Navigation – Plan du site

« L'Europe après la crise. Des solutions pour sortir de l'impasse », Regards croisés sur l'économie, n° 11, juin 2012

Patrick Cotelette
L'Europe après la crise
« L'Europe après la crise. Des solutions pour sortir de l'impasse », Regards croisés sur l'économie, n° 11, juin 2012, 2012, La Découverte, ISBN : 9782707173775.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Dont d’autres numéros parmi les 11 parus ont déjà été chroniqués par Lectures, sur la fiscalité, l (...)
  • 2  Comme la définition d’une zone monétaire optimale, l’analyse du Plan Keynes à la sortie de la Seco (...)
  • 3  Comme la chronologie de l’euro, les crises argentine et grecque, le FESF ou le maquillage statisti (...)

1Pour ce nouveau numéro de la désormais classique revue Regards croisés sur l’économie1, le comité de rédaction s’est penché sur la brûlante actualité de la « crise de l’Europe », que l’on peut entendre à double titre comme « crise de la zone euro » et comme « crise de l’Union Européenne ». À nouveau, la revue est composée de divers articles d’économistes reconnus, ainsi que de plus courts encadrés permettant de rapidement faire le tour de points techniques2 ou empiriques3, mais aussi de courtes introductions à chacune des parties permettant de résumer succinctement son contenu.

2Face à l’ampleur du sujet, toute la difficulté d’un tel numéro résidait dans l’articulation de l’analyse des causes de la crise, de ses symptômes, ainsi que des solutions possibles. En effet, selon la manière que l’on a de concevoir les causes de la crise, les solutions à apporter seront différentes, et parler des unes se fait rarement sans parler des autres. Tenant compte de sa nature chorale, la revue permet alors de dresser le panel des différentes visions de la « crise de l’Europe » en distinguant trois temps : des causes « des » crises, aux solutions envisageables et à l’analyse des solutions envisagées par les instances dirigeantes de l’Union Européenne.

  • 4  Cette question de la finance de marché et de sa régulation est rapidement abordée dans les article (...)
  • 5  Données Eurostat, 2012.

3Pour comprendre la « crise de l’Europe », il faut d’abord rappeler que les pays de l’Union Européenne, à l’image des Etats-Unis, ont subi les conséquences d’une crise financière4 : La chute du cours des actions concomitante à la dégradation des bilans des banques a conduit, notamment après la symbolique faillite de Lehman Brothers, à une réduction des crédits proposés aux entreprises et aux ménages. D’une crise financière est née une crise économique caractérisée par une insuffisance de la consommation privée, dont la principale conséquence est d’instaurer un cercle vicieux de réduction de la production, d’augmentation du chômage, et donc de réduction de la demande privée, etc. Afin de casser ce cercle vicieux, les pays de l’Union Européenne, comme la majorité des pays touchés par la crise financière et économique, ont mené des politiques de relance, c'est-à-dire ont augmenté au niveau budgétaire leurs dépenses publiques afin de compenser le déficit de demande privée, ce qui est également passé par le renflouement de certaines banques dont les bilans s’étaient trop dégradés. L’endettement privé de la crise financière s’est donc transformé en endettement public. C’est ainsi que les dettes publiques moyennes de l’UE-27 et des 17 pays de la zone euro, stables de 2002 à 2008, sont passées respectivement de 62,5 % du PIB en 2008 à 82,5 % en 2011 et de 70,1 % à 87,2 % aux mêmes dates5.

4C’est à partir de ce moment qu’a pu apparaître la « crise de l’Europe ». Elle a pour symptôme principal les difficultés propres aux pays de la zone euro et à leur capacité d’endettement. Avec la création de la zone euro, le taux d’intérêt (à dix ans) auquel empruntait chaque Etat était le même. Depuis 2008, des écarts de taux sont apparus puisque les créanciers sur le marché financier, en situation d’incertitude, ont cherché de plus en plus à s’assurer le moins de risques possibles de non-remboursement et ont donc commencé à comparer les risques propres à chaque dette nationale. L’augmentation du taux d’intérêt pour des pays comme l’Espagne ou la Grèce signifiait alors simplement que les créanciers faisaient moins confiance à ces pays qu’à la France ou l’Allemagne pour rembourser leurs dettes publiques. La spécificité de la « crise de l’Europe » est alors que certains pays européens, et par risque de contagion tous les pays, ont des difficultés à emprunter pour financer leurs déficits publics, ce qui met en question tout leur équilibre politico-économique.

  • 6  Selon la manière dont la baisse des cotisations sociales se répercute sur le prix final de vente, (...)

