Navigation – Plan du site

Martine Reid (dir.), Les femmes dans la critique et l’histoire littéraire

Laurent Robert
Les femmes dans la critique et l'histoire littéraire
Martine Reid (dir.), Les femmes dans la critique et l'histoire littéraire, Paris, Éditions Honoré Champion, 2011, 216 p., ISBN : 9782745322326.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ainsi que l’indique Martine Reid, la situation est radicalement différente dans le monde anglo-sax (...)

1Les femmes dans la critique et l’histoire littéraire reprend les actes d’un colloque tenu à la Bibliothèque nationale de France en mars 2009. Comme le rappelle Martine Reid dans l’« Introduction » du volume, les études littéraires universitaires en France se sont montrées globalement peu réceptives aux multiples formes qu’a pu prendre la pensée féministe. La conséquence en est l’absence, du moins en langue française, aussi bien de vastes synthèses sur l’histoire des écrivaines que d’ouvrages d’histoire littéraire réévaluant sensiblement le rôle et la place des femmes1. Le présent recueil n’a pas pour ambition de combler ces lacunes. Plus modestement, il s’efforce de renverser quelque peu la perspective par le biais d’études ponctuelles apportant chacune leur contribution à ce qui constituerait une histoire de la critique et de l’histoire littéraires.

2Divisé en deux parties, une première consacrée aux « Places et figures », une seconde aux « Critiques et discours », l’ouvrage propose des études de cas s’insérant dans un pan très large de l’histoire de la littérature française, du dix-septième siècle jusqu’à la fin du vingtième. Dans « Y a-t-il une place pour les femmes dans la création littéraire ? Marie de Gournay et la figure de l’autrice », Jean-Claude Arnould analyse la manière complexe, sinon ambiguë, dont Marie de Gournay a envisagé son statut d’auteure. Dans le traité du « Grief des dames », la femme de lettres dénonce avec virulence les critiques misogynes, incompétents pour juger de la qualité de quelque écrit que ce soit. Les références littéraires qui émaillent l’ensemble de son œuvre apparaissent cependant « des plus banales » (p.15) et ne laissent pratiquement aucune place aux écrivaines de son temps ni à celles qui appartiennent à un passé proche. En réalité, les prises de position de Marie de Gournay recèlent une part de plaidoyer pro domo. Favorable à l’égalité des sexes, elle défend – audacieusement – son intervention dans le « discours masculin sur les Lettres » (p.28). Ce faisant, elle ne peut endosser dans le même temps la thèse de l’« “égalité dans la différence” » (ibid.) – ni chercher à favoriser d’autres écrivaines qu’elle-même.

3Éliane Viennot, pour sa part, s’attache au « traitement des grandes autrices françaises dans l’histoire littéraire du xviiie siècle » et à sa fonction dans « la construction du panthéon littéraire national ». En fait de « traitement » des « autrices », il s’agit surtout de leur éviction progressive des ouvrages abordant l’histoire de la littérature française, singulièrement à partir de la seconde moitié du xviiie siècle, le point d’orgue de ce phénomène étant atteint dans le Lycée ou Cours de littérature ancienne et moderne de La Harpe, où « en termes quantitatifs, une poignée de femmes occupe 0,4% de l’ouvrage » (p.31). C’est également vers le milieu du xviiie siècle (en 1752 exactement) que le Dictionnaire de Trévoux condamne le mot « autrice » au profit d’« auteur », condamnation bientôt relayée par le Dictionnaire de l’Académie, en 1762. À cet égard, l’article d’Éliane Viennot se voit complété par celui de Joan DeJean, situé au début de la seconde partie, « Le grand oubli : comment les dictionnaires et l’histoire littéraire modernes ont fait disparaître le statut littéraire féminin ». L’auteure y rappelle que le terme « auteur », durant pratiquement tout le xviiie siècle, « pouvait s’appliquer tout aussi bien à une femme qu’à un homme et était utilisé exactement de la même façon pour désigner un homme qui avait publié un ouvrage et une femme qui avait publié un ouvrage » (p.70). La valeur épicène d’« auteur » vacille avec l’apparition, cautionnée par l’Académie dans son Dictionnaire de 1798, du syntagme « femme auteur ». La différenciation opérée entre « auteur » et « femme auteur » rejoint l’exclusion des femmes – ou de la très grande majorité d’entre elles – du canon littéraire. Joan DeJean conclut en se demandant s’il est possible d’« imaginer une langue – et une histoire littéraire – opérant un retour en arrière, pour retrouver les années 1680-1800, époque à laquelle tous les lexicographes français acceptaient comme une évidence l’idée que “quand on parle des ouvrages de l’esprit, Auteur est de deux genres” » (p.83). L’application à l’époque contemporaine du principe de féminisation des titres et noms de métiers – d’ailleurs perçue comme un acquis en termes d’égalité des sexes – apporte une réponse franchement négative. De même, l’émergence et l’utilisation de plus en plus fréquente des substantifs « auteure » et « écrivaine » – dont témoigne du reste ce recueil d’articles – semblent confirmer que l’histoire fait rarement marche arrière : on ne reviendra pas de sitôt à « autrice » ou « authrice », ni à un « auteur » épicène.

