Navigation – Plan du site

Abhijit V. Banerjee, Esther Duflo, Repenser la pauvreté

Camille Sutter
Repenser la pauvreté
Abhijit V. Banerjee, Esther Duflo, Repenser la pauvreté, Seuil, coll. « Les Livres du Nouveau Monde », 2012, 422 p., ISBN : 978-2-02-100554-7.
Haut de page

Texte intégral

1« Si nous voulons avancer, il faut cesser de réduire les pauvres à des caricatures et prendre le temps de comprendre réellement leur vie, dans toute sa richesse et sa complexité ». C'est ainsi qu'Abhijit Banerjee et Esther Duflo introduisent leur ouvrage Repenser la pauvreté. Le texte a pour objectif d'examiner « ce que la vie et les choix des pauvres nous apprennent quant à la façon dont il faut mener la lutte contre la pauvreté à l'échelle mondiale ». Il s'agit d'une synthèse des études menées depuis de nombreuses années dans la lignée des expériences randomisées de Banerjee et Duflo. Les auteurs les ont regroupées selon plusieurs thèmes - nous invitons les lecteurs à se reporter à la bibliographie de l'ouvrage pour des références complémentaires. « Les pauvres » est l'expression employée de manière récurrente dans l'ouvrage pour désigner son objet.

2L'ouvrage se décline en deux parties : la première se consacre aux affaires privées, la seconde aux affaires publiques - aux institutions. La structure des chapitres est toujours la suivante : présentation des idées générales et partagées, et déconstruction du raisonnement. Un premier chapitre est consacré à une revue bibliographique des manières d'aborder la pauvreté dans le champ de l'économie et de la philosophie. Les auteurs proposent une définition du piège de la pauvreté comme limitation des possibilités d'améliorer ses revenus en dessous d'un certain seuil de richesse.

  • 1  Voir le chapitre II pour des exemples chiffrés.

3La faim et la pauvreté sont souvent présentées comme allant de pair. Il y aurait une trappe à pauvreté de la malnutrition, les pauvres ayant moins les moyens de se nourrir et devenant ainsi moins productifs et moins capables de générer un revenu. Or, d'une part le budget des plus pauvres n'est pas entièrement consacré à la nourriture, d'autre part, selon la loi d'Engel, les dépenses alimentaires n'augmentent pas proportionnellement au revenu1.

4Si la santé peut-être source de la trappe à pauvreté, on constate une sous-utilisation des outils de santé publique. Banerjee et Duflo utilisent quelques exemples pour montrer qu'il ne suffit pas d'un investissement extérieur pour améliorer la situation, certaines pratiques étant très peu chères : allaitement au sein, chlorage de l'eau. Le problème étant que les pauvres eux-mêmes consacrent leurs dépenses de santé à des traitements coûteux plutôt qu'à la prévention. Le rôle de l’État est alors de concentrer les efforts sur les incitations à la prévention.

5La scolarisation est un troisième enjeu majeur du développement des pays émergents. Banerjee et Duflo font le constat d'un fort taux d'absentéisme dans les écoles. Un des enjeux premiers est de faire venir les enfants à l'école. Or une étude menée entre 2002 et 2003 par la Banque Mondiale dans 6 pays a révélé un absentéisme des professeurs de près d'un jour sur cinq. Ainsi, les politiques d'éducation doivent se concentrer sur l'offre d'éducation.

6Un deuxième écueil de l'éducation est la vision du monde scolaire partagée par les pauvres. En effet, ils conçoivent ses rendements sous forme d'une courbe en S croissante avec le temps : les premières années d'études sont considérées comme moins rentables. Cette vision est corroborée par le fait que les meilleures écoles préparent les élèves issus de milieux aisés aux études supérieures, considérant les compétences fondamentales comme déjà acquises. Cette conception de l'éducation peut ainsi provoquer un piège à pauvreté. La solution est donc de créer des conditions au développement de la scolarisation de tous, en construisant des programmes mettant l'acquisition des compétences fondamentales par tous au cœur du projet.

7Banerjee et Duflo s'intéressent ensuite à la fécondité des pauvres. La première question à se poser est la raison pour laquelle les familles nombreuses sont considérées comme un obstacle au développement. Un premier argument consiste à rappeler que la démographie des pays riches est moins élevée que celle des pays pauvres. Cependant une croissance forte de la population signifie également autant de capacité à innover : d'après les auteurs, le débat ne peut donc être tranché théoriquement.

