Navigation – Plan du site

Spyros Théodorou (dir.), Masques et figures de la guerre

Christophe Lafaye
Masques et figures de la guerre
Spyros Théodorou (dir.), Masques et figures de la guerre, Marseille, Éditions Parenthèses, coll. « Savoirs à l'oeuvre », 2012, 224 p., ISBN : 9782863641484.
Haut de page

Texte intégral

1« C’est quoi la guerre aujourd’hui et comment peut-on la penser ? », voilà comment pourrait être synthétisé le propos de cet ouvrage collectif Masques et figures de la guerre, réalisé sous la direction de Spyros Théodorou. Ce livre, fruit d’un cycle de conférences organisé en 2008 par l’association « Echange et diffusion des savoirs »1, réunit des contributeurs pluridisciplinaires apportant chacun leur regard sur cette riche thématique2. La thèse principale de cet ouvrage, telle qu’elle est présentée pour accrocher le lecteur, serait que la guerre entre les hommes est toujours une activité fleurissante mais que les évolutions  du XXème siècle ont provoqué la « déshumanisation de ce qui est longtemps resté proprement humain, malgré sa cruauté, jusqu’à la Première Guerre Mondiale ». Au cœur de cette mutation se trouveraient le progrès technique (qui ferait changer la guerre de dimension) et l’irrationalité des buts de guerre (la limitation juridique et morale semblerait abandonnée), qui accélérait le passage de la guerre au massacre. En conclusion, notre société n’aurait le choix qu’entre une guerre perpétuelle (« une sorte de guerre systémique à toutes échelles et en tous points ») ou à une paix générale née d’un consentement général (« une paix négociée à toute échelle et en tous points »). Nous verrons au fil de ce développement, que les différentes contributions enrichissent, à notre avis, ce propos de départ.

2Une préface de Pierre Hassner lance la réflexion (p 5-9). Partant du constat que les guerres avancent dorénavant « masquées » au sein des sociétés occidentales, il remarque une évolution et une diversification des types de conflits « à partir de variations concomitantes  et l’influence réciproque des hommes, des sociétés et des techniques militaires » (p 6). Alors qu’elles s’étaient plutôt distinguées par une recherche de contrôle de la guerre, troublée par « des innovations stratégiques, sociales ou politiques » (p 7), les nouvelles technologies à l’œuvre au sein de ces sociétés repoussent les limites des conflits traditionnels et permettent de donner « la mort collective à distance » (p 8). Face à cette nouvelle postule, l’apparition du fanatisme religieux impose la figure du martyr (« la bombe humaine »), comme arme de destruction indiscriminée, imposant une nouvelle dualité radicale « du drone et de la bombe humaine ». Pierre Hassner conclut sa préface par une sombre prédiction soulignant les limites de cette dialectique : « Quand tous les individus pourront infliger la mort à des milliers de kilomètres, par leurs drones ou leurs virus, sans pour autant éviter ou contrôler les « dommages collatéraux » indiscriminés, la guerre sera morte, à moins qu’elle ne s’exerce de tous contre tous. Elle aura tué avec elle la distinction entre le public et le privé, l’Etat et l’individu » (p 9).

3A la suite de cette entrée en matière, neuf communications développent des regards complémentaires sur des aspects contemporains de la guerre. Dans la première intervention intitulée « La formalisation classique du concept de guerre et sa déstabilisation contemporaine » (p 12-30), Jean-Claude Monod distingue les guerres entre Etats et celles dont les auteurs se veulent les instruments de l’humanité face à ses ennemis. Les premières aboutirent à la mise en place de dispositifs de contrôles nécessaires contre « l’absolutisation de la souveraineté qui a longtemps servi à couvrir des crimes ». Pour les secondes, le philosophe appelle au développement d’un « cosmopolitisme autocritique pour dénoncer les dangers de l’utilisation idéologique du titre de l’humanité, du fait de mener une guerre en son nom » tout en se méfiant de « la captation (…) du titre de l’humanité au profit de logiques de puissance et de domination planétaire » (p 30). Cette réflexion est suivie immédiatement de celle de Frédéric Gros qui se porte sur la « Philosophie de la guerre et culture contemporaine des conflits » (p 33-46). Il établit des séries de catégories par lesquels les conflits actuels se distinguent des guerres classiques. Il s’interroge sur la pertinence du modèle de guerre comme conflit armé, public et juste dans le contexte actuel, qui voit le terme « d’intervention » progressivement s’y substituer dans les sociétés occidentales. Sa conclusion souligne  que « les puissances occidentales ne veulent plus faire la guerre. Elles affirment qu’elles font autre chose en « intervenant » : réparer, rétablir l’ordre, soigner » (p 46).

