Navigation – Plan du site

Marianne Blanchard, Joanie Cayouette-Remblière (dir.), « Penser les choix scolaires », Revue Française de Pédagogie, n°175, Avril-Mai-Juin 2011

Elodie Wahl
Penser les choix scolaires
Marianne Blanchard, Joanie Cayouette-Remblière (dir.), « Penser les choix scolaires », Revue Française de Pédagogie, N°175, Avril-Mai-Juin 2011, Lyon, ISSN : ISSN 0556-7807.
Haut de page

Texte intégral

1Le dossier du numéro 175 de la Revue Française de Pédagogie est consacré à la question de l'orientation scolaire. Il se compose de quatre articles et de quatre « contrepoints ». La rubrique « Varia » comprend deux articles : l'un de Marine Kervran, « Didactique convergente du langage et des langues à l'école primaire : le rôle de la mémoire didactique », l'autre de Jean-Paul Fischer, « Nouveaux éclairages sur l'écriture en miroir des enfants de l'école maternelle ». Enfin, la note de synthèse concerne « les motivations à devenir enseignant ».

2Dans l'article introductif du dossier, Marianne Blanchard et Joanie Cayouette-Remblière, qui coordonnent le dossier, rappellent de quelle mise en cause souffre la politique de libéralisation du choix des familles concernant l'établissement scolaire dans lequel elles vont scolariser leurs enfants – possibilité de choix allant à l'encontre du suivi des règles sectorielles, en vigueur depuis l'après-guerre. Aujourd'hui, cette libéralisation semble s'imposer comme la seule réponse offerte par l'institution pour faire face aux inégalités sociales et scolaires. Or si on peut douter que cette possibilité de choix puisse améliorer vraiment les conditions de la compétition scolaire, on peut aussi interroger la manière dont se sont faits les choix d'orientation jusqu'à aujourd'hui (ainsi que la manière dont à été élaborée leur critique) et repérer plus finement les modalités dans lesquelles ils s'effectuent en fait.

3Sylvain Broccolichi et Rémi Sinthon (« Comment s'articulent les inégalités d'acquisition scolaire et d'orientation ? Relations ignorées et rectifications tardives ») ont choisi d'examiner à nouveaux frais les études de l'INED sur la sélection scolaire menées dans les années 60. Ils récusent le paradigme selon lequel les enfants des milieux populaires auraient subi une forte discrimination de la part de l'institution, les écartant le plus souvent de l'enseignement secondaire général, alors que leurs résultats scolaires ne le justifiait pas forcément. Selon ce paradigme, les enfants des milieux populaires orientés vers le secondaire général auraient été « sur-sélectionnés ». Ils devraient donc connaître des taux de réussite très satisfaisants. C'est ce que croyaient constater alors les chercheurs de l'INED, qui mettaient du coup en cause l'arbitraire de la sélection effectuée par l'institution ainsi que la passivité des familles devant cet arbitraire (qui avait pour corollaire une orientation subie). Pourtant, depuis les années 80, on constate que les élèves des milieux populaires scolarisés dans l'enseignement secondaire général (au lycée) obtiennent moins le baccalauréat que les autres, et, en général, après un ou plusieurs redoublements. Face à ce constat Sylvain Broccolichi et Rémi Sinthon ont réexaminé les données des enquêtes antérieures, et constaté que « les enfants d'ouvriers parvenus en terminale il y a quarante ans échouaient déjà environ deux fois plus souvent au baccalauréat que les élèves issus des groupes plus favorisés (cadres supérieurs ou professions libérales) ; et ils étaient déjà plus âgés en moyenne quand ils l'obtenaient ». En fait, si, à l'entrée en 6e, les résultats des élèves issus des milieux populaires ne sont pas significativement plus faibles que ceux des autres élèves, l'écart se creuse tout au long de l'enseignement secondaire. Dès lors on ne peut pas considérer que l'entrée au lycée général (en seconde GT) sous-sélectionne les élèves des milieux populaires – au sens où elle les exclurait plus systématiquement sans critères justifiés. Si les admis dans les filières GT étaient sur-sélectionnés, ils devraient mieux réussir que les autres : or ce n'est pas le cas loin s'en faut.

4Ceci amène à réviser la thèse de l'absence d'implication des familles des milieux populaires dans l'orientation scolaire corrélée à celle de l'arbitraire de l'institution en matière de choix d'orientation. Mais ceci invite aussi à réaliser que l'échec scolaire massif des enfants issus des milieux populaires se construit entre la sixième et la troisième. Face à ce constat, les familles des milieux populaires qui craignent un échec au lycée, font peut-être des choix « réalistes » en laissant l'institution orienter leurs enfants hors du lycée GT.

