Navigation – Plan du site

Danièle Kergoat, Se battre, disent-elles...

Igor Martinache
Se battre, disent-elles...
Danièle Kergoat, Se battre, disent-elles..., Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2012, 353 p., ISBN : 978-2-84303-218-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Josiane Boutet, Henri Jacot, Jacques Kergoat et Danièle Linhart (dir.), Les Mondes du travail (...)

1« Ouvrière n'est pas le féminin d'ouvrier ». Cette affirmation pourrait à elle seule résumer l'itinéraire de recherche de Danièle Kergoat. Une trajectoire indissociablement scientifique, humaine et militante, tout au long de laquelle elle s'est pareillement employée à montrer que l'on ne pouvait séparer rapports de classe, rapports de genre et rapports Nord-Sud. C'est justement sur cet itinéraire qu'elle propose de revenir à travers un recueil d'un certain nombre d'articles et chapitres d'ouvrages publiés depuis la fin des années 1970. Si ces derniers présentent de ce fait un certain nombre de redondances, on peut aussi y voir une réflexion en train de s'élaborer et qui, pour reprendre une métaphore de circonstance, enrichit petit à petit l'ouvrage à mesure qu'elle le remet sur le métier, par la réalisation d'une nouvelle enquête dans « les » mondes du travail1.  

2Contrairement à ce que pourrait suggérer le titre choisi pour ce livre, il ne s'agit pas, directement du moins, prioritairement des mobilisations « féministes », mais plus largement d'une réflexion sur la place des femmes dans l'organisation du travail productif – et reproductif. Car, et c'est là un des principaux messages que la chercheuse s'est employée à faire passer : il est non seulement illusoire de dissocier la sphère du travail rémunéré de celle de ce que l'on appelle improprement « hors-travail » - et qui contient notamment le travail domestique, dont la dimension laborieuse ne cesse encore d'être généralement déniée-, mais cela entretient précisément au premier chef la domination masculine. Dès l'introduction, l'auteure affirme en effet avec force la place centrale du travail pour analyser les rapports sociaux de classe, de genre et de « race » et l'exploitation, la domination et l'oppression qui les caractérisent respectivement. Elle s'inscrit en cela en faux, ou en tous les cas en décalage avec certains travaux se revendiquant actuellement de « l'intersectionnalité » ou du « postcolonialisme » qui, selon elle, pêcheraient par l'émiettement de leurs objets et l'engluement dans l'immédiateté. En partant toujours d'un ancrage fort avec le « terrain », Danièle Kergoat s'applique au contraire à restituer l'historicité à la fois objective et subjective de ces rapports sociaux, et à montrer de ce fait leur « consubstantialité » et leur « coextensivité » - deux concepts qu'elle a forgés pour désigner respectivement l' « entrecroisement dynamique de l'ensemble des rapports sociaux » et le fait qu'ils se coproduisent et reproduisent mutuellement.

3C'est donc cette boîte à outils conceptuelle que l'auteure présente et défend au fil des textes qu'elle reproduit et présente ici, eux-mêmes organisés en trois parties intitulées : « penser les dominations », « penser le travail » et « penser l'émancipation ». Dans la première, elle analyse ainsi les « verrous » de la domination qui reposent dans l'articulation des systèmes de classe et de genre qui « se relaient pour exploiter, dominer, opprimer différemment hommes et femmes ». À partir de différentes enquêtes : une monographie auprès des ouvrières de l'usine Thomson de Laval et une enquête par questionnaires auprès de jeunes travailleuses et travailleurs (ouvriers et employés), où elle montre notamment comment les deux variables de classe et de genre produisent des effets de composition, c'est-à-dire qu'elles produisent des effets distincts en s'associant, du fait notamment que le travail de production et de reproduction se prolongent pour les femmes de classe populaires tandis qu'ils sont « médiés » pour leurs homologues masculins. Dans les textes suivants, articles théoriques et entretien, elle développe et affine son cadre d'analyse pour penser ces phénomènes dynamiques de domination multiformes.