4Ensuite, Jacques Levy propose une réflexion sur « Le nom de la guerre le soir de la bataille » (p 49 -64). Partant du paradoxe selon lequel « (…) la guerre est finie. (…) Pourtant, le nom de « guerre » lui, est loin d’avoir disparu » (p 49), il bouscule un certain nombre d’idées reçues (stabilité du monde durant la guerre froide, un monde informé du monde, la violence est dans l’homme…) tout en affirmant que nous ne nous donnons pas les « outils nécessaires pour faire apparaître, rendre visibles, des phénomènes émergents, qui sont masqués par les cadres de pensée, les cadres de perception de l’information antérieurs » (P56). La fin de la Seconde Guerre mondiale a permis pourtant l’émergence d’une « société-monde » qui rend impossible certaines options militaires même si cela contredit le droit international (non-ingérence entre Etats). Cette rupture s’accompagne donc d’un changement d’époque difficile à saisir avec nos outils cognitifs actuels. Pour le géographe, le monde circule d’un point de vue politique et géopolitique entre « idéalisme progressiste, réalisme progressiste, idéalisme conservateur et réalisme conservateur » (p 63). Si nous avions réellement changé d’époque, l’idéalisme aurait rejoint le réalisme dans le traitement des problèmes d’une société-monde unique. Comme ce n’est pas le cas, il postule que nous sommes à l’heure d’une « aurore qui garde le souvenir très vif de l’horreur» et dont la volonté de l’homme est l’incontournable acteur du dénouement.

5Alain Crémieux fait un pas de côté afin d’attirer notre regard vers « l’armement : une industrie de souveraineté indispensable mais contestée » (p 67-82). Pour ce contributeur, « l’industrie d’armement (...) permet d’éviter certaines guerres et de gagner des batailles essentielles … » et s’avère donc « nécessaire et utile » (p 82). Toutefois, se pose la question de ses valeurs. Celle-ci regroupant « l’ensemble des matériels qui servent à faire la guerre, qu’ils soient ou non destinés à détruire » (p 67), peut-elle  fonctionner de manière éthique et morale ? Pour ce haut fonctionnaire, il y a des limites à poser d’ordre politique (cette industrie ne doit pas diriger le pays), économique (ne pas la considérer forcément favorable pour l’ensemble de l’industrie) et éthique (ne pas vendre d’armes à n’importe qui sous n’importes quelles conditions). C’est ainsi qu’une société démocratique pourrait « vivre avec et en être éventuellement satisfait » (p 69).

6Nous arrivons alors au cœur de l’ouvrage, où Pierre Conesa s’interroge sur les attentats suicides comme méthode terroriste (p 85-97). Cette contribution porte la réflexion sur leur usage comme arme de guerre tout en tachant de comprendre ses raisons : « une rationalité qu’il nous faut saisir pour pouvoir agir sur les problématiques qu’engendrent l’emploi de telles méthodes » (p 85). Il en distingue donc deux types: « le premier est lié à des crises de très longue durée, qui s’inscrivent dans l’histoire de plusieurs générations ; l’autre apparu plus récemment, regroupe des attentats anomiques, visant un ennemi globalisé » (p 90). Si une intervention politique peut tarir la source du premier, les solutions pour neutraliser la seconde sont plus complexes. Au passage, il souligne fort justement, que « ces deux catégories sont trop différentes pour que soit admise l’idée d’une guerre contre le terrorisme » (p 90).  La motivation principale des bombes humaines est alors d’ordre théologique : « l’autre (…) est le mal » (p 93). La lutte internationale contre  les cellules terroristes est alors indispensable, en ciblant les « connecteurs », ces « hommes (…) qui apportent connaissance et logistique » (p 96). Mettre fin aux attentats suicides nécessiterait plus globalement de rechercher des solutions politiques aux conflits qui nourrissent la mythologie d’un « islam opprimé » (p 97).