5Reste à identifier la ou les causes de ces difficultés de financement et les solutions éventuelles à y apporter. On peut d’abord simplement évoquer le fait que tous les pays de l’Union Européenne n’ont pas été affectés de la même manière par la crise économique de 2008 « selon la structure de leurs systèmes productifs et la nature de leurs institutions » (page 35). C’est ainsi l’hétérogénéité de l’Union Européenne, notamment en matière de compétitivité et de coût du travail, qui serait en cause. Une solution serait donc de réduire ces écarts, envisageable notamment par la coordination fiscale au lieu de la concurrence fiscale selon l’analyse de Jacques Le Cacheux, ou par la mise en place d’une TVA sociale analysée par Emmanuel Fahri. Sans être une solution absolue, la TVA sociale a en effet les mêmes conséquences qu’une dévaluation compétitive (impossible au sein de la zone euro) puisque le prix des exportations reste le même ou diminue6 pour un pays alors que le prix des importations augmente.

  • 7  Une bonne intuition de ce phénomène de spécialisation croissante est observable dans le document d (...)

6Pour autant, comme le rappellent les articles de Mathieu Crozet et d’André Grjebine, l’hétérogénéité de l’Union Européenne est moins un défaut de construction que la conséquence logique de la construction de l’Union Economique et Monétaire. En effet, comme l’enseigne la théorie des avantages comparatifs de David Ricardo, des pays qui commercent entre eux ont tendance à se spécialiser chacun dans certaines productions. Plus précisément, on constate que les activités ont tendance à se répartir autour d’un pôle industriel et d’une périphérie de services, pôle dont le centre de gravité s’est progressivement placé sur l’Allemagne (ce qui explique son « succès ») à mesure que l’agrandissement de l’Union Européenne a absorbé les anciens pays soviétiques d’Europe Centrale. Jean-Luc Gaffard montre ainsi que le fond du problème n’est pas celui des différentiels de compétitivité mais de leur usage : les excédents commerciaux de certains pays très compétitifs comme l’Allemagne se sont transformés en placement à l’étranger dans les pays peu compétitifs en déficit commerciaux comme la Grèce, mais sous formes de placements improductifs (comme l’immobilier), ce qui a eu pour effet de rendre structurel le différentiel de compétitivité7. Seule une politique industrielle fondée sur la coopération pourrait changer la donne. Mais l’échec de la Stratégie de Lisbonne et sa probable répétition sous la forme de l’Agenda 2020, scrutés en détail par Elie Cohen, ne semblent pas conduire à un tel changement.

  • 8  Le traité européen de mars 2012 (Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance) prévo (...)

7D’autres causes sont dès lors invocables pour expliquer la « crise de l’Europe ». Plutôt que d’y voir un problème économique, on peut y lire un problème de gouvernance économique au niveau national. C’est l’hypothèse traitée – entre autres – par Charles Wyplosz en évoquant le cas grec : « depuis longtemps, on savait que la Grèce avait un problème de déficit budgétaire, et qu’elle avait des difficultés à assurer une croissance durable. Le plus surprenant, d’un certain point de vue, est que la crise ne se soit pas déclenchée plus tôt » (page 26). Dans cette conception des événements, la « crise de l’Europe » est donc surtout issue du comportement « irresponsable » de certains gouvernements. À ce titre, et comme le détaillent Laurence Boone et Jean Pisani-Ferry, la solution viendrait de l’adoption de « bonnes » règles de comportement budgétaire, avec notamment la mise en place d’une « règle d’or » du déficit public8 et d’un comité budgétaire indépendant chargé de l’évaluation des lois de finance.

8Pour autant, la recherche de l’équilibre budgétaire à tout prix par la mise en place de plans d’austérité peut constituer un remède pire que le mal. Comme l’explique Michel Aglietta, « s’il existe une règle d’or, c’est qu’il ne faut pas tenter de réduire fortement les déficits publics tant que le secteur privé n’est pas capable de soutenir la croissance » (page 79). Les conditions actuelles des pays de la zone euro – et plus largement de l’Union Européenne – indiquent que les politiques d’austérité menées depuis 2010 n’ont pas constitué une solution aussi nette à la « crise » que l’on a pu l’entendre9.

  • 10  À rapprocher de ce propos de Jean-Paul Fitoussi : « le fédéralisme monétaire était un fédéralisme (...)
  • 11  C’est d’ailleurs sur ce point que toute la différence se fait entre les Etats-Unis et les pays de (...)
  • 12  Qui a pour fonction d’accorder des financements exceptionnels pour les pays n’arrivant pas à finan (...)