  • 2  Alain Viala, La France galante, Paris, PUF, 2008.

4Avec « Oublier les Précieuses ? Critique d’une catégorie critique (1999-2009) », Myriam Dufour-Maître interroge la qualification d’« inactualité, pour l’étude des femmes de lettres au xviie siècle, de la catégorie des Précieuses » (p.44). Elle montre, non sans accents polémiques, combien la notion de « galanterie » explorée et définie par Alain Viala2, s’érigeant en « substitut avantageux du classicisme », « évacue la préciosité autrement qu’à titre de déviance féminine » (p.51). Affectant de valoriser les femmes, la catégorie épicène de la galanterie « les fait rien moins que disparaître » (p.52). Pour éviter cet effacement, Myriam Dufour-Maître suggère de prendre en compte les auteures de l’âge galant en les intégrant dans l’histoire des femmes et des auteures. Elle insiste également sur la nécessité d’une « archéologie des discours » (p.53), indispensable pour renouveler l’écriture de l’histoire littéraire, notamment lorsqu’il s’agit de n’y plus gommer la dimension du féminin – sans toutefois verser dans l’identification naïve à celles qui écrivaient en des siècles passés.

  • 3  Pour ne citer qu’un exemple, pensons au « Poésie, I premuse ? » de Jean-Pierre Verheggen, dans son (...)
  • 4  À titre d’hypothèse, les femmes poètes seraient davantage représentées et admises au Québec et en (...)
  • 5  Qu’en est-il par exemple de l’importance et de la place d’Anne-Marie Albiach, poète si souvent cit (...)

5Dans son article sur la « place problématique des femmes poètes », Christine Planté revient sur le paradoxe selon lequel « on rencontre bien des femmes poètes à presque toutes les époques de la culture française […], mais [que] très peu sont inscrites de plein droit dans l’histoire de la poésie » – et ce, alors même que la poésie est un genre littéraire « qui se pense facilement au féminin » (p.55),  fût-ce dans le prolongement plus ou moins assumé ou ironisé à l’époque contemporaine de la topique de la Muse3. L’auteure se livre tout d’abord à une enquête quantitative – tenant plutôt du coup de sonde – visant à apprécier « la place faite aux femmes poètes » dans les anthologies, les ouvrages d’histoire littéraire, les manuels et les sites  Internet dévolus à la poésie. L’ensemble est intéressant dans la mesure où il tient lieu d’introduction – ou d’invitation – à nombre d’études futures, réalisées selon des angles d’attaque plus précis. En particulier, il serait pertinent de confronter la réalité des femmes poètes dans le champ littéraire français à celle des femmes poètes dans d’autres champs littéraires francophones4. Une seconde partie de l’article est consacrée à « trois femmes, ou [aux] paradoxes de la réception ». Sont décrites succinctement la réception très diversifiée au cours du temps de l’œuvre de Marceline Desbordes-Valmore ainsi que l’admiration qu’ont suscitée lors de leur publication, en 1871, les Poésies philosophiques de Louise Ackerman, avant que cette dernière ne sombre dans l’oubli – en dehors des publications réservées à la poésie ou à la littérature féminines. Enfin est rappelée l’hostilité, teintée de misogynie et de xénophobie, qui a frappé Marie Krysinska dès lors que celle-ci a tenté de revendiquer l’invention du vers libre. Ces éléments sont relativement bien connus mais, encore une fois, engagent à prolonger la recherche, par exemple par des études portant sur l’inscription à diverses époques des femmes poètes dans le champ littéraire5.