  • 3 .Par opposition à une histoire mythique de groupes ou de communautés qui n’existent pas.

7Roland Marchal nous propose de porter notre regard sur « L’Afrique face au paradigme de la violence » (P 99-112).  Partant du constat qu’en Afrique, « les conflits sont naturalisés, au point que cette violence lui devient immanente un peu comme les paysages sauvages de circuits touristiques se doivent d’être africains » (p 99), le chercheur nous appelle à considérer l’histoire réelle de cet espace géographique3, tout en gardant à l’esprit que la politique n’est pas simplement la résultante d’un appareil d’Etat ou d’institutions mais aussi de rapports de forces internes à la société qu’il convient de mettre en lumière. Le politologue souhaite inciter le lecteur à développer une vision multiple et contrastée de l’Afrique. Il cherche aussi à le convaincre qu’elle est finalement différente de «celle que nous croyons connaître » et combien « elle est proche de nous malgré toutes les différences qui s’imposent à nos esprits » (p 100). Ainsi, à travers l’exemple de l’Afrique cet auteur traite du regard porté par les sociétés occidentales sur la guerre, promptes à céder au « prêt à penser » - « les concepts flous ont souvent du succès » - et à une croyance contemporaine qui prétend que « le passé est le passé, et que si certaines guerres valaient d’être menées, les nouvelles, celles auxquelles nous avons affaire aujourd’hui, sont fondamentalement violentes, apolitiques et prédatrices » (p 111). L’erreur de notre temps serait de ne plus se poser la question du sens et de la rationalité des événements pour appréhender la guerre, et plus largement « ce qui est fondamental (…) : le lien citoyen, le lien politique et le lien social » (p 112) pour en expliquer les causes.

8Cette dernière réflexion sur le lien citoyen, introduit parfaitement la contribution de Georges Corm qui porte sur la « Globalisation et communautarisation du monde : quel futur pour la laïcité ? » (p 111-138). Cette pensée, dont les racines puisent sans doute dans la douloureuse histoire du Liban, souhaite promouvoir l’idée de laïcité pour résoudre les paradoxes du XXIe siècle à l’origine de  nombreux conflits. Après avoir opposé laïcité et sécularisation (qui se caractérise par la notion de communauté), l’auteur met en avant les mérites du système laïc (« affirmation de l’humanisme comme principe régulateur des sociétés et source d’éthique et de morale », « la création d’un espace public séparé de l’espace privé qui permet l’épanouissement de la citoyenneté » (p 122) et « la recherche du bien commun à l’intérieur des sociétés et entre sociétés » (p 123) et appelle le lecteur à privilégier la société. L’affirmation des principes de la laïcité devrait permettre de résoudre de nombreux conflits au Moyen-Orient - car « c’est bien dans cette région du monde où se joue le sort de la guerre et de la paix dans le monde » (p 131) -  où ses manifestations naissantes furent mis à mal par l’instrumentalisation des trois monothéismes durant la guerre froide, la création d’Etats à prétention religieuse et d’une organisation internationale basée sur le lien religieux (mouvement wahhabite), puis par l’application différenciée du droit international suivant l’appartenance ethnique et religieuse des gouvernements concernés.  L’auteur appelle donc à réaffirmer le concept de laïcité, tout en l’élargissant à une « éthique de nature cosmopolite »  (p 137) permettant de lui donner une autre résonnance, tout en faisant appel à la conscience républicaine « pour faire barrage à la montée de l’obscurantisme et de la barbarie » (p 138).

  • 4 .1914 : la guerre moderne bafoue toutes  les notions de droit jugées comme acquises et aboutit en q (...)
  • 5 Elle se caractérise par une violence portée par la passion, impulsée par des sentiments très forts (...)
  • 6 C’est la violence des guerres modernes, technologiques, de matériel, des grands appareils de destru (...)