9Le regard de l’analyste peut alors porter la recherche des causes de la « crise de l’Europe » sur la gouvernance économique au niveau européen. Pascal Lamy et Jean-Paul Fitoussi s’accordent tous deux pour dire que le fond du problème est proprement politique : « la crise européenne est une crise d’intégration. Elle a révélé la différence entre la solidarité de fait qu’a créée l’Union monétaire, via notamment le système bancaire et financier, et le caractère limité des mécanismes de couverture de risque et de solidarité de droit » (Pascal Lamy, page 15)10. En effet, à partir du moment où les pays partagent une même monnaie, il est préférable qu’ils correspondent à ce que la théorie nomme depuis Mundell une « zone monétaire optimale » pour en tirer pleinement avantage. Une telle zone a pour caractéristique de disposer de mécanismes d’ajustement en cas de chocs économiques, mécanismes malheureusement défaillants dans la zone euro : une forte mobilité des travailleurs et un fort fédéralisme budgétaire11. Ainsi, même si les actions de la BCE depuis 2008 n’ont pas différé dans leur objectif de celles de la Fed américaine, comme le montre l’analyse de Claude Bordes, elles n’ont pas suffisamment été épaulées par des initiatives budgétaires au niveau européen, ce qui a retardé la sortie de crise. L’analyse menée par Eulalia Rubio sur le budget européen prévisionnel de 2014 à 2020, ainsi que sur le Mécanisme Européen de Stabilité12 montre à ce titre toute la distance entre le probable budget de la fin de la décennie et les solutions attendues par plusieurs économistes pour mettre fin à la crise politique : mettre en place un budget de l’Union Européenne suffisamment important pour avoir une capacité d’action forte pour corriger les chocs asymétriques ou mettre en place une dette européenne unique pour cesser la spéculation sur la valeur relative des dettes publiques nationales des pays membres de la zone euro.

10En conclusion, on ne saurait donc que recommander ce dernier numéro de la revue Regards croisés sur l’économie, en gardant toutefois à l’esprit que le lecteur totalement novice en économie risque d’y rencontrer quelques difficultés liées à l’ampleur et à la complexité du sujet.

Haut de page

Notes

1  Dont d’autres numéros parmi les 11 parus ont déjà été chroniqués par Lectures, sur la fiscalité, les services publics, la finance, la question environnementale, les relations économiques entre générations ainsi que le statut de la science économique.

2  Comme la définition d’une zone monétaire optimale, l’analyse du Plan Keynes à la sortie de la Seconde Guerre Mondiale, la question de l’indépendance des banques centrales, la mesure des déficits publics ou les agences de notation.

3  Comme la chronologie de l’euro, les crises argentine et grecque, le FESF ou le maquillage statistique des comptes publics grecs.

4  Cette question de la finance de marché et de sa régulation est rapidement abordée dans les articles en fin de revue, deux entretiens avec Nicolas Véron et David Thesmar.

5  Données Eurostat, 2012.

6  Selon la manière dont la baisse des cotisations sociales se répercute sur le prix final de vente, donc selon les réactions des salaires et des profits.

7  Une bonne intuition de ce phénomène de spécialisation croissante est observable dans le document de travail du CAS de juin 2012, intitulé « Convergence des économies européennes : quel bilan 20 ans après ? ».

8  Le traité européen de mars 2012 (Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance) prévoit ainsi que le déficit budgétaire structurel d’un Etat doit rester inférieur à 0,5 % du PIB.

9  Voir notamment l’article liminaire des dernières Perspectives 2012-2013 de l’OFCE, « Qui sème la restriction récolte la récession » par Xavier Timbeau.

10  À rapprocher de ce propos de Jean-Paul Fitoussi : « le fédéralisme monétaire était un fédéralisme à responsabilité limitée, du fait de la clause de non-sauvetage interdisant à la Banque Centrale Européenne d’agir en prêteur en dernier ressort » (page 71).

11  C’est d’ailleurs sur ce point que toute la différence se fait entre les Etats-Unis et les pays de la zone euro.

12  Qui a pour fonction d’accorder des financements exceptionnels pour les pays n’arrivant pas à financer dans des conditions « normales » leurs déficits publics.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « « L'Europe après la crise. Des solutions pour sortir de l'impasse », Regards croisés sur l'économie, n° 11, juin 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 27 août 2012, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/9035

Haut de page

Rédacteur

Patrick Cotelette

Professeur normalien agrégé de Sciences Economiques et Sociales

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page