6Outre l’article de Joan DeJean déjà évoqué, la seconde partie comporte deux contributions qui relèvent d’un travail d’exhumation – ou d’archéologie – au sein de ce vaste corpus ignoré que constitue l’histoire littéraire des femmes – c’est-à-dire écrite par des femmes sur des femmes. Ainsi Nicole Pélegrin se consacre-t-elle au « Dictionnaire de Fortunée Briquet (1804) » et Vicki Mistacco aux « silences de l’histoire » analysés à partir de l’oubli dans lequel a versé « l’Anthologie féminine de Louise d’Alq ». Par ailleurs, Shelly Charles s’attache au « “Domaine des femmes” », soit au roman perçu comme le genre littéraire où s’exprime, par prédilection, la délicatesse féminine, selon les commentaires de « la critique au tournant des Lumières ».

7Enfin, deux articles se penchent sur des témoignages, non encore analysés sous cet angle, de la « réticence séculaire des critiques et des tenants de l’histoire littéraire à la participation des femmes dans la production d’une littérature de haute volée », pour reprendre les termes d’Anne E. McCall (p.148). Celle-ci analyse initialement les ambiguïtés idéologiques et méthodologiques d’Henri Carton dans son Histoire des femmes écrivains de la France (« Henri Carton, Gustave Lanson, Jean Larnac : questions critiques »). Elle se penche ensuite sur le refus de Gustave Lanson d’accorder à la forme épistolaire le statut de genre littéraire – ce qui revient de facto à exclure les femmes de la littérature, la lettre étant considérée comme une pratique sociale féminine par excellence. En dernier lieu, elle souligne combien les efforts apparents de Jean Larnac pour valoriser les œuvres des femmes sont lourdement contrebalancés par des opinions méprisantes, en particulier sur les auteures les plus (re)connues et les plus proches du temps présent. Quant à Evelyne Ender, elle s’intéresse à la « place » des « femmes auteurs dans la tradition critique genevoise » – soit pour l’essentiel d’Amiel à Jean Rousset et Jean Starobinski. Elle est amenée à conclure que la consolidation d’« un cénacle composé d’auteurs appartenant à une tradition masculine » finit par rejeter « dans les limbes » la femme qui écrit, relégation encore confortée par l’installation « dans le langage (et donc la pensée critique) » du « concept de femme auteur » (p.180).

8Les femmes dans la critique et l’histoire littéraire n’intéressera pas seulement les chercheurs spécialisés en études féminines et en gender studies : des historiens de la poésie ou des historiens de la critique et des théories littéraires – pour ne prendre que ces exemples –pourront également y trouver des éclairages pertinents.

Haut de page

Notes

1  Ainsi que l’indique Martine Reid, la situation est radicalement différente dans le monde anglo-saxon, où ont paru notamment The History of Women’s Writing in France de Sonya Stephens (dir.), Cambridge, Cambridge University Press, 2000 et French Global : A New Approach to Literary History de Christie Mc Donald et Susan Suleiman (dir.), New York, Columbia University Press, 2010.

2  Alain Viala, La France galante, Paris, PUF, 2008.

3  Pour ne citer qu’un exemple, pensons au « Poésie, I premuse ? » de Jean-Pierre Verheggen, dans son texte « La grande poésie doit toujours avoir l’air ridicule. (Éloge de la grande poésie) » in Ridiculum vitae, Paris, La Différence, 1994, p.111.

4  À titre d’hypothèse, les femmes poètes seraient davantage représentées et admises au Québec et en Belgique francophone. Elles y pratiquent un genre prestigieux mais secondaire – eu égard au roman – dans une zone non moins périphérique par rapport au centre parisien, selon la terminologie de Jean-Marie Klinkenberg (cf. Périphériques Nord, Liège, Les Éditions de l’Université de Liège, 2010, notamment le premier chapitre « Les littératures francophones : un modèle gravitationnel », pp.17-31). Doublement décalée, la femme poète belge constituerait l’anti Amélie Nothomb. Cela doit évidemment être étayé.

5  Qu’en est-il par exemple de l’importance et de la place d’Anne-Marie Albiach, poète si souvent citée – y compris dans cette étude – comme représentante contemporaine par excellence, sinon archétypale, d’une écriture rare, exigeante, refusant tout lyrisme, ou plus récemment encore de celles de Nathalie Quintane ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Robert, « Martine Reid (dir.), Les femmes dans la critique et l’histoire littéraire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 14 novembre 2011, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/6784

Haut de page

Rédacteur

Laurent Robert

Docteur en langues et lettres. Maître-assistant à la Haute Ecole de la Communauté française en Hainaut (Mons)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page