8Au niveau microsocial du foyer, on peut donc se demander s'il existe un lien de causalité entre revenu et taille de la famille. Les auteurs opèrent un déplacement vers la décision d'avoir des enfants, des contraintes qui s'imposent au poids des femmes dans la prise de décision. Un outil considéré est le développement des centres de planification familiale. Leur multiplication n'implique pas directement une baisse de la fécondité mais permet aux femmes le désirant d'avoir accès à des contraceptifs. Le choix du nombre d'enfants n'est pas contraint par un défaut d'offre de contraceptifs, mais peut-être plutôt par un ensemble de normes sociales qu'il s'agit d'infléchir.

9Le sixième chapitre inaugure la partie de l'ouvrage consacrée aux institutions. Y est traitée la notion de risque chez les pauvres. Les pauvres font face à des risques importants, car ils sont presque totalement responsables de leurs revenus économiques et doivent souvent avancer l'intégralité des capitaux nécessaires. Ainsi, l'exposition des pauvres au risque est plus marquée, avec des conséquences plus dramatiques. La stratégie de diversification des risques se pratique également, par l'occupation de plusieurs champs, les migrations temporaires d'une partie du foyer ou l'augmentation du nombre d'enfants. Cependant, ces stratégies sont très coûteuses. Les auteurs prônent dans ce chapitre une meilleure répartition des risques par leur mutualisation au sein d'un village.

10Cette protection mutuelle peut être informelle, avec toutes les limites en termes de réciprocité que cela peut comporter. S'il est préférable de recourir aux compagnies d'assurance, celles-ci sont quasi absentes des pays en développement. Premièrement, le risque d'aléa moral existe : les agents modifient leur comportement dès lors qu'un contrat est signé dans un cadre d'asymétrie d'information. Deuxièmement, il y a sélection adverse : sans obligation d'être assuré, l'existence de contrats d'assurance ne va attirer que ceux qui en ont le plus besoin - qui vont consommer beaucoup immédiatement. Troisièmement, il existe pour les compagnies d'assurance un risque de fraude. Toutefois, c'est moins l'offre que la demande d'assurance qui fait défaut dans les pays en développement. Une première raison, écartée par les auteurs, est le surinvestissement de l'État dans la protection des plus démunis. Une deuxième raison invoquée implique la mauvaise compréhension des mécanismes d'assurance par les pauvres, notamment parce que les limites des contrats (type d'accident assuré ou temporalité du contrat) ne sont pas comprises. Pour ces raisons, Banerjee et Duflo défendent le rôle de l'État dans l'émergence d'un marché des assurances.

11Le chapitre suivant est consacré aux prêts accordés aux pauvres, et pose la question de l'efficacité du microcrédit. L'obstacle principal pour prêter aux plus pauvres est le coût de la collecte d'information. Par conséquent, les pauvres empruntent à des individus qu'ils connaissent déjà et la concurrence entre prêteurs ne fait pas baisser les taux d'intérêt : chaque prêteur sollicité doit engager un coût fixe important pour se renseigner, et donc fera payer des intérêts élevés. Ce qui explique d'après les auteurs que les banques ne prêtent pas aux pauvres.

12Le microcrédit, développé par M. Yunus, est alors présenté comme une solution pour la manière de prêter aux pauvres. Fondée dans les années 1970, la première banque de microcrédit, la Grameen Bank prête aujourd'hui à près de 200 millions de clients. Le principe du microcrédit est de prêter à un groupe d'emprunteurs solidaires : ce prêt est extrêmement contraint en termes de type et de délai de remboursement. La conclusion des auteurs est modérée : le microcrédit n'engendre pas de miracle, mais l'objectif principal de la microfinance fonctionne.

13Les auteurs rappellent ainsi les limites du microcrédit. D'abord, beaucoup de pauvres n'ont pas le désir de monter une entreprise. De plus, responsabilité solidaire ne permet pas la prise de risque. Enfin, Le microcrédit ne permet pas de financer des achats coûteux immédiatement ou des investissements dont la rentabilité n'est pas assurée à court terme. Ainsi, le défaut majeur du microcrédit est de ne pas être un outil efficace pour l’investissement risqué.

