Navigation – Plan du site

Ludovic Frobert, Les canuts, ou la démocratie turbulente. Lyon 1831-1834

Olivier Cléach
Les canuts, ou la démocratie turbulente
Ludovic Frobert, Les canuts, ou la démocratie turbulente. Lyon 1831-1834, Tallandier, 2009, 224 p., EAN : 9782847345704.
Haut de page

Texte intégral

1Qu'est-ce qui peut expliquer qu'à deux reprises, dans un laps de temps relativement court (novembre 1831 et avril 1834), les canuts lyonnais (chefs d'atelier et compagnons de l'industrie de la soie) se soient insurgés, étaient prêts à « vivre en travaillant ou à mourir en combattant » ? Comment ces coalitions se sont-elles construites à l'encontre de la législation (lois Le Chapelier et d'Allarde) et de l'idéologie (libéralismes politique et économique) en vigueur ?

2Pour répondre à ces questions, certains partent des faits insurrectionnels eux-mêmes et montent en généralité pour comprendre les tenants et les aboutissants, les causes des événements. C'est par exemple le parti pris de Ferdinand Rude, grand spécialiste de la question.

3Mais, il existe une autre manière de procéder, en s'attachant moins aux actions insurrectionnelles elles-mêmes, qu'aux processus sociaux à l'œuvre et au contexte sociohistorique qui permettent de les comprendre. C'est ainsi que procède Ludovic Frobert dans cet ouvrage, en utilisant un prisme original : la presse ouvrière et particulièrement, le journal des canuts lyonnais, l'Écho de la Fabrique. À travers l'activité de cette presse en émergence, l'auteur souhaite rendre compte de la période qui suit la première insurrection des canuts et des canuses et celle qui précède la seconde fronde des mêmes protagonistes. Par ce biais, l'auteur nous livre des bribes de l'action politique en train de se faire, d'un mouvement social engagé dans une lutte pour la reconnaissance, pour la dignité, fragments qui transparaissent dans les différentes rubriques, chroniques, tribunes, affrontements épistolaires, etc., qui composent les journaux prolétariens.

  • 1 Par exemple, Rude F., Les révoltes des canuts.1831-1834, Paris : La Découverte, (1982) 2001.
  • 2 C'est-à-dire la confrontation entre le capital - figuré par les fabricants, dignes représentants de (...)
  • 3 Concurrence de pays comme l'Angleterre, le développement du machinisme (notamment dans l'industrie (...)

4Au final, il ressort que les faits insurrectionnels de 1831 et de 1834 ne sont pas l'objet essentiel de l'ouvrage. Pour le lecteur qui porte attention à ces événements, au déroulement chronologique des faits, il lui faudra compléter sa lecture1. Mais, pour qui s'intéresse à la question sociale, à l'histoire du travail, à la construction du mouvement ouvrier, aux conditions de vie des prolétaires, à l'évolution de leurs lieux de travail et à la lutte des classes2, aux prémices du mouvement d'émancipation des femmes, à la diffusion des idées antilibérales, à l'émergence d'une presse ouvrière et au rôle qu'elle a joué dans l'affranchissement et l'organisation du prolétariat, à l'avènement d'une civilisation industrielle et aux mutations socio-économiques que rencontre la France3 , dans un monde où la globalisation avec la place que nous lui connaissons actuellement, est en germe..., la lecture de cet ouvrage apportera un éclairage érudit, particulier.

5Particulier parce que toutes ces dimensions et leur contexte sont abordés, essentiellement et systématiquement en référence à la vie de l'hebdomadaire créé par des canuts, celle-ci étant découpée par l'auteur en trois périodes qui constituent les trois grandes parties de l'ouvrage.

  • 4 Le journal comprend une rubrique « littérature ».
  • 5 Un proche du mouvement mutuelliste ; il était notamment un adepte de l'enseignement mutuel.
  • 6 Et donc du rôle des chefs d'atelier qui en sont les éléments centraux.
  • 7 L'organe représentatif des canuts adhère au message industrialiste et émancipateur de la doctrine, (...)

6La première période, octobre 1831-juillet 1832, revient sur les débuts du journal. L'Écho de la fabrique est un hebdomadaire apolitique, mais engagé : le projet vise à l'émancipation des ouvriers, des travailleurs (notamment par l'instruction et l'information des lecteurs)4 ; le journal, en se faisant l'écho de leurs doléances, leur sert de porte-parole (c'est leur organe de propagande), se fait le fer de lance de la résistance et l'organisateur de la solidarité ouvrière. Plusieurs plumes, autour du rédacteur en chef Antoine Vidal5, s'emploient à mettre en œuvre le projet, en dénonçant les abus des négociants, la remise en question du modèle organisationnel canut6, le déni de reconnaissance opposé aux travailleurs, les conditions de vie indignes dans lesquels on les maintient... D'ailleurs, le journal, lorsqu'il aborde les événements de novembre 1831, rend largement compte du débat autour de la bataille du tarif à façon, l'un des éléments déclencheurs des émeutes. L. Frobert mentionne aussi, durant cette première période, l'influence de certaines idées saint-simoniennes7sur la ligne éditoriale du journal.