5Choukri Ben Ayed (« A qui profite le choix de l'école ? Changements d'établissement et destins scolaires des élèves de milieux populaires ») interroge quant à lui la pertinence des choix des familles concernant le changement d'établissement scolaire. Ce choix peut résulter de deux motivations différentes : soit la velléité de rechercher ce qu'on appelle « un entre-soi » (pratiques d'évitement de l'établissement de secteur), soit la recherche d'un palliatif à l'échec scolaire constaté de l'élève. C'est surtout sur ce second point que se concentre l'auteur, et il focalise l'attention sur les cas des élèves issus des milieux populaires (les enfants d'ouvriers scolarisés hors secteur sont quasiment aussi nombreux que les enfants de cadres). L'enquête est sans équivoque : l'amélioration de la réussite scolaire des élèves ayant changé d'établissement n'est pas prouvée, au contraire. Néanmoins, il faut se garder de présenter le changement d'établissement comme une cause ou un facteur d'échec. Cette manière de voir les choses conduirait à affirmer que ceux qui seraient restés dans l'établissement de secteur réussiraient mieux, et que la stabilité serait un facteur de réussite (ce que peut parfois laisser entendre l'auteur : « … la fréquence des changements d'établissement détermine une grande part des niveaux d'acquisition des élèves en mathématiques et en français, lors des épreuves du diplôme national du brevet des collèges (DNB). … ce sont les élèves mobiles qui se caractérisent par les acquisitions scolaires les plus faibles »). Or ce serait là un raccourci fallacieux : rien ne peut prouver que les élèves en échec qui ont changé d'établissement auraient mieux réussi en restant dans leur établissement d'origine. L'auteur reconnaît d'ailleurs que les  comportements qui amènent les élèves à changer d'établissement sont le produit de leur échec scolaire. Il affirme néanmoins que la meilleure réussite scolaire est plutôt l'apanage des élèves stables. Une première conclusion serait donc que l'élève perturbateur ne gagne rien à être changé d'établissement... mais une seconde, me semble-t-il, serait que l'exclusion de cet élève permet aux autres de ne pas avoir à changer d'établissement et de voir leur scolarité être perturbée !

6L'enquête montre aussi que « les élèves ont d'autant plus de chances de changer d'établissement qu'ils ont été scolarisés dans un collège hors secteur, et davantage encore dans un établissement privé à l'entrée en 6e. » Or si c'est l'échec scolaire qui explique le changement d'établissement, il faut bien en déduire que la scolarisation dans le privé tend à fragiliser les élèves, quel que soit leur origine sociale. Concernant les élèves issus des classes sociales plus favorisées, la scolarisation hors secteur les avantage le plus souvent, sauf s'il s'agit d'une scolarisation dans le privé. Mais on peut penser que le choix de scolarisation dans le privé résulte d'une réaction à l'échec scolaire, alors que le choix de scolarisation dans un établissement public hors secteur est plutôt la manifestation d'une recherche d'entre-soi.

7Ugo Palheta (« Enseignement professionnel et classes populaires : comment s'orientent les élèves « orientés » ») montre que l'enseignement professionnel, souvent considéré comme une orientation « par défaut » est plus diversifié qu'on ne le croit. Certaines filières (notamment artisanales) sont sélectives. L'auteur distingue deux profils types de lycéens concernés par l'enseignement professionnel : ceux qui se sentent relégués et attendent de leur passage au LP un moyen de poursuivre des études (en BTS par exemple), et ceux qui considèrent qu'ils ne sont pas faits pour l'école et qui valorisent la proximité avec le monde du travail. Mais, à propos des premiers, on constate qu'ils n'adoptent pas pour autant forcément une attitude conforme à la disposition scolaire, et que le BEP – ou le Bac pro en trois ans aujourd'hui – constitue plutôt une occasion de « faire en douceur le deuil de leurs aspirations scolaires ». Concernant les seconds, s'ils revendiquent dans le discours leur choix de formation, on sait que ce dernier dépend plutôt de l'offre locale que d'une véritable inclination.

8L'auteur distingue également les élèves ayant fait le choix d'une formation en alternance (les apprentis) et ceux poursuivant leur scolarité en LP. Les jeunes issus de communes rurales ont une propension plus grande que les citadins à devenir apprentis, de même que, en ville, les jeunes dont le père est d'origine française (plutôt que maghrebine ou africaine). On constate également des différences de choix de filières selon la CSP des parents (comptabilité ou soins aux personnes, pour les élèves issus des classes intermédiaires ou privilégiées). L'auteur parle alors de « stratégies » mises en place par ces élèves prématurément relégués de l'enseignement général, puisque très rarement il s'agit véritablement d'un choix positif. Il précise également que dans bien des cas, les formations que suivent ces jeunes ne correspondent ni à leurs attentes, ni à leurs dispositions.

9Pour terminer, il faut souligner le grand intérêt de la note de synthèse qui porte sur les motivations à devenir enseignants. Jean-Louis Berger et Yannick d'Ascoli ont pris en compte une littérature internationale, et s'intéressent aussi bien aux motivations de jeunes choisissant ce métier, qu'à celles de professionnels qui ne l'embrassent qu'après un autre parcours (en entreprise le plus souvent). On peut distinguer schématiquement trois types de motivations : altruistes (s'occuper des autres, leur transmettre un savoir, des valeurs), intrinsèques (le désir d'enseigner, le goût d'une discipline), et extrinsèques (les avantages liés au métier : horaires, vacances, salaire). Les enseignements ayant embrassé le métier après une autre carrière, sont plus attachés à des motivations extrinsèques, alors que parmi les enseignants mettant en avant les autres motivations, on trouve que les enseignants du primaires ont davantage de motivations altruistes, ceux du secondaires des motivations intrinsèques. L'article que nous ne pouvons davantage détailler mérite lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Wahl, « Marianne Blanchard, Joanie Cayouette-Remblière (dir.), « Penser les choix scolaires », Revue Française de Pédagogie, n°175, Avril-Mai-Juin 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 27 décembre 2011, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/7088

Haut de page

Rédacteur

Elodie Wahl

Docteure en sociologie plp lettres-histoire

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page