14Le chapitre suivant considère l'épargne des pauvres, qui apparaît souvent « brique par brique », comme ajout d'un mur dans une maison ou construction d'un mur, plutôt qu'économie d'argent. Selon les auteurs, les pauvres peuvent rivaliser d'originalité pour épargner parce qu'ils n'ont pas accès à des modes d'épargne plus conventionnelle. En présence d'une offre de contrats d'épargne, les objectifs qui pourraient être atteints par l'épargne sont si lointains (mécanisme d'incohérence intertemporelle marquée) que les pauvres ne voient pas l'utilité de l'épargne. Deuxièmement, les projets d'épargne sont difficiles à construire. Ainsi, il faut rendre plus visible la lignée d'arrivée pour inciter à l'épargne.

15Les pauvres peuvent réussir comme entrepreneurs, car ils constituent un vivier d'idées innovantes et chaque innovation les concernant a un grand potentiel de rendement.

16Il y a un paradoxe en ceci que les pauvres sont très nombreux parmi les entrepreneurs, alors que le contexte économique leur est défavorable en ce sens : pas d'assurance et peu de prêts. Deux faits portent ombre au tableau : les entreprises des pauvres sont souvent très petites, et n'ont pas un rendement global très élevé. Seul leur rendement marginal est élevé, ce qui signifie qu'elles gagneraient beaucoup à grossir. Le problème est alors d'atteindre le seuil au-delà duquel le rendement global de l'entreprise s'améliore considérablement au point de « changer la vie » des pauvres. L'entreprenariat est par conséquent peu intéressant, les auteurs expliquent cet essor par l'absence d'offre d'emploi sur le marché du travail ; en créant leur entreprise, les pauvres créent du travail.

17Or obtenir un emploi stable est source de transformation, que ce soit économiquement et à court terme, ou à plus long terme, social, produisant une amélioration des conditions de vie. Ici encore, une intervention de l'État peut-être utile : une mobilité plus importante de la main-d’œuvre peut être permise par une planification urbaine dans les pays en développement et une meilleure protection sociale limitant la dépendance aux réseaux sociaux locaux.

18Les auteurs achèvent l'ouvrage par une critique de l'économie politique, commençant par rappeler la vision institutionnaliste : l'urgence dans les pays émergents est de favoriser de meilleurs régimes plus à mêmes de mettre en place les politiques ad hoc. Les auteurs prônent une position différente, selon laquelle « de petits changements peuvent parfois aboutir à une révolution douce ».

19La question d'une libéralisation se pose : tout d'abord, les pauvres n'ont pas toujours accès au marché. D'autre part, la création d'un marché va de pair avec l'érection de règles, nécessitant un État plutôt fort et plutôt peu corrompu. Ce chapitre est alors l'occasion d'interroger les responsables de la construction des normes. Selon les auteurs, ce sont de bonnes politiques qui peuvent mener à une bonne gestion globale du pays.

  • 2  Durand Cedric et Nordmann Charlotte (2011). Misère de l’économie du développement, compte rendu de (...)

20Les auteurs concluent en rappelant les leçons principales de leurs travaux : les pauvres ont peu accès à l'information, et leurs croyances sont souvent fausses. De plus, ils sont responsables d'une grande partie de leurs activités. L'accès au marché leur est défavorable. Enfin, il n'y a pas de fatalité dans ces situations. En guise de conclusion, nous renvoyons le lecteur à la critique du même ouvrage par Cédric Durand et Charlotte Nordmann2.

Haut de page

Notes

1  Voir le chapitre II pour des exemples chiffrés.

2  Durand Cedric et Nordmann Charlotte (2011). Misère de l’économie du développement, compte rendu de lecture : Abhijit V. Banerjee et Esther Duflo, Poor Economics. A Radical Rethinking of the Way to Fight Global Poverty, New York, Public Affairs, 2011, 320 p, La Revue des Livres, n° 1, Disponible ici http://www.revuedeslivres.fr/misere-de-leconomie-du-developpement-cedric-durand-et-charlotte-nordmann/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Sutter, « Abhijit V. Banerjee, Esther Duflo, Repenser la pauvreté », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 30 avril 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/8284

Haut de page

Rédacteur

Camille Sutter

Ancienne élève de l'ENS de Lyon

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page