4Dans la deuxième section, elle recentre son propos sur la question du travail avec un article de 1984 mettant en évidence les rapports divers et non dénués de contradictions des jeunes femmes au travail à temps partiel, selon notamment qu'elles soient ouvrières, employées ou en recherche d'emplois. Temps partiel qui peut être vécu tantôt comme une libération ou un enfermement, et qui ne joue quoi qu’il en soit pas le même effet sur les trajectoires professionnelles selon la position occupée. Mais, comme Danièle Kergoat le montre également dans ce même texte, tout en se situant au coeur de l'articulation entre travail rémunéré et travail domestique, le temps partiel est souvent loin de permettre la conciliation de ces deux « rôles » pour les femmes : au contraire, c'est le plus souvent une coupure radicale que ces dernières expérimentent, redevenant la « mère-épouse » sitôt quitté l'atelier ou le bureau. Un constat qui renvoie au faible intérêt des tâches allouées aux travailleuses considérées, et soulève plus largement l'enjeu de la nécessaire réduction du temps de travail pour tou-te-s, plutôt que pour une seule catégorie pour laquelle cela représente un faux choix. Dans la même partie, on peut lire un texte toujours d'actualité, tant sur ses résultats que sur sa méthode, concernant le rapport au « métier » d'ouvrières spécialisées (OS), « peu qualifiées » donc, qu'elles définissent en quelque sorte en creux, empêchées d'en exercer un véritable de par leurs conditions de travail, mais pour autant valorisant ce dernier. Et là encore, elles se distinguent en ce domaine de leurs homologues masculins car elles l'associent davantage au bien-être, à la dimension relationnelle et au sentiment d'utilité quand ces derniers vont davantage faire primer la reconnaissance d'un savoir-faire et le fait corollaire de ne pas être interchangeable. Puis, dans les textes suivants, elle met plus directement encore en évidence l'existence d'une « division du travail entre les sexes » où s'organise notamment une flexibilité différentielle entre les représentant-e-s des deux genres.

  • 2 Danièle Kergoat, Bulledor ou l'histoire d'une mobilisation ouvrière, Paris, Seuil, 1973
  • 3 « Une sociologie à la croisée de trois mouvements sociaux », L'Homme et la société, n°176-177, avr (...)

5La troisième partie s'intéresse enfin aux formes de résistance des dominé-e-s, qui constituent la principale énigme pour la sociologue. C'est ainsi à l'analyse d'une grève, celle des ouvriers, portugais notamment, de l'usine d'embouteillage Bulledor en 1967-1968 qu'est consacré son premier ouvrage2, où elle analyse notamment les conditions qui ont permis de dépasser les obstacles à la constitution d'un sujet « collectif ». Barrières plus fortes encore dans le cas des ouvrières, et qui s'incarne tout particulièrement dans un « syllogisme » que l'auteure répète d'article en article, et surtout qu'elle a entendu dans un nombre plus grand encore d'entretiens auprès de ces dernières. Syllogisme qui consiste en substance à affirmer que « toutes les femmes sont jalouses » (ou médisantes, hypocrites, dociles, etc.), intériorisant de ce fait les préjugés sexistes ; puis que l'on n'est soi-même « pas jalouse ». Or, la conclusion logique devrait être pour la locutrice qu'elle n'est elle-même pas une femme, en tous les cas, cela l'empêche de s'identifier à un sujet collectif doté d'intérêts communs et spécifiques. Ce « potentiel subversif » des femmes découlant de leur double domination dans les sphères du travail domestique et rémunéré peut donc se réaliser malgré tout dans certaines luttes, telles que celle de la Coordination nationale des infirmières de 1988-1989, que l'auteure a particulièrement étudiée, avec ses tensions internes, mais aussi ses dispositifs destinés à assurer que les femmes y conservent la main dans ce que l'auteure qualifie de « mixité à hégémonie féminine ». Un entretien avec Armelle Testenoire publié une première fois il y a deux ans3 vient en quelque sorte boucler la boucle d'une trajectoire indissociablement humaine et scientifique à la fois particulière et exemplaire, et dont les apprenti-e-s chercheur-e-s pourront aussi méditer cet autre enseignement : « dans mon itinéraire de recherche, ce n'est pas tant le féminisme qui m'a amenée à me poser des questions, c'est d'abord le terrain » (p.319).

Haut de page

Notes

1 Voir Josiane Boutet, Henri Jacot, Jacques Kergoat et Danièle Linhart (dir.), Les Mondes du travail, Paris, La Découverte, 1998

2 Danièle Kergoat, Bulledor ou l'histoire d'une mobilisation ouvrière, Paris, Seuil, 1973

3 « Une sociologie à la croisée de trois mouvements sociaux », L'Homme et la société, n°176-177, avril-septembre 2010

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Danièle Kergoat, Se battre, disent-elles... », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 25 septembre 2012, consulté le 24 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/9290

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page