9Enfin, les deux dernières contributions d’Enzo Traverso - « Les guerres fratricides » (p 141-157) - et de Lambros Couloubaritsis – « Guerres réelles et guerres racontées » (p 159-181) achèvent cet ouvrage sur deux réflexions stimulantes. Enzo Traverso expose dans sa contribution, son concept de  « guerre civile européenne » appliqué à la période de trente années se situant entre 1914 et 1945. Il distingue trois étapes4, tout en insistant sur la logique de « guerre civile » qui caractérise ce conflit : « pendant cette période de crise, on assiste à la transition de la guerre traditionnelle, qui s’identifie à la pratique du duel, vers une autre logique (…) qui implique le principe de la reddition inconditionnelle » (p 146). En outre, pour l’historien, cette époque de guerre civile européenne serait marquée par «  une fusion, une symbiose (…) entre violences de nature tout à fait différentes (…) qui donne la dimension paroxysmique au conflit. Pendant la Seconde Guerre mondiale a eu lieu une combinaison nouvelle entre une violence chaude5 et une violence froide6 » (p 148). Enfin, pour l’auteur, cette guerre civile s’achèverait par une lutte entre système politiques reconnaissant l’héritage du siècle des Lumières et ceux qui veulent tourner la page de 1789. Cette dernière assertion unissant le libéralisme américain et le stalinisme soviétique derrière la bannière des Lumières, laisse toutefois le lecteur sceptique. Lambros Couloubaritsis, pour sa part, s’interroge sur les thèmes de la proximité et de la souffrance humaine appliqués à la guerre. Après avoir mis en lumière les différentes formes de récits de la guerre, il affirme la supériorité de la littérature face aux autres formes de médiation. Il conclue que les guerres sont « celles par qui nous est donnée la vision la plus claire, la plus brutale de la souffrance ». Le philosophe défend alors l’idée selon laquelle l’homme devrait prendre, dans ses actions, dans ses paroles, dans sa politique, « les souffrance comme mesure. Il trouverait ainsi une référence pour son action ; ses décisions seraient soumises à la condition qu’elles n’engendrent pas de conséquences nuisibles à la dignité humaine » (p 180). En outre, les récits de la guerre en littérature peuvent provoquer la crainte et la pitié chez le lecteur, le sensibilisant et le responsabilisant. Elle peut « nous aider à prendre conscience de la souffrance des autres ». Toutefois, certains récits de guerres peuvent aussi contribuer à l’éducation des jeunes générations à ces formes de violences. Ainsi, « la violence réelle crée des narrations qui créent à leur tour de la violence réelle ; et l’un des plus grands problèmes à l’avenir sera de penser cette circularité afin de voir comment modifier la société » (p 181).

10En conclusion, l’intérêt de cet ouvrage se situe, à notre avis, dans la qualité des pistes de réflexions pluridisciplinaires ouvertes face aux transformations progressives du concept de « guerre », plutôt que dans la défense d’une vision de « l’ensauvagement » du monde, plus difficile à soutenir, nous semble-t-il, et par ailleurs largement nuancée par les propos tenus par les contributeurs. Une lecture intéressante et stimulante pour tous ceux qui dans leurs domaines d’intérêts ou champs de recherche sont amenés à conduire une réflexion sur la guerre.

Haut de page

Notes

1 . Programmation, calendrier et podcast des conférences sur le site du conseil général des Bouches-du-Rhône : http://www.cg13.fr/culture/culture/conferences/

2 . Elle est publiée aux éditions Parenthèses (http://www.editionsparentheses.com/index.html) dans la collection « savoirs à l’œuvre ».

3 .Par opposition à une histoire mythique de groupes ou de communautés qui n’existent pas.

4 .1914 : la guerre moderne bafoue toutes  les notions de droit jugées comme acquises et aboutit en quelques années à un climat de guerre civile en Europe, 1936 : la guerre civile espagnoles comme événement majeur d’une guerre civile qui ravage l’Europe, 1939 : début de la Seconde Guerre mondiale qui est une guerre civile européenne et plus largement un conflit entre grandes puissances.

5 Elle se caractérise par une violence portée par la passion, impulsée par des sentiments très forts de haine, sinon par fanatisme. C’est un processus de remise en cause des acquis de la civilisation au cœur de l’Europe.

6 C’est la violence des guerres modernes, technologiques, de matériel, des grands appareils de destruction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Lafaye, « Spyros Théodorou (dir.), Masques et figures de la guerre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/9087

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page