celle de l'articulation entre les logiques locales et nationales. Le tout reste accessible à un lectorat large ayant cependant des connaissances dans les travaux de la nouvelle géographie économique et de l'aménagement du territoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoit Ladouceur, « Laurent Davezies, La République et ses territoires. La circulation invisible des richesses », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 14 mars 2008, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/542

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page