Navigation – Plan du site

John Dewey, La formation des valeurs

Elodie Wahl
La formation des valeurs
John Dewey, La formation des valeurs, Les Empêcheurs de penser en rond, 2011, 234 p., EAN : 9782359250442.
Haut de page

Texte intégral

1La formation des valeurs de John Dewey est un recueil comprenant cinq textes. Tout d'abord, dans une soixantaine de pages, les traducteurs (Alexandra Bidet, Louis Quéré et Gérôme Truc) s'attachent à expliciter l'origine et le contenu des textes de Dewey proposés. Viennent ensuite quatre écrits du philosophe américain : « Théorie de la valuation » (1939), « Les objets de la valuation » (1918), « Valeurs, référence objective et critique » (1925), et « Quelques questions sur la valeur » (1944), et on observe que les dates sont significatives de moments de crises ou de cristallisation des valeurs pour les sociétés occidentales.

2La longue présentation des traducteurs n'est pas superflue : elle éclaire la filiation intellectuelle et la postérité du philosophe Américain, ainsi que les enjeux – notamment démocratiques – de sa pensée.

3Le texte majeur du recueil, le plus long et le premier donné à lire, est la « Théorie de la valuation », texte demandé par Otto Neurath et les « promoteurs du positivisme logique », nous apprend la présentation, pour une contribution à l'International Encyclopedia of United Science, publiée par les presses de l'Université de Chicago. La visée de Dewey est d'inscrire la psychologie dans l'histoire des sciences, de donner à cette discipline, la dernière en date, non seulement une rigueur scientifique mais aussi le rôle de couronnement de l'édifice scientifique (à la manière de ce que fait Auguste Comte, celui-ci choisissant la sociologie et non la psychologie pour terminer l'édifice scientifique). Cette psychologie scientifique (béhavioriste) se donne pour objet de découvrir « les interactions entre la conduite humaine et les conditions environnantes qui déterminent les conséquences des désirs et des buts » des individus. Elle s'accompagne nécessairement d'une sociologie, que l'auteur préfère nomme « anthropologie culturelle », puisque toute conduite humaine s'inscrit dans un environnement culturel.

4Pour Dewey, ce qui distingue le comportement humain du non humain est son orientation vers une fin, en vertu de la capacité humaine de former des désirs. L'auteur distingue le désir du souhait ou du fantasme, et se trouve ainsi en accord avec le sens commun qui distingue les désirs raisonnables des désirs aveugles ou à courte vue. Le désir, capacité d'orienter les actions vers une fin, prend toujours en compte les moyens de sa réalisation, et peut être modifié en fonction du coût demandé par la mobilisation de ces moyens. Dès lors Dewey refuse la distinction entre une rationalité instrumentale et une rationalité orientée vers des valeurs. Toute conduite humaine s'orientant vers la création d'un état plus désirable que l'état présent, doit évaluer les moyens disponibles pour s'effectuer. Ces moyens sont plus ou moins coûteux, plus ou moins désirables. Le moyen est aussi une fin, et toute finalité est le moyen d'autre choses : il n'y a pas de fin dernière ou en soi (si je recherche le bonheur c'est que cet état rendra mes actions futures plus aisées ou plus plaisantes).

5Pour développer sa théorie de la valuation (« valuer » embrassant le fait de « priser » et celui d'« apprécier », valuer quelque chose c'est lui accorder plus ou moins d'importance, alors qu'évaluer revient à produire un jugement comparatif), Dewey commence par marquer son opposition d'une part aux théories dites « empiristes », qui rabaissent les valeurs au rang d'émotions, leur déniant toute rationalité, ce qui aboutit à un relativisme absolu ou sceptique, mais aussi d'autre part, aux théories métaphysiques se référant à des valeurs a priori. Les valeurs ou le fait de valuer s'observent bel et bien dans le monde puisque tout comportement humain (hormis ceux qui obéissent à la simple coutume, routine ou habitude, et hormis les comportement organiques ou stimuli, mais ici il ne s'agit pas de comportements à proprement parler « humains ») est le produit d'une valuation. Les valeurs ne sont ni universelles ni données a priori, elles sont le produit d'un désir, désir qui est lui-même le produit d'un manque, d'un état d'insatisfaction ou du moins d'un problème posé par ou dans une situation donnée. Ces problèmes proviennent toujours de l'inscription d'un corps organique dans un environnement qui est plus ou moins modifiable et auquel le corps peut plus ou moins s'adapter : voilà pour la base de la condition humaine. Mais cette condition humaine se vit aussi en groupe, et on observe aisément ce à quoi les groupes accordent une plus ou moins grande valeur (ce qu'ils tiennent pour précieux).

