Navigation – Plan du site

GRDS, L'école commune. Propositions pour une refondation du système éducatif

Elodie Wahl
L'école commune
GRDS, L'école commune. Propositions pour une refondation du système éducatif, Paris, La Dispute, coll. « L'enjeu scolaire », 2012, 207 p., ISBN : 978-2-84303-223-3.
Haut de page

Texte intégral

1L'école commune, sous-titré, Propositions pour une refondation du système éducatif est un ouvrage du Groupe de recherche sur la démocratisation scolaire (GRDS), composé de chercheurs issus du mouvement syndical ou politique, les contributions des six auteurs (Alain Becker, Jérôme Deauvieau, Tristan Poullaouec, Janine Reichstadt, Jean-Pierre Terrail, José Tovar) ont été discutées collectivement. Il s'agit d'un ouvrage de propositions mais aussi de critiques, ces dernières étant largement tributaires du livre de Jean-Pierre Terrail, De l'oralité. Essai sur l'égalité des intelligences (La Dispute, 2009) qui imputait l'échec scolaire à l'incapacité du système scolaire à donner à tous les élèves une aisance suffisante dans la culture écrite, fondement de tout apprentissage.

2L'ouvrage se compose de cinq chapitres, le premier explicite l'idée d'une « école commune » et la lie à l'ambition de réaliser, enfin, une véritable école démocratique (les auteurs rappellent qu'actuellement, un enfant fils d’ouvrier n'a que 22% de chances de sortir de l'école avec un bac général). Le GRDS propose de supprimer les lycées professionnels et les CFA, et ceci pour deux raisons. La première est que ces institutions scolaires et professionnelles constituent des « plans de secours » pour les élèves qui ne réussissent pas dans l'enseignement général tel qu'il existe actuellement. L'élimination de ces institutions aurait alors pour corollaire l'obligation de transformer l'enseignement général afin qu'il permette la réussite de tous. La seconde raison est donnée plus implicitement. Le système scolaire français d'aujourd'hui est bien l'héritier du système fondé sous la Troisième République par Jules Ferry : les élites suivent les formations qui leur permettent d'accéder aux positions dirigeantes (ou d'en « hériter »), les enfants des classes moyennes accèdent grâce à l'enseignement général aux fonctions d'encadrement, et les enfants des classes populaires sont dirigés vers les fonctions d'exécution sans avoir jamais pu choisir leur orientation. Dès lors le GRDS propose une école commune (pour ne pas dire unique) de 3 ans à 18 ans. Cette scolarité obligatoire « s'organiserait autour d'un tronc commun comprenant l'école enfantine à partir de 3 ans, l'école élémentaire, puis le collège et le lycées uniques ». Les auteurs rappellent que l'objectif, depuis les années 2000, d'amener 50% des jeunes à la licence, a eu pour conséquence un creusement des inégalités entre les élèves. Le collège en a principalement fait les frais, c'est aujourd'hui l'institution qui opère le tri entre les élèves aptes à entrer dans l'enseignement supérieur, grâce à leur passage au lycée général, et ceux qui seront relégués dans l'enseignement professionnel, après quatre années d'échecs au collège.

3Le but de l'école commune est donc de permettre à tous de réussir au collège, ce qui passe par une refondation de la pédagogie des maîtres, aussi bien dans l'enseignement élémentaire que secondaire, et par une refondation de la formation des enseignants. Concernant l'école élémentaire, le but serait d'introduire deux enseignants principaux dans les classes : l'un pour l'apprentissage de la langue française, l'autre pour celui des mathématiques. Les enseignements moins importants (dessin, éducation physique, langue étrangère...) seraient délégués à des enseignants spécialisés. Il s'agit surtout de placer les élèves face à des professionnels de l'enseignement des mathématiques et de la langue écrite, afin d'éviter l'utilisation de méthodes trop simplificatrices qui induisent les élèves en erreur (de nombreux exemples sont donnés de ces simplifications abusives actuellement pratiquées).

4Concernant l'enseignement secondaire, le GRDS propose de laisser une place plus importante à l'enseignement technologique, mais surtout de remettre à la classe de terminale le moment du choix d'une orientation (avec l'introduction dans cette classe d'options de spécialités). Le baccalauréat serait donc unique lui aussi, puisque tous les jeunes devraient maîtriser aussi bien les notions de littérature, de langues, de mathématiques, de sciences, ou d'économie.

5Autre innovation, de l'école élémentaire jusqu'à la terminale, la notation des élèves et les redoublements devraient être supprimés. La visée étant d'en finir avec le classement des élèves, les idées de compétition ou de concurrence ainsi que celle d'échec définitif. Depuis l'école élémentaire, les élèves doivent s'habituer à apprendre à se corriger pour réussir, et à prendre plaisir à l'apprentissage, ce qui en fait une fin en soi.

6La formation de tous les enseignants doit être maintenue à un niveau bac + 5, et le master doit être consacré à l'apprentissage de la pédagogie (et des controverses pédagogiques), de l'histoire de la discipline enseignée, à la prise en charge des difficultés rencontrées par les élèves, ainsi qu'à des stages pratiques.

7Le dernier chapitre de l'ouvrage est consacré au traitement d'idées reçues sur l'enseignement, telles que : « Éduquer ou instruire, il faut choisir... », « Le travail à la maison, c'est décisif ! », « Des classes hétérogènes, ça ne profite à personne », etc.

8Il s'agit d'un ouvrage empli de bon sens qui propose une réforme de très grande ampleur du système éducatif. Il est très bienvenu dans un contexte de réformes permanentes qui visent toutes une soi-disant amélioration du système éducatif français (mal noté par les enquêtes PISA qui constatent notamment que 20% des jeunes de 16 ans sont en grande difficulté face à la compréhension de l'écrit), mais qui n'ont de cesse de jouer le jeu d'un creusement des inégalités entre les élèves, ce qui aboutit à l'idée désormais presque commune qu'il faut « supprimer le collège unique », ou à celle qui veut que la construction et transmission des connaissances soit remplacées des « compétences » (voire des comportements) en vue de permettre « l'employabilité » des futurs travailleurs. Contre ces réformes, qui accompagnent aussi une réduction des fonds publics alloués à l'Éducation Nationale, les syndicats, même les plus radicaux, ont l'habitude de revendiquer le retour à un état antérieur à la réforme. Le GRDS a le courage de d'attaquer les problèmes à leur source. Ainsi il ne plaide pas la cause des RASED par exemple, car selon lui, la remédiation aux difficultés des élèves hors de la classe témoigne déjà d'un échec de l'apprentissage dans la classe, c'est donc cet échec qui doit être examiné et évité, en vue d'une véritable réussite des élèves. Mais il va de soi qu'une véritable prise en charge des erreurs des élèves par les enseignants nécessite un nombre d'élèves par classes bien plus réduit par rapport à ce qu'il est aujourd'hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Wahl, « GRDS, L'école commune. Propositions pour une refondation du système éducatif », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 27 février 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/7676

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page