  • 8 Qui est décédé en juin 1832.

7La deuxième période, août 1832-août 1833, commence avec une nouvelle rédaction menée par Marius Chastaing. Au-delà de la continuité avec le projet porté par Vidal8, cette période marque une radicalisation du journal (comme en attestent les procès qui lui sont intentés) : il est au service de « la caste prolétarienne » (p.79), prône la prédominance du social sur le politique et sur l'économique et dénonce, outre les abus des fabricants, le pouvoir politique dès lors qu'il entrave le progrès social et les prud'hommes pour leur manque d'impartialité. La direction de l'hebdomadaire reflète également le détachement progressif des idées inspirées par Saint-Simon et l'engagement républicain de son rédacteur en chef, une sorte de « nouveau catéchisme républicain » avec une dimension sociale affirmée afin que liberté et égalité ne soient pas simplement un slogan pour les travailleurs, mais un droit effectif (p.83). Du point de vue économique, certains aspects des théories de J-B. Say trouvent un écho favorable auprès des canuts.

  • 9 Certains, au journal, commencent à craindre une dépossession, une récupération du mouvement, du pro (...)
  • 10 Pour les Républicains, l'association est un moyen d'accession au pouvoir (dimension politique), pou (...)

8La troisième période, août 1833-août 1835, est marquée par un relatif éloignement du républicanisme9, lié notamment à deux interprétations différentes10 de la notion d'association, par un recentrage sur le projet humaniste de la genèse et par une seconde et sanglante insurrection, au printemps 1834. Le groupe des chefs d'atelier est en pleine mutation (en termes d'effectif, d'organisation, de direction, etc.) et, contrairement à d'autres journaux ouvriers, l'Écho de la fabrique se place sous la bannière du mutuellisme, lui aussi en pleine recomposition (p.123). Les canuts et leur organe de presse adoptent alors la doctrine de Fourier, car à leurs yeux, elle prône la libéralisation par le travail et valorise leur statut de travailleurs.

  • 11 Scott J., La domination et les arts de la résistance, Paris, Éditions d'Amsterdam, (1990) 2009

9D'autres aspects mériteraient d'être évoqués. Mais, retenons qu'une fois de plus, ce livre est une bonne illustration du fait que les luttes, les conflits sociaux, outre les changements qu'ils engendrent, sont des grilles de lecture historiques, sociologiques, politiques, de la construction du travail, de la société, de la confrontation entre un système de domination qui tend à l'hégémonie et les arts de résistance qu'il génère11. Et, en la matière, les journées insurrectionnelles des années 1830 n'ont rien à envier à celles de 1789 ou de 1848 par exemple.

10La lecture de l'ouvrage apporte également des éléments de compréhension sur la genèse de la constitution du régime démocratique français, sur l'évolution des rapports sociaux et les débats de l'époque, mais elle se trouve facilitée si, au-delà d'un minimum de connaissances historiques portant sur une période qui irait du Siècle des Lumières aux prémices de la République, le lecteur possède quelques notions sur certains courants et idées politiques (le saint-simonisme, les mouvements utopiques, le mutuellisme, l'idée républicaine, etc.).

11En savoir plus : Voir le site L'Echo de la fabrique

Haut de page

Notes

1 Par exemple, Rude F., Les révoltes des canuts.1831-1834, Paris : La Découverte, (1982) 2001.

2 C'est-à-dire la confrontation entre le capital - figuré par les fabricants, dignes représentants de la monarchie bourgeoise orléaniste - et le travail - les maîtres ouvriers (ou chefs d'atelier), les compagnons et apprentis.

3 Concurrence de pays comme l'Angleterre, le développement du machinisme (notamment dans l'industrie textile), etc.

4 Le journal comprend une rubrique « littérature ».

5 Un proche du mouvement mutuelliste ; il était notamment un adepte de l'enseignement mutuel.

6 Et donc du rôle des chefs d'atelier qui en sont les éléments centraux.

7 L'organe représentatif des canuts adhère au message industrialiste et émancipateur de la doctrine, mais ne partage pas les aspects religieux et moraux (jugés parfois « mystiques ») qui lui sont liés.

8 Qui est décédé en juin 1832.

9 Certains, au journal, commencent à craindre une dépossession, une récupération du mouvement, du projet par le courant républicain qui poursuit une autre finalité.

10 Pour les Républicains, l'association est un moyen d'accession au pouvoir (dimension politique), pour les canuts, elle renvoie à l'idée de groupement professionnel, de solidarisme, de mutuellisme (dimension sociale).

11 Scott J., La domination et les arts de la résistance, Paris, Éditions d'Amsterdam, (1990) 2009

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cléach, « Ludovic Frobert, Les canuts, ou la démocratie turbulente. Lyon 1831-1834 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 20 avril 2010, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/992

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page