6Dès lors, la science (et non la métaphysique) est-elle capable de hiérarchiser (évaluer) les valeurs, de cesser de les considérer comme arbitraires ou relatives ? Peut-elle comprendre comment se forment les valeurs ? Dewey montre comment on peut répondre positivement à ces deux questions. La science, dont le progrès est lui-même une valeur, a commencé à donner des résultats satisfaisants lorsqu'elle a cessé de se référer à des idées a priori pour tendre à des « fins en vue de ». Ainsi la santé n'est pas la fin que le médecin a en vue, il a en vue la guérison d'un mal donné que subit un patient donné. Si la méthode qu'il préconise est efficace c'est qu'elle est utilisée après une enquête menée sur le patient et sur le mal donné. Une théorie de la valuation doit elle aussi procéder par enquêtes. Il faut donc se demander, en sciences sociales, quels problèmes se posent à un groupe social et ce qu'il met en place pour y répondre. On pourra alors découvrir, par exemple, que les normes de conduite suivies par un groupe sont le produit d'une stratégie d'une classe sociale et dominante pour servir ses propres intérêts. Ces normes dérivent le plus souvent elles-mêmes de valuations. C'est parce qu'on a désiré parvenir à tel état donné que l'on a adopté dans le passé telle conduite (rationnelle par rapport à la fin donnée). Cette conduite s'est transformée en habitude, en norme. Mais l'on peut toujours réinterroger la finalité si elle apparaît plus indésirable. Dewey rappelle que « la valeur de la conclusion en science, est définie par sa capacité à résoudre un problème posé. » Elle n'est pas jugée à l'aune d'une idée a priori et c'est en quoi elle est efficace. Les sciences sociales doivent imiter ce modèle.

7Enfin, les désirs peuvent être valués (on distinguera entre le désiré et le désirable) : il suffit de se demander d'abord si le coût des moyens mobilisés pour la réalisation du désir est pertinent, et ensuite, si au vue des conséquences obtenues par leur réalisation, les désirs sont ou non satisfaisants. Dewey précise également que si la réalisation d'un désir met en jeu la notion de plaisir, le plaisir est lui aussi toujours valué par les individus. Tous les plaisirs ne sont pas équivalents, ce qui arrive « gratuitement », n'est pas le fruit d'un désir (mais d'un souhait) et n'est pas à proprement parler une valeur.

8On voit ainsi se dessiner l'orientation politique du philosophe : si les fins de l'action humaine ne sont pas données a priori, si elles émergent dans des contextes donnés et sont le produit d'un manque dans une situation vitale (produit d'un désir), elles sont à la fois variables et modifiables (ce qu'on observe de toute façon). Observer les mécanismes de création des fins, de ce que l'on tient pour précieux, en faire une science, doit permettre de modifier ces fins de manière plus consciente. Donner à tout un chacun la capacité d'évaluer des actes, précise le texte de présentation du recueil, est le produit d'un choix politique, mais cela permettra aussi de rendre les choix de société plus démocratiques car les actions émotionnelles ou routinières seront remplacées par des évaluations, et car la capacité de valuer, en se développant, pourra générer de nouveaux désirs et de nouvelles valuations. Le développement d'une psychologie scientifique, ou d'une théorie de la valuation n'est aujourd'hui empêché, conclut Dewey que par des « intérêts d'institutions et de classe. »

9Nous ne pouvons que nous féliciter de la traduction de ces textes qui rendent accessibles aux lecteurs francophones un classique de la sociologie trop souvent oublié jusqu'à aujourd'hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Wahl, « John Dewey, La formation des valeurs